La
page
blanche

Le dépôt

AUTEURS

27 - Nathan Dartiguelongue

Chante Joie et autres poèmes

Chante Joie


Au Village des Ristes. Le Peuple aux Rises Mines.


Embage ses Voix de Laments et de Leurs. Accents de Tout Hagrin.


Les Ristes Hâment leurs Masures. En Champs. En Bourg. Et en Labour. Mais le Blé Riste fâne.


Au loin ce Peuple Neuf du Lament.. contemple le Tabac. Volute de la Guerre. De la Ville aux Etoiles.


Ils n’en savent rien sinon qu’elle brûle. Toujours. Et que sa Danse Noire. Enfant des flammes.. s’élève.. s’étend.. et masque à eux le Ciel le Soleil et les Astres.. qu’ils auraient pu avoir.


Ainsi le Peuple Riste est resté oublié et servant de la Cendre et la Suie. En Faim Toujours. Et ses Ombres Igrent. Igrent de plus en plus. Encore toujours vers la Ville. Et deviennent des Etranges.


Alors pour ceux qui restent. Demi vifs et bien aigres. Saisis d’Amine et d’Esespoir. Il y a le Chante Joie.


Quand trop meurent dans le Noir.


Au Temps choisi, il se blanc le Visage. Se vêt le Nez de Rouge. Et chante Mille fois le Mot le même jusqu’à Plus-Son. « Joie » « Joie » «Joie ». Il ne dort pas. Il ne se lève pas. Il chante. Il Hurle sous la Cendre. Scande le mot Joie. Il ne dort pas le Prêtre Chante Joie.  Il scande. Il est Roi.


Et sans ciller il tombe. Pourtant. Toujours il ne dort pas. Il meurt avec sa voix. Et son Peuple un tout petit instant.. Vivotte de bonne et sèche chair. De bon et sec Silence. Et puis élit un nouveau Roi.


Ils Elles Igrent ou Chantent Joie.





Par le Jazz Dans la Nuit


 

Je m'Ennivre par le Jazz dans la Nuit      C'est le Doux Chagrin du Rêve       Qui me Bâtit un Escalier à ma façon      Où mes Yeux trouvent les Tiens       Pour une Danse avec Toi Et un Moment tu Tourbillonnes comme la Musique en Moi


Je m'Ennivre par le Jazz dans la Nuit       Une Drogue Aimable qui porte Ton Nom     Qui me Bâtit un Nuage pour t'Ecrire la Pluie      Où mes Yeux pourront Lire les Tiens      Souhaitant entendre les Battements de Ton Cœur       Et un Moment je Tourbillonne comme la Musique en Toi


Je m'Ennivre par le Jazz dans la Nuit       Un Doux et Fou Cri dans l'ombre          Qui me Bâtit un Manteau de mes Voeux        Que mes Yeux Capturent les Tiens      Que mes Lèvres Trouvent Tiennes        Et Que Moment n'ait pas de fin avec Toi, la Musique et Moi


 


 


Pays d’été


 


Dans leurs Ailleurs      Etals des Longues Danses         Les Songes Préfèrent Iles Et se Mer      Autour d'un Bel Affleur        Du Sable et de l'Ecume


Au Mille et Loin des Lieux        Temps Paresse        Mots Butent       Au Bar et Ban.. Des Grains si Blancs, le Sable        Et Plages, et Lignes           Etals des Horizons Sans Motifs sont Dessin      Des Pays et des Grèves Peints Sauvages Naufrages..      Au Ciel       Les Bons Nuages


 


 


Les Bals de Jours de Paix


 

Les Dansés de Doigts Rouges       Troublés d'Ocre       Cerclés de Cendre

Jardinent Tourbes Pins, Bois et Chants      De l'Été

 

Les Dansés des Frontières      Brûlés de Sels        Cerclés des Eaux

Se Bercent et Gonflent dans les Mers        Et Troublent Plages et Estivants

 

Les Dansés des Villes Grises      Troublés de Pierres      Cerclés de Routes

S'Étalent sans noms et toits          Au Chœur Hiver, criblés de froid.



 

Denis le Hérisson d’Ukraine

 

Il est. Petit fils du Silence. Plein. De son désir des Routes. Des Sirènes. Les Mers Rondes. Des lumières. De la danse. Plein.  D'une étreinte. Qu'on ne voit pas. Qui bouscule. Le laisse sans article. Peluche. Démunie. Sans cap. En tout sens. Et aucun. Il plane. Immobile. Attaché. A la main invisible. Du marché des désirs. Des notes. Des musiques.  Il aime tant la Route. Cette Mer. Cette Nuit. Ronde. Marine. Brève. Chant rauque. Un bleu. Des griffes. Délice. Qui attrapent son coeur. Lui murmurent.

Denis le Hérisson d'Ukraine. Épris. De sa passion gothique. Denis. Ni ne vit. Ni ne meurt. Car il ne sait rien de celles des Grands Hommes. Des murs et des frontières. Il ne connait que son champ et terrier. Mais quand il marche. Rêveur. Et aurevoir. Il tombe. La patte sur une Mine. Éclatent ses chairs et ses épines. Denis épris des Routes. Le Hérisson d'Ukraine. Est mort aux champs d'honneurs. Loin. Si loin de ses Sirènes.