La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

27 - Nathan Dartiguelongue

AMANTERIE

Les Amants Bougent


Des lignes d’Arc. Longs Membres… Mouvoient. Se fondent. Et Tremblent, Glissamment. Murmurent. Sur les Lits et les Murs.


Paires. Ombres et chairs. Dansées. Chancées. Lancées. Et Jouies.


Buto des Amants Lents


 


 


Je Toi en Cuivre en Ambre et en Folie Mon Aimée Blanche de Nuit de Jour Laisse moi t’enticher de Couleurs Tes Yeux Ton Nom me Vent m’Effleurent Mélanges de Sons des Loins d’Amour



Mélangé de Livre et de Café D’Eté et de Bientôt D’Amante

DE Bretagne J’Appelle Automne mon Pays En Chante Cœur Couleur Fougère. Bruyère Falaises Mers Amour.


 


Rebonds Toi Monde Pour qu’on Festoie des Notes Rondes

Pour nous Capitonner, De Joie De Joie De Joie Et de Furibonds Doigts Et Lâche nous de Fréné-Sons

Et Vents Tournants Que les Maisons s’envolent

Magicien d’Oz, s’Encuivrent, Jazz Et Nagent en Rêve Dans le Ciel Dans nos Bras Que l’on Ferme Paupières et libère nos Membres. Que l’on dise Oui Non des Cieux et des Cheveux Que l’on Salue Taquin Que l’on Dhanche au Pluriel Que l’on Déhanche. Assis, Debout Qu’importe. Tant qu’on a notre Cuivre. Rebonds. Rebonds. Le Tout Saisons Mélange. C’est le Dérèglement. Le Jazz Plus que Musique. Plus que.


 



La Nuit Mon Pont d’Exclame


Noyée Des Sons Des Cris Des Sauts, Des Sauts Des Tours. Des Bascules. Des Tours..

Des Chances Des Draps Mouillés Des Nous Mêlées

Par les Notes et la Joie




Les Etreintes Lentes et si Lentes

Des Tant d’Or Les Etreintes Temps de Pluie

Les Etreintes, Ciel d’Argent et de Gris Les Etreintes

Souffles Un Bal Les Etreintes Un Silence.

Les Etreintes. Amante Mon Demain


 



Torrent


Sauté d’Eclat et du Bruyant Couche Brisée Tombée Des Plis des Pics Des Aigles de la Terre

C’est un Lit Cri, et Crin des Mots Un Chant Roulant et d’Eau

De Bonds du Sol De Chus. Et de Forêts bien tues.

Monde Magister Des Soleils et l’Hiver Empire

Amant Torrent. Tes Bonds Parfois Renaissent et Volent

Aux Yeux et Ames du Hasard Les Echappées Des Fées




Demain Des lettres Mon Pays Tes Zéniths et

Tes Nuits, tes Collines, tes Neiges Et ton Eté Fouillé Tes Cieux Tes Cieux Tes Cieux Toi Creusée Labour Blanc Tes Lieux Tes Lieux Tes Lieux

Montagne Dessin Dessin Demain




Mari des Murs Des Sels et du Ciel Vert En Aspe des Nuages

En Ire Vent Embruns Automne J’allonge Rêve le Mélange

J’en-Brest Ma Plume Avide Côte et Vent Avide Lèvres et Blancs A Rive, Arrive Mon Amour


 


 


La Fleur de Lay et son Pays En Fin des Terres, Halées, De Rêves et Verts Il était là, le Pays, Salé d’Embruns et Mers

La Roche Terre et le Blanc, des Vagues Effrontées Neuf, le Gris Sévère de la Ville d’Après Tout, Tout bercé des Mouettes et de l’Ecume Un Pays, Déjà, Enchanteur pour ma Plume

Pour Ton Nom et ses Fleurs, pour Toi mon Lay d’Amour


 


 


Ton Visage


Ton Visage. Sur ses pleins et ses bonds Sables Blancs. Ses arcs noirs. Des Cieux Dessins. A d’Ambres bains. Noisettes. Verts. Ou bien Bleus. Eaux Vives. Ecumes qui m’envoûtent. Timides Réflexions. Des Désirs. S’Egarer. S’y Plonger. Les Danser. Les Ecrire.

J’en Quête. Vain. Au Soir et Temps des cuivres De ces Rythmes rapides. Les notes et les couleurs se mêlent J’écris lent dans la course Encore Pour mon Ile Pour cette Tendre Bulle.


 


 


Hier


Hier est une Brute. Il m’attache à des Yeux. Il me noie des nuages. Je l’ai lu. Cet Hier et ses Cieux. Au Cœur il fait Orage. Cette Brute. Bataille. Mon Désir Venu. En fait Echo Perdu. Hier. Tambour et Cage. Sauvage. Oubli. Qui m’attache. Sans relâche. Habit Nu.

Ainsi Prisonnier de l’Adieu. Et Regard Loin Mon Désir.. Par la Brute Hier. Voilà tu pars et tu t’égares.


 




Lent des Mille et des Loin Le Feu les Jours Eté Me Langue Longue Nuit O Mon Automne Amie Le Temps étale Maintenant Son Calme Médisant Et la Peur d’un Amant O Mon Amie Automne Aussi Pardon Mon Ame Si je Bave de Mots J’ai Feu de Toi Ma Dame