La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

10 - Patrick Modolo

Pariétal (extraits)


PARIÉTAL





Pariétal



Avant-propos




Le rapport au sens, au signe, au sème est ce qui fait que la Poésie est Poésie. Car Elle décale le sens, Elle déjoue les signes, Elle trompe les sèmes.

En quelque sorte, le Sapiens a apporté son filtre au sens, en le chargeant de son art quand il n'avait pas encore l'écrit comme support. Sa page blanche à lui, ce fut la paroi calcaire. Ses dessins, préhistoire de la Poésie.



Patrick Modolo in www.lapageblanche.com



"Singulier art qui s’enfonce dans les ténèbres du temps" 

Charles Baudelaire



Palimpsestes


Comme une roche

Qu’on écorche


Qu’on griffe

Qu’on racle

Qu’on froisse


Vélin de pierre

Et

Paroi parchemin


Comme

Une

Vaste

Page

Blanche

Sans

Cesse

Grattée

Délitée


Polie

Par

Les

Ans

Accumulés


Métaphorisée

Année

Après

Année


Au Fil du Temps

Abandonnée


Écrire

Réécrire

Recommencer


Bouteille

A la Terre



Capsule

Temporelle


Enfouie


Enterrée


Vivante


Comme

Pour Mieux

Ressusciter


Au grand Jour


A la lumière

Du sens



Mystiques



Un trait

Un point

Un signe

Ta main


Mystères

De l'au-delà


Ce monde

De ténèbres

Tu le défies

De ta flamme

Hésitante

Chancelante

Vacillante


Dans le ventre

De la Terre

Dans ce monde

D'ombres

C'est là

Que naît

Ton humanité


Dans les entrailles

De ces lignes de faille



Ce monde

D'obscurités

Tu le dédies

A ton pinceau

A l'ocre

Au fusain



Tes croyances

S'y dessinent

D'obédiences

Médecines

Monde

Métaphorique

Où la paroi

Prend vie


Chaque

anfractuosité

Ouvre la voie

À ton au-delà

Mystique



Pariétal


Descendre

Dans une grotte

S’y perdre

Au péril

De sa vie


Remonter

Le Temps


Temps

Des Hommes


Temps

Des Premiers Hommes


Dans ce ventre

De la Terre

Si fécond


Témoin

De la naissance

De l'Humanité

Et

Son berceau

Artistisé


Temps

Préhistorique

Temps

Géologique

Se pénètrent

Se révèlent


La grotte

Devient

Atemporelle


La

La Pensée

Naît

A la croisée

Des Stalactites

Et

Des Stalagmites

Clés de voûte

De l’Humanité


Et soudain

Au détour

De la paroi

Apercevoir

Un dessin


Ton dessein


Une voix


Ta voix


Un geste


Ton geste

D'outre-tombe

Qui grave

Ton épitaphe


Invention


Bien cachée

Comment

La trouver


Cette entrée

Du vieux monde

Souterrain


Ce sésame

De la Terre


Le Temps

A suspendu

Son cours


Nature

A repris

Ses droits


Et

Parfois

Un soupçon

De chance

Inouïe

Ou

Pressentiment


Un

Ici

Et

Maintenant


Qui répondent


A ce là-bas

D’un si lointain

Autrefois



Conversations


Des vies passées

A présent terrassées

Renaissent à l’œil

Subjugué

D’admiration



Gueule

Béante

D’une civilisation

Oubliée

Avec pour seule

Réanimation

L’invention


Bouche

A

Bouche


Hors

Du

Temps


Concrétions


Claires

Comme

De l’eau

De roche


Qui fuit

De la Nuit

Des Temps


Le Temps

Se fixe

Se fige

Se lit


Le

Temps

Se concrétise


Solide

Liquide

Se lient


Palimpseste

Même

Du Temps 


Stalactites


Goutte

À

Goutte


C'est

Le Temps

Qui s'écoule


Cent ans

Mille ans

Cent mille ans


Un millimètre

Un centimètre

Un mètre


Puis

Le Temps

Se fige

Comme suspendu

A un fil de pierre

Et s’accumule

S’accumule


Stalagmites


Le Temps

S’écoule


Goutte


À


Goutte


Une

Éternité

En naît


Comme

Une prière

Aux cieux

Élevée


Mais

Quelles

Divinités 

Pour ces cierges

Vierges

De lumière


Colonnes


Haut


En


Bas



Et



Bas


En


Haut


Petit

A

Petit



Au fil

Des ans

Au fil

Du Temps


Comme un texte

Qu’on tisse


Et

Soudain

A un moment


Un petit instant

Un tout petit instant


Adam

Et Dieu

Et leurs ancêtres

Se touchent

Pour l’Éternité


Colonne vertébrale de l’Art


Calcite


Calcite


Si douce

Si lisse


Que rien n’effrite


Translucide

D’opaline


Ou


Fine couche

D’albâtre vernie


Et

Voici

Que s’y lit


Une marque

Un signe


D’une autre vie


A jamais

Figée

Fixé

Exposée

Transmise


Diverticule


Entre


Entre deux mondes

Entre deux salles

Seul diverticule

Axial


Nef d’une aveugle cathédrale

Cachée enfouie enterrée

Que sculptures et peintures

Inondent


Sombres ombres

Qui s’agitent

Sous la main

Qui les forment


Et voilà

Ces chevaux

S’animer

Sur la paroi

Dessinés


Chaman


Sagaie au poing

Sexe érigé


Bec d’oiseau

Corps renversé


Et pour unique tombeau

Cette grotte de Lascaux

Où tu puises

A jamais

Ton énergie

Vitale


« Caillou »


Caillou

Caillou

Caillou 


Seul mot

A résonner

A creuser

La paroi


Caillou

Caillou

Caillou 


Seul mot

A s’incruster

Dans les plus sombres

Anfractuosités


Caillou

Caillou

Caillou 


Comme un écho

Sonore jeté

Contre la pierre

Le rocher


Caillou

Caillou

Caillou 


Le voici

Qui jaillit

Qui s’extirpe

Du Temps


Caillou

Caillou

Caillou 


Seul mot

Préhistoire

Du présent


Négatif


Caresse

De la paroi

Par cette main

Qui recherche

Prospecte


Soudain

Souffle de Vie


Et ta main

A jamais

Transposée


S’y lisent

Tes lignes

Transmises

Invisibles


Et tes mots

S’alignent

En inversant

Le cours du Temps


Facsimilé


Vrai du faux

Comment démêler


Comme on démêle

Un texte

Par la nuit des temps

Tissé


Art d’un autre temps

Copié

Égalé

Surpassé

Réinventé


Œuvre dialoguée

Réinterprétée

Adaptée


Pour de la paroi

La décrocher

La calquer

La sublimer


En tous points pareilles

Et même en traits

En clair obscurci

Et en obscure clarté


D’un rouge vif

Un rouge sang

Qui coule

Pour sécher


Une œuvre

Projetée

Dans sa modernité