La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

19 - Amandine Gouttefarde-Rousseau

Textes



Tu lui avais envoyé un message

Pour lui parler de l’automne qui arrivait

Des nénuphars qui fleurissaient encore

Des grenouilles qui attendaient le soleil sur les feuilles plates

Tu ne savais pas comment lui dire que tu l’aimais déjà

Tu sais déjà au fond de toi que c’est lui

Qui ramènera de la lumière en toi

Dans cet appartement où tu as tant pleuré

On sonne à la porte

C’est lui

Tu as tellement peur

Il franchit le seuil

Pour toujours

Il ne le sait pas encore

Mais toi oui

Il boit un thé rouge avec toi

Et tu attends qu’il reste pour toujours

Il te dira plus tard qu’il savait déjà

Lui aussi

Qu’il sonnait chez toi pour la première fois

Pour toujours


• © Extrait de A. Gouttefarde-Rousseau, Extases post mortem suivi de Serpenter, L'Harmattan, 2022 •


***



TRANSES


Esprits

je ne vous avais pas reconnus

vous m’avez transpercée

transportée

dans ce monde souterrain

que les serpents indiquent

quand ils barrent l’horizon

Esprits transformateurs

transports de poils et d’écaille

dans l’espace de mon corps

traversé

et transfiguré

par vos gémissements

chiens loups des steppes blanches

ours sortis de l’eau

renards filant l’espace entre les oliviers

Transe

d’un corps partagé

parcouru

de part en part

transfusé d’autres sangs que le mien


***


Mes cheveux je ne les coupe plus

Dans le vent

Je les détache

Comme des moustaches de chat


• © Extrait de A. Gouttefarde-Rousseau, Ours et tanaisie pour tout vêtement, poèmes et photographies, L'ire de l'ours, 2022 •


***


le pas du lotus

avant

que le soleil

ne se lève

sur le bassin


***


KUNDALINI YOGA


Un peu comme une danse

Une nacelle intérieure

Mais qui fore l'espace

Et remonte de la niche

Sacrum d'où jaillit

Toujours dans le même sens

Celui de la terre

Cette spirale qui abrutit mes yeux

Ça tourne je dis

Et tu viens m'aider

À laisser monter

Le serpent de feu

A travers tout mon corps

Je finirai par dire

Je vois

Et le serpent reprendra

Son rythme de sommeil


***


L’âme nigredo

c’est l’âme qui se transmue

qui mute

qui souffre

qui invoque l’or et Hermès

pour accompagner sa métamorphose


Plongée dans un creuset

de vase 

noire et 

un peu dépotoir

on mélange on touille

quelle gadou

cristaux métaux minéraux

au fond du trou quoi

secouez et patientez


Hermétiquement fermée

ça va chauffer

On sait pas trop ce que ça va donner

fermées les écoutilles

recluse dans le récipient

de mon corps

avec vue sur cour intérieure

et c’est tout


Fluide aile de corbeau

au printemps

plein les mirettes

on peut sortir

le bout de son nez

et regarder ce corps

fatigué

qui a changé de couleur


L’heure a sonné

de l’alchimie de l’âme

étape un


J’avais pourtant rien demandé


• © Extrait de A. Gouttefarde-Rousseau, L'âme nigredo, poèmes pour les métamorphoses, L'ire de l'ours, 2022 •


***


ZESTO


gratter la peau

des orangers d'Alkinoos

avec les ongles

sous les ongles

reste


un zeste


acidulé


tant d’oranges

de citrons

au sol

sur la terre du mont Peilion

en plein été


l’été grec est

chaud


on dit


zesto