La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

6 - Jean-Michel Maubert

LIMBES, LENTE FLAMME [poèmes]

désert langueur des os

scarabée cheminant

sous le feu

entre tes cuisses

je recouds mon visage



ciel qui songe

en silence

longeant

sous le nuage

l'écorce



humus

roche

l'herbe drue

une

tête chevaline

rongée

par le sable



pour dire ce

spasme

tache solaire

la

ligne de rêve

que traverse

sans fracas

l'araignée lente



dors

dans ce berceau-sommeil

cette spirale de lait sombre

au dessus


paupières sous la pluie

comme une lente traversée


brume masquant la lumière


bientôt

l'aube les forêts,

les os des baleines

cette fente le

rivage désert


la

mer devenant

un grumeau froid



larve

gémissante

sous les vents

bordant le sommeil

tes pieds nus

entre mes mains


rose d'alcool

ton supplice

dans son vase

de chair

bouche ronde

quasi muette

dentelle d'os

ensevelie dans la paille



peau bleu

dans ses profondeurs

la mer peinte

du même bleu



l'étendue plus lente


bougie sur la table


herbes couchées

sous la ligne des vents



la forêt malmenée

lentement se resserre

dans la lumière d'avril

le chant funèbre d'un chien



longues plaques de neige

lumière limpide

l'espace compact

en toi

ce fruit

saigne

heure après heure


tête de nuit

cherchant ses mots

l'un après l'autre

fils de silence

sortant de sa bouche



cette courbe lunaire

du visage petite bouche

cannibale versant son effroyable bavardage

meurtrie pourtant des yeux passés à la fumée

paupières de demi vierge cœur vague comme

ensauvagé langue charnue un train passe au loin

froissant les mots

des crachats bruitistes

une vie fanée...



entre


au fond

de son rêve

le singe

dévorant

l'ombre et son lac

pierre grise de l'escalier

derrière l'arbre

à peine entrevu

ce visage blanc

qui te tétanise



fleur de revenant

comme

un chien mort

entre les rêves



le goût du vin

dessinant

entre les mots

un peu de lumière

fenêtre

quelques oies sauvages





l'île

son cerne bleuté

l'immensité

qui couve en elle



dans l'herbe haute le chat

presque statue

une patte en l'air immobile

un papillon blanc

délicatement

posé sur une oreille



arbre nerveux

ligne ondulante

l'extinction des formes

à chaque étage

du brouillard