La
page
blanche

Le dépôt

AUTEURS

21 - Calique

Sur le fil déroulé



Écho




Comme un caillou sur ton chemin, tu ramasses un quart d'heure dans l'obscurité du temps, une petite éternité pantelante.


Tu ne peux perdre ton chemin dans le noir car tes pas l'ont ouvert, et il se perpétue de lui-même, totalement hors de contrôle.


Chaque instant est irréductible sur cette route où se rencontre à chaque pas l'immensité bouillonnante.


Aussi, funambules, voyez ! Tout ce à quoi nous donnons vie s'invente un chemin, nous devance et nous suit à l'infini.


Nous pouvons tous ramasser des cailloux, éprouver leur densité singulière et puis les jeter par-dessus notre épaule et nous libérer de toute préméditation.


Et nos mots éclabousseront la nuit de cette création qui nous précède et ne peut s'arrêter à aucun objet.


Il ne s'agit plus, pour créer l'horizon, que de laisser filer le vent dans nos voiles, et, ravis à nous-mêmes, de laisser s'inventer notre destination.




Calique


Marchant, courant sans fin au-dedans, au-dessus de soi, sur le fil déroulé de l’écriture.




Le bonjour et l’adieu


Je ne sais pourquoi le silence fait un doux petit bruit de papier froissé. Est-ce l’infini qui se froisse ainsi doucement à mes oreilles ? Est-ce tout sa douceur suspendue qui se pose soudain comme une aile sur mon cœur ? Le poids du rêve est si léger ! La vie et le sommeil se mêlent comme aux cheveux le vent, la certitude et l’incertitude, le souvenir et l’oubli, le bonjour et l’adieu.