La
page
blanche

Le dépôt

AUTEURS

41 - Patrice Parthenay

Présentation

PATRICE PARTHENAY

Patrice Parthenay est poète et romancier mais ne vit pas que de cette activité : il dirige une entreprise d'enseignement et de formation au droit du travail , il est aussi chargé de cours à l'université Paris 8 dans cette matière et à Paris 10 il forme également de futurs psychologues sociaux. Patrice est membre de la rédaction de Lpb. S'il n'est pas co-fondateur de Lpb, il a cependant parrainé la revue depuis la naissance de Lpb, et même avant la naissance de Lpb, quelque temps après des études de philosophie.


QUESTIONNAIRE DE LPB - PATRICE PARTHENAY

1/ Pouvez-vous indiquer un livre que vous aimez particulièrement ?


Grâce à Pierre, j'ai aimé découvrir, voire plus (mais "on n'adore que Dieu" disait Marie, ma mémé Alsacienne), ce chef d'oeuvre : Diadorim (Grande Sertão : Veredas en traduction française : Diadorim) de Joao Guimares Rosa (médecin, écrivain, diplomate) : sa forme est entièrement inédite, comme « autobiographie irrationnelle », chanson de geste et véritable merveille méconnue (car issue du Brésil et en 1956, avant la télé généralisée, d'un Portugais déjà en évolution par la distance outre-Atlantique).



2/ Pouvez-vous donner un vers, un mot, que vous aimez ?


Je raffolle... (facile et assez injuste : excusez-moi, je vous prie) de Verlaine avec notamment : Chanson d'Automne (le fugitif s'y allie avec l'indéfini), in poèmes Saturniens

Je raffole d'Apollinaire avec plus particulièrement : le Pont Mirabeau (le temps coule comme le fleuve irréversible avec la même mélancolie que les amours, mais nous restons et espérons des rebondissements - jaillissants comme de jeunes torrents ? -).

Un très long poème épique inachevé me parait inouï : La chute d'Arthur par J.R.R. Tolkien, superbement traduit.



3/ Quelles sont vos lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?


Je me suis plongé dans les biographies de Catherine de Médicis (par Ivan Cloulas, puis par Jean Orieux),

après celles de Henri IV (par mon bon ami Jean-Paul Desprat, pas seulement historien-biographe, aussi romancien historique, sa biog qui a suivi celle de Jean-Pierre Babelon - deux réussites complémentaires -)

et avant celle de Henri III (par Michel Pernot - un peu bof, me dit-on -)

et les mémoires en textes choisis de cette grande intellectuelle hédoniste que fut Marguerite de Valois (fille de Catherine, soeur de François II, Charles IX et H III et première épouse de H IV, avant Marie de Médicis, mère de Louis XIII).


Je lis tout cela afin de préparer la refonte d'un de mes textes (actuellement assez passable, trop marqué par la grand historienne féministe Eliane Viennot) sur la loi Salique (en France) : il faut des testicules sur le trône qui, de surcroît, ne se transmet que par les hommes.

Mon projet global vise à effectuer un tour d'Europe pour les successions aux trônes. Mon texte actuel le plus réussi, au moins comme synthèse extrême, a été écrit sur l'Angleterre, la Grande-Bretagne et le Royaume-Uni, des Romains à Elisabeth II.



4/ Pouvez-vous citer un support de diffusion de la poésie que vous affectionnez (autre que le livre)?


Je ne lis de la Poésie qu'en livre. Même sur ordinateur en fichier joint ou sur le net, vu mon âge relativement technophobe, j'éprouve du mal, mais je m'y mets...