La
page
blanche

La revue n° 43 e-poésies

e-poésies

Florian Tomasini

LES MISERES DE L’AMOUR

 

 

Battement d’aile [ou] Enjambée

 

Un trottoir mort
Des chewing-gums morts
Un parcmètre mort
Des pierres sombres
De la suie noire,
Une sueur aigre,
Un soleil sourd
Une façade morte
Une imagination morte

 


**

 

 

Le soleil


C’est le long jour tu sais
Le soleil brille d’un éclat ordinaire
La nuit est engloutie par ses rayons
Les gens les habillés de noir
Les stupides et les sceptiques
Tous n’y prêtent pas attention
Ils montent et descendent
Pointent au boulot
Pointent le couteau d’une vie meilleure
Pauvres stupides pauvres sceptiques

 

 

**

 

Regret

 

Je demande pardon à ma chatte,
Pour l’avoir martyrisée,
Compressée jusqu’au cri,
Pincée au dos,
Agressée au couteau, acculée derrière le four,
Pour l’avoir mise sous un seau, sans oxygène,
Jusqu’à ce qu’elle saigne du nez
Et surtout pour être morte avant moi

 

 

**

 

 

Matin

 

Nous sommes comme glacés
Une immense contorsion
Entre la nuque et nos joues
Un malaise d’être,
Une incapacité d’être nous musèle
Et nous ficèle le matin à notre lit

Si glorieux de nous proposer un nouveau jour qu’un reste de maladie vient ternir
Nous tenons le coup

 


Florian Tomasini