La
page
blanche

Le dépôt

ACCUEIL

Présentation du site La Page Blanche, historique, organigramme de Lpb




l’inspiration lapébé traduite en pensée plate

 

 

qu’est-ce que le site lpb         au-delà d’une rencontre d’affinités   

ce qu’elle est et restera       car l’amitié est le ciment de lpb et le restera       

qu’est-ce que le site lpb 

 

le site lpb est une entreprise d’artisanat    par son contenu et son contenant à l’architecture simple et sobre   autant graphique que fonctionnelle    son contenu est fait de poésie contemporaine 

en langue française     mais aussi de traduction    de poésie plus ancienne    et de critique

présentées en rubriques      simple poème      poètes de service    séquences    e-poésies     traductions     zoom     notes et notules    humour sans dessus dessous 

      

récemment s’est greffée à cette entreprise d’artisanat de la toile une entreprise d’édition lpb sur support papier qui insuffle un air de renouveau au site     édition de cahiers de poésie     de nouvelles de romans     d’essais

 

de l’expression d'une pensée plate à celle d'une pensée

expérimentale    poésie contemporaine     poésie 

en train d’être créée      lpb est un atelier artisanal de création     

 un atelier artisanal de poésie de la toile   un lieu inspiré       une espèce d’articulation entre passé et futur

 

Pierre Lamarque



Un dénommé Slotty (crypto-contributeur?) a créé un article La Page Blanche sur Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Page_Blanche_(revue)



" J’attends

que de la limite de mes ailes

s’échappe sans bruit une extrême tranquillité. "


Jean-Louis Van Durme


"J’ai troué l’abat-jour bleu des limitations colorées, je suis sorti dans le blanc, voguez à ma suite, camarades aviateurs, dans l’abîme, j’ai établi les sémaphores du Suprématisme. […] Voguez ! L’abîme libre blanc, l’infini sont devant vous. "


Kasimir Malevitch, Du cubisme et du futurisme au suprématisme. Le nouveau réalisme pictural, 1916.







Entretien entre Denis Heudré et Pierre Lamarque pour la revue « Recours au poème »


- Comment La Page Blanche est-elle née ?


- La revue La Page Blanche est née en 2000 par le hasard bienheureux d'une rencontre entre mon ami roumain Constantin Pricop et moi sur le site de l’ambassade de France au Canada. L’ambassade offrait en 1998, au commencement de l’internet, un espace dédiée à la poésie sur son site, un lieu de rencontre entre poètes francophones qui y publiaient des textes, lieu tenu par un jeune poète français qui faisait là son service militaire, un "soldat de la vie". Constantin Pricop et moi avons le même âge, nous sommes nés en 1949, j’exerçais le métier de médecin généraliste dans un quartier de Bordeaux nommé La page blanche à Mérignac-Arlac. Pricop est un écrivain Roumain, critique littéraire, professeur émérite de lettres à la faculté des lettres de Iasi .


 

- Quelle est sa ligne éditoriale, ou plutôt sa personnalité, les traits de son caractère ?


- La ligne éditoriale part du constat que désormais tout le monde peut publier ses écrits grâce à internet. Notre revue fonctionne comme un filtre qualitatif. LPB est fondée sur la gratuité et le don, elle est articulée entre création, critique, traduction et 'poètes ‘du monde’…c’est sa personnalité, son caractère. La revue est structurée en rubriques, dans l’ordre on trouve les rubriques suivantes :


« Simple poème » un ou deux poèmes sélectionnés . "Poète de service" , trois ou quatre textes d'un à quatre auteurs, « Mission traduction », où sont présentées des traductions de divers auteurs, dont celles signées sour le pseudonyme Gilles&John - car la plupart du temps il s'agit de traductions à plusieurs. « Séquences », où sont présentés des suites organisées de textes d’un ou plusieurs auteurs. « E-poésies », où Lpb présente un poème de différents auteurs invités. « Poètes du monde », où sont présentés des textes d’auteurs publiés en livres.

"Zoom" où sont présentés quelques textes d'un poète avec une courte présentation. La revue s'ouvre ensuite sur les "Notes et notules" qui constituent la partie critique, et se ferme sur une rubrique d'humour.



- A quel tirage et comment est-elle diffusée ? 


 - Notre revue sur papier n’est pas diffusée en librairie. Chaque numéro est imprimé à 30 ou 40 exemplaires, ces exemplaires sont offerts par la revue LPB aux poètes invités dans le numéro. Cette économie permet à la revue de survivre sur le papier depuis vingt ans. C’est l’internet qui lui donne la becquée. Pour moi, les valeurs d'internet ont ceci de supérieur encore aux valeurs de l’imprimerie qu’elles sont la mise en pratique réelle du concept de gratuité et un exercice réel et concret d'oblativité. L’ère et l’aire de l’internet, l’aire et l'ère de la communication et de l'altruisme.


 

- En vingt ans, comment a évolué La Page Blanche ?


- Des hauts et des bas, des calmes et des tempêtes, des gains et des pertes, la vie… assez vite nous avons trouvé notre rythme naturel,... en créant le dépôt nous avons franchi une étape importante.


 

- Parlez-moi de votre rubrique Le Dépôt

  

- Le dépôt est un endroit qui rassemble les quatre articles essentiels de la revue LPB, création, critique, traductions, poètes du monde. Dans le dépôt se trouvent les poètes qui font vivre la revue, rédacteurs et collaborateurs du CAMP VD. (Colloque d'amants des mots de la page au verbe disjonctif) Notre maître toile, Mickaël Lapouge a réalisé un ajout au site LPB qui permet d’administrer le Dépôt. Le Dépôt est en quelque sorte, à la manière d'une poupée russe, un site dans le site, une poupée russe qui sans cesse se multiplierait .



- Votre travail d’éditeur de cette revue doit vous prendre du temps sur vos travaux d’écriture, le regrettez-vous ?


 - Je protège mon temps : le temps le plus important - peu importe sa durée, c’est le temps de la lecture. Mon travail d'éditeur alimente mon travail d’écriture, j'y trouve inspiration, j’y fais mon marché..


 

- Quel(s) auteur(s) rêveriez-vous de publier dans votre revue ?


- Michel Butor, mais Michel Butor a déjà été publié dans le numéro 20. 


 

- Quels ont été les impacts de la crise Covid sur votre revue et ses lecteurs ?

 

- Je ne regarde les statistiques de visiteurs lecteurs qu’une fois quand j’y pense tous les vingt ans. Récemment j’ai vu qu’il y avait eu 250 000 visites en un an. Pour notre part nous n’avons pour le moment personne de touché par cette maladie à ma connaissance. Comme tout le monde nous espérons passer entre les gouttelettes…




- Quels sont vos projets pour les prochains mois ?


- Continuer le mouvement, aller aux avant-postes comme des braves.


 


- Quel regard portez-vous sur l’évolution depuis vingt ans de la poésie française ?


- On lit un livre, on en lit un autre, on découvre. On ne sait pas quoi retenir du temps qui passe, du style qui dépasse, mais heureusement, en poésie le temps ne passe pas vraiment.


Dans chaque numéro qui paraît on trouve un peu tous les styles, aujourd'hui il n’ y a pas grand mouvement dans les astres, c’est ça l'époque, il n’ y a des directions dans tous les sens… mon minimalisme n'a pas bougé en vingt ans..



 

- Et de la poésie du monde ?


- Nous recevons des poètes de différentes points du globe et notre télescope nous montre une vie foisonnante dans le ciel, difficile de ne pas tomber amoureux de notre télescope !



- Selon vous la e-poésie est-elle l’avenir de la poésie ?


- Oui.


 

- Que peut-on vous souhaiter pour les vingt ans à venir ?


- De rester en vie! Je songe à plus tard dès maintenant. Je cherche depuis quelque temps à savoir comment s’y prendre pour que LPB continue de vivre après ses trois fondateurs, Mickaël Lapouge, Constantin Pricop et moi.





La Page Blanche - Organigramme



  • Éditeur : Pierre Lamarque ;
  • directeur de la revue : Matthieu Lorin ;
  • rédacteur en chef : Jean-Michel Maubert
  • secrétaire de rédaction : Victor Ozbolt ;
  • réalisateur : Mickaël Lapouge ;
  • directeur des Éditions LPB : Jérôme Fortin.




Nous Contacter

Les auteurs peuvent faire parvenir leurs créations à l’adresse mail suivante : contact@lapageblanche.com