La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

20 - Mykola Istyn

La guerre

LA GUERRE 2022


 


Les têtes aux idéologies cancérigènes envahissent de nouveau le biotope, l’occupent en tirant sur la vie,


apportent la mort, et pour une raison inconnue ceux qui sèment le mal règnent toujours chez notre voisin du nord. Nous luttons contre leurs armées nombreuses de zombies, contre leur face pseudo-humaine, éclaboussée du sang des innocents et de la journée blessée. Nous défendons notre droit véritable d’être nous-mêmes, protégeons la liberté du bien, sa créativité, sa poéticité, comme des forteresses de la vérité du bonheur, pour l’Europe nous sommes un bouclier contre Poutine le Ravageur, c’est pourquoi les villes


et les villages ukrainiens sont devenus l’épicentre de la guerre.


 


 


***


Aujourd’hui c’est mon jour de service, je veille sur notre champs dont la terre réchauffée sourit au printemps, au-dessus de moi des avions volent comme des oiseaux de fer, je les observe pour voir si c’est l’ennemi et si des visiteurs importuns n’arrivent pas en parachutes, mon chien est avec moi, j’appelle ma femme pour demander comment elles vont, elle et notre fille, elle me répond qu’elles sont dans un abri anti-aérien, qu’elles attendent que l’alerte soit finie et je songe que pour qu’il n’y ait pas de guerres, il faut fabriquer non pas les balles, mais les produits paisibles de la culture, et la poésie de l’évolution du bonheur général est ma position principale, c’est pourquoi je défends la construction de l’état principalement sur la base du bien poétique !


 


 


***


Dans notre ville c’est plus calme que dans d’autres villes, ce n’est pas chaque jour qu’on nous attaque avec des missiles, et il ne faut pas descendre à l’abri chaque nuit, c’est pourquoi on accueille dans notre maison les réfugiés de l’enfer de tirs et d’explosions, une jeune femme tient son ange de 5 ans par la main, son autre ange, de 2 ans, est dans les bras de notre voisin, la femme porte un grand paquet de doudous, d’où se montrent des chatons en peluche, des lapins, des chevaux (ils ont pris ce qu’ils avaient de plus précieux), tous réfugiés de guerre.


 


 


***


Par les mondes qui se sont couverts de paupières des yeux éteints d’enfants, et les villes qui ont disparu sous les bombes, et leurs habitants qui se sont confondus avec leurs maisons démolies et dont le sang coule comme un fleuve, pour la poésie de ce peuple, vous êtes les guerriers de la vérité, comme un bouclier et une épée en feu vous luttez contre l’iniquité, pour la liberté, et vous tous qui avez armé cette armée de lumière, vous qui n’avez pas épargné nourriture et logement à ceux qui en avaient besoin, pour la victoire du bonheur et l’épanouissement de la vie, vous qui nous avez soutenus comme vous pouviez, nous avez aidés comme vous pouviez, vous qui avez propagé la parole ukrainienne – merci, et gloire éternelle à vous !


 


 


***


Poésie du bien total, ne reste pas silencieuse, car la guerre crie, mondes et univers enluminés de poèmes,


on ne pourra jamais couvrir votre ciel fait de matières sublimes comme une âme supérieure, haut comme l’éternité, car pour que le bonheur soit total vous existez, univers futurs, et si les gens croyaient aux poèmes du bien et si la politique et l’économie s’appuyaient plus sur la littérature humaniste, les systèmes et les humeurs sociales de toute la planète deviendraient vertueux, et la vie terrestre ne serait pas dévalorisée par la mort, voilà la véritable centralité de la poéticité capable de tout transformer en bonheur et beauté qu’on a dû défendre déjà aux abords, au rez-de-chaussée des cultures, et je veux espérer que tout cela est fait pour le développement des gens et des littératures…


 


 


Traduit par Ella Yevtouchenko