La
page
blanche

Le dépôt

AUTEUR-E-S

60 - Christophe Goarant - Corrêa-de-Sá

Présentation


Fruit d’une improbable union franco-brésilienne, Christophe Goarant – Corrêa-de-Sá est né un jour de 1977 à Port-Royal, Paris, avant d’être entraîné au gré de la fantaisie de parents bohèmes de droite en gauche (et inversement) entre Toulouse, Montauban, le Tarn, le Portugal, Poitiers, le Pays Basque… Puis les études et le hasard ont pris le relais pour le mener à Bordeaux, au sein d’une public school anglaise à Shrewsburry, avant que l’Education Nationale ne décide de le nommer Professeur d’anglais à Chartres.

Il fut un temps « un jeune poète » qui connut quelques succès d’estime, mais c’était autrefois… et les vies (familiale et professionnelle) l’ont ensuite rattrapé. « La page blanche » lui a permis de se retrouver aux côtés d’anciens amis et d’en découvrir de nouveaux avec bonheur… 



● Projets en cours :

- Publication de deux recueils inédits Transparences dentelle et Paysâmes et de la pièce Napoléon II ou le masque de l’Aiglon.

- Développer un concept de ‘communication artistique’ auprès de l’industrie du luxe – travail autour des ‘Routes du thé’.


● Publications :

POESIE

- Enfants sillages, recueil préfacé par Pierre BRUNEL. Paris, Ed. Séguier, 2007, 62 pp. Un poème a été mis en musique et est paru sur le CD ‘Citoyens du monde’ de Joseph LAFITTE (juin 2010 – label Agorila)

- D’impressions textuelles en poèmes cyraniques (extraits, 16 poèmes) in Le Nouveau Printemps des jeunes poètes, Paris, Ed. Maison de Poésie, 2002, 143 pp. Prix Rimbaud 2002 (Ministère de la jeunesse, Maison de Poésie de Paris). Un extrait du poème « Répondeur » est cité à l’article « Poésie lyrique » du Dictionnaire de la Poésie française de Jacques CHARPENTREAU, Paris, Ed. Fayard, 2006.

- Fenêtre originaire, Paris, Ed. Les poètes français, 2000, 37 pp. Prix Châteauneuf du Pape – sélection Prix Rimbaud 2000.

- Cette ombre qui te suit, Paris, Ed. Nouvelle Pléiade, 1998, 36 pp. Prix de la Nouvelle Pléiade.


THEATRE

- Dans l’ombre du Dom Juan ou Sganarelle amoureux, comédie en trois actes et en vers, ouvrage publié avec le soutien du Centre National du Livre (CNL). Paris, ed. Séguier, 2009, 132 pp. Prix Pierre Espil, Prix des Trois Couronnes 2010.

Lecture publique à la librairie l’& à Chartres en 2010.

- Napoléon II ou Le masque de l’Aiglon, tragédie en vers donnée en lecture publique le 19 août 2001 à la villa Arnaga, Musée E. Rostand, Cambo-les-Bains (64) en marge du festival de théâtre d’Arnaga et avec le concours de France Bleu Pays Basque, La Semaine du Pays Basque, et la municipalité de Cambo-les-Bains.


● Poèmes et traductions parus en collaboration :

- « Fontaine », poème, in Les Fontaines de Paris de Marie-Hélène LEVADE et Hughes MARCOUYAU, Paris-Bruxelles, Editions Chapitre 12, 2007.

- « La musique d’un pas… » poème, et « Mon coeur bat la chamade… » poèmes traduits et adaptés de l’Espagnol in Pablo de Sarasate d’Alexandre de LA CERDA, Anglet , Ed. Séguier, 2001.


● Prix

- 2010 : Prix Pierre Espil, Prix des Trois Couronnes, Salon du livre de Biarritz

- 2002 : Prix Rimbaud du Ministère de la Jeunesse et de la Maison de Poésie de Paris

- 2000 : Prix à l’édition de la ville de Châteauneuf du Pape ; nommé pour le Prix Rimbaud

- 2000 : Médaille d’argent dans le cadre du Prix Jeune Poésie de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse

- 1999 : Prix Maurice Rollinat

- 1998, 1999 : Prix jeune poésie de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse

- 1998 : Prix à l’édition des éditions « la Nouvelle Pléiade »

- 1998 : Prix du CIJA Bordeaux

- 1994 : primé dans le cadre du concours Télérama « Le Misanthrope »




Questionnaire de LPB – Christophe Goarant – Corrêa-de-Sá

 

1/ - Peux-tu indiquer un livre que tu aimes particulièrement ?

Romain Gary de manière générale, l’Albert Cohen de Mangeclous et des Valeureux, Festin Secret de Pierre Jourde et Là où les tigres sont chez eux ou La montagne de minuit de Jean-Marie Blas de Roblès ont été de réelles et heureuses découvertes assorties d’une vraie jubilation de lecture.

 

2/ - Peux-tu donner un vers, un mot, que tu aimes ?

« Grâce à vous une robe a passé dans ma vie. » Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, Acte V, Scène 6.

 

3/ - Quelles sont tes lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?

Cela varie entre essais sociologiques ou historiques (des monographies liées à l’histoire sociale… l’histoire du vêtement en ce moment) et romans (alternant entre classiques que je n’ai pas lus et fiction contemporaine)… assez peu de poésie en fait.

 

4/ - Peux-tu citer un support de diffusion de la poésie que tu affectionnes (autre que le livre)?

Je suis un vieux machin qui aime les livres. Les revues permettent des découvertes, mais isolent le poème en le coupant du sens plus large que confère un recueil.

 

5/ - Le monde lit-il toujours et quoi?

J’espère que le nombre de lecteurs ne varie pas… en revanche l’aura dont jouissait la littérature et la lecture a décliné. La littérature n’est plus un marqueur social.

 

6/ - Quel est ton plat préféré ?

C’est une excellente question… du moment que c’est une option végétarienne.

 

7/ - Quelle sont ta musique, ton film, préférés ?

Je ne suis absolument pas cinéphile et peux être très bon public. Pour la musique, du classique. Cantates de Bach, œuvres pour Mandoline et luth de Vivaldi, concerti de Beethoven pour piano et violon, les œuvres pour piano de Rachmaninov… et d’autres. J’ajoute après réflexion quelques pièces de Stefano Landi (Homo fugit velut umbra… petite pépite éditée chez α que j’aime à faire découvrir). Là aussi, je suis un vieux machin et préfère le support disque… CD, j’ai remisé mon gramophone au grenier… tourner la manivelle et changer le 78 tours de face toutes les 5 minutes était un peu frustrant musicalement… le progrès a finalement du bon !

 

8/ - Peux-tu recommander un site de poésie et expliquer ton choix ?

« La page blanche » , le hasard m’y fait retrouver et côtoyer des amis et en rencontrer de nouveaux.

 

9/ - Peux-tu parler de tes amours au présent ?

Oui.

 

10/ - Dans le cours de ta jeunesse (16-25 ans), quels sont ou ont été tes principaux intérêts intellectuels ?

Ma jeunesse avait déjà foutu le camp à l’époque et j’étais impatient de ne plus être jeune. Curieux de tout et frustré de devoir abandonner des pans de savoir et de curiosité au fur et à mesure que le temps passait et les études avançaient.

Une passion adolescente pour l’épopée impériale, peut-être en réaction à des parents bohêmes et une enfance en cité HLM.

 

11/ - Est-il nécessaire de produire ?

Non.