La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

31 - Anne Barbusse

Présentation

Présentation


J’habite dans le Gard où j’enseigne le français langue étrangère aux adolescents migrants. J’écris depuis longtemps mais n’envoie mes textes que depuis le premier confinement de 2020. J’ai publié des textes dans des revues numériques (Recours au poème, Terre à ciel, Sitaudis, Le capital des mots, Margelles, Lichen, r emue.net, FPM, Incertain regard, La lettre sous le bruit, Région centrale) et dans des revues papier (Arpa, Les hommes sans épaules, Ouste, Décharge, Poésie-Première, La revue des Archers, Filigranes, Mot à maux, L’air de rien, L’intranquille, Comme en poésie, Traction-Brabant, Cabaret, Nouveaux délits, Haies vives, Contre-allées). J’ai publié deux recueils, Les quatre murs le seau le lit, aux éditions Encres vives, collection Encres Blanches, en décembre 2020, et en septembre 2021 Moi la dormante aux éditions Unicité. Je traduis aussi de la poésie grecque moderne (Terre à ciel).






Questionnaire de LPB

 

1/ - Pouvez-vous indiquer un livre que vous aimez particulièrement ?

C’est très difficile pour moi de répondre à cette question, trop de livres se bousculent dans ma tête, en citer un serait oublier tous les autres. Je choisis au hasard Walden de Thoreau. Parce que pour moi c’était plus qu’un livre, c’était une pratique, un exercice, une façon d’habiter concrètement la terre (et pas seulement poétiquement le monde).

 

2/ - Pouvez-vous donner un vers, un mot, que vous aimez ?

« Elle est retrouvée/quoi l’éternité/C’est la mer allée/avec le soleil », mais en voix off de clôture de road-movie, dans la fin de Pierrot le fou.

 

3/ - Quelles sont vos lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?

Actuellement je lis beaucoup de revues de poésie, car ces diversités d’écriture m’apportent inconsciemment pour mon écriture. Je lis aussi beaucoup de textes en rapport avec l’écologie, qu’ils soient poétiques ou non. Dernièrement, La sauvagerie de Pierre Vinclair, et dans la foulée Agir non agir, éléments pour une poésie de la résistance écologique. C’est lié bien sûr à mes préoccupations actuelles, qui datent déjà de la fin des années 90 et ne sont pas seulement « de circonstance ».

 

4/ - Pouvez-vous citer un support de diffusion de la poésie que vous affectionnez (autre que le livre)?

Les revues numériques, les blogs, et le cinéma, l’art vidéo. A égalité avec le livre.

Le cinéma comme art total poétique, permettant d’englober image texte musique sculpture peinture.

 

5/ - Le monde lit-il toujours et quoi?

Je ne suis pas sociologue, le monde lit, mais moins sur support papier. Mon fils lit beaucoup sur internet sans se rendre compte qu’il lit, alors qu’enfant il lisait des livres papier (qu’il a complètement rejetés à l’adolescence).

 

6/ - Quel est votre plat préféré ?

N’importe quel plat préparé avec les légumes de mon jardin, les fruits des vergers alentour, ou les œufs de mon poulailler, pour savourer l’autonomie alimentaire, la capacité de me nourrir seule (ou presque).

 

7/ - Quelle sont votre musique, votre film, préférés ?

Je n’arrive pas à sélectionner. Cinéma de Pasolini, Godard, Guillaume Brac, Fellini, Rohmer, Hong Sang Soo, Quentin Dupieux, Jodorowsky, Alain Guiraudie, Buñuel, tous les « premiers films » en général pour leur énergie, les road-movies, dans le désordre… Et Les rencontres d’après minuit de Yann Gonzalès, Tarnation de Jonathan Caouette, Oncle Boonmee de Weerasethakul, qui ont été des chocs émotionnels et esthétiques.

 

8/ - Question subsidiaire : pourriez-vous recommander un site de poésie et expliquer votre choix ?

Recommander un seul site, c’est problématique pour moi. Beaucoup d’affinités avec Terre à ciel, Margelles, Recours au poème, Lichen, remue.net, Fragile, Région centrale, Poetisthme, mais je mélange sites et revues donc je ne sais pas si je réponds bien à la question.


9/ - Peux-tu parler de tes amours au présent ?



Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question. Je ne peux parler de mes amours qu'à travers mes recueils de textes, mon journal etc quand ils ont eu un rôle particulier à jouer dans ce dont je parle. Et il m'est plus facile de "parler" de mes amours au passé. Je peux "écrire" mes amours au présent (les plus importants), mais il me faut des années, pour relire les textes et les préparer pour une édition en recueils (comme pour A Petros, crise grecque, qui va bientôt être publié, c'est un texte qui date de 2010/2011 en majorité) Ou alors la question c'est parler de mes amours en ce moment, et ça impossible...trop personnel et trop compliqué!


10/ - Dans le cours de ta jeunesse (16-25 ans), quels sont ou ont été tes principaux intérêts intellectuels ?


C'est intéressant cette période de 16-25 ans, car j'ai vécu un basculement d'intérêt, à 16 ans c'était la littérature en général et plus particulièrement la poésie, puis après mon arrivée à Paris pour mes études, j'ai basculé vers le cinéma, découverte éblouissante quand j'habitais au quartier latin des cinémas art et essai (je viens d'un milieu très acculturé en ce domaine).


11/ - Est-il nécessaire de produire ?