La
page
blanche

Le dépôt

AUTEURS

56 - Ingrid Reuilly

GRAINS, PLUMES, FLOCONS, POILS, ÉTINCELLES, SUIES

NATURE


Par la fenêtre d'une maison chaude comme un abri, la masse invisible d'une tempête troue, déchire, arrache toits et branches fracturées. Dans la maison chaude une femme sourit à l'homme qui dort. Elle lui tend ses bras sans parler comme on dit je t'aime. Leur cercle forme une margelle et dans l'autre corps une source et se mêlent les eaux des amours. Les volets claquent, claquent, suffoque le reste du monde.




TRISTESSE D'ICARE


Sa tête lasse sur une main repose, l'autre pend sur le velours frais de l'oreille d'un chat. Il rêve et se souvient. Il entend dans la conque que fait sa main sur l'océan une grande aile déchirée qui claque infiniment.



FIN D'UN MILLÉNAIRE


Il suffira de trois minutes pour un flot rouge. L'horizon pâlira. Ce sera l'heure de partir. Les étoiles reprendront leur place dans la nuit.



PAYSAGE À NOËL


À l'amarre dans l'eau grise le pin chasse un oiseau de son dôme mouvant. Pour l'oiseau dans ce ciel sale et pâle l'érable incline sa couronne en miettes. La lumière du pré s'éteint. Des amoureux s'embrassent en chemin.



LE GRAND BASSIN


Le jour se lève sur une époque sur les grandes marches près du grand bassin à l'endroit-même où nous étions assis sur notre langue aux doux et durs accents.



L'HUIS


Quand son Altesse me fait l'honneur d'une pichenette je tourne sur moi-même comme une girouette. On frappe à l'huis, voila! j'arrive (il cogne bizarre le sauvage) - Bonjour Hasard, quelle surprise !



ROCHE ET FLAQUE


Sur le crâne poli d'une roche s'étiolent à mourir de maigres flaques grises. Chères contentez-vous de plaire encore un peu à nos cieux, gronde la roche folle de l'or que le diable dérobe dans le tamis.



PRINTEMPS


Une hirondelle au vol pressé bouscula jadis un nuage de lait puis disparut, évaporée dans la rosée de l'arrosoir presque noir que Vénus balançait. J'imagine le fin flacon en mille morceaux. Il pleut des notes de musique et l'envie de chanter. Et je médite, caché dans l'épaisse forêt sous le feuillage tremblant de mon arbre où se pose mon hirondelle.



IL NEIGE


Monte un soupir, léger adieu, mais lourd comme l'est un soupir. Il monte au coeur noueux de l'hiver. Il traverse le carreau bleu rayé par le galop de ses barreaux. Il pénètre un cirque d'étincelles semées par la harpe de l'ange au sein rond de la mère. Dans la paix inconnue, souffle sois libre des enclumes du monde. Non, attends, non, de fleur en fleur sois un papillon et d'un coup d'aile fais au nom du ciel que les étoiles tombent en avalanche noyées dans leur propre reflet ! Il neige !



LUNE AU MIROIR


Chemin faisant la lune tatoue d'astres précieux la peau du ciel penché sur l'océan. Divaguante, hésitant vol de papillon, la lune valse au-dessus de l'eau, et si petite, voilée, ridée, elle rend l'âme au sol d'une lame dressée, cil elle ressuscite, blanchi d'une gerbe d'écumes.



J'ÉTAIS FIÈRE


J'étais fière, fière de mon équilibre à me saouler d'écumes sur la vague qu'un geste machinal disloqua. L'air égaré loin de mon lit triste j'errai, et glissai les mains sur le carreau glacé, embué, devant moi. Ensuite ? L'estomac ensanglanté, assise sur un cratère, l'index branché sur la dernière guerre, j'échouai sur un bac de bitume.



CIEL D'AUTOMNE


La couleur du ciel ce soir est mystérieuse, sa lumière me laisse, par-delà les nues un signe fugace en s'en allant. Mes paupières que j'avais desserrées en baillant et balbutiant paisiblement sont à présent closes sur un tendre secret. Plus tard, quand sera noire la nuit, je mêlerai l'éclat des lueurs sur la toile si j'ose dire la couleur de ce ciel mystérieux.



CONTE ENFANTIN


Il était une fois - mais pour la dernière fois, un flutiau fait du rose du bois d'un roseau né je crois d'une graine dans la poche du petit Poucet. Et donc une dernière fois toc toc toc cet entêté frappait au vieux volet : - Qui va là grince la planche rouillée. Flûte enchantée pour vous servir ! Tac tic baille l'antique pendule. Cette grande pendule est folle songea-t-il , je suis là pour servir ! Et vite, par un trou de serrure que cherchait la main rose de l'aube un rayon de lune noue les moustaches du chat avec un tel fumet (pavane de souris aux papillons grillés) que la grande pendule fut prise d'un infini hoquet.



LA FLAQUE


L'âne s'exclame à sa façon c'est à dire sans façons, les oiseaux sont en récréation. Que tu m'agaces gros chat miauleur qui te faufiles entre mes pas, tu attendras un peu ton pique-nique, c'est aujourd'hui demain dans mon jardin vite que je prenne un bain. D'abord tâtons, pour voir, du bout du pied une perle de capucine, ah que vienne le moment du bain. Céans! Et je respire à grands poumons loin loin de la senteur infecte du charnier quelque part enfoui sous les vagues de l'océan. Hélas voici le ciel dans sa fourrure bleue mais le pantin a plongé le premier. Au secours Cupidon, Au secours (Cupidon c'est le nom du chat qui tire la ficelle du pantin) !



À VÉNUS DANSEUSE


Beauté qui donnes à nos nuits son éclat, danseuse en équilibre sur un fil de soleil, s'il veut dans son froid firmament s'en aller, Déesse, sans regret laisse Narcisse s'y noyer. Plutôt préfère mon refrain, chante la pluie, le parfum des amants. Vois le tourbillon de ma haute vallée, ma pure source, par son arpège la fleur grimpe dans la salive de l'abeille et s'offre à toi ô déesse, goût de miel. Je peins ! de mon couteau mords le galet, l'entaille jusqu'à l'or qui se fond dans le sable. L'eau, moi, voyez, mon corps ondule et se pavane, moires froncées, boucles sur une épaule nue. Que jamais, Vénus, ne vous frôle l'enfer des tôles et des suies blanches, tresses des fusées ! Suivons la muse pas à pas dans la mousse, narcisses.



LA MENDIANTE


Je croule sous le poids de mensonges en haute pile dans ma mémoire qui comme Dieu existent sans l'avoir mérité. Je réclame encore l'amour. Il est venu et reviendra. Je ne sais pas pourquoi mais c'est comme ça. Vite vite je cours vite car le bonheur moqueur est dans le pré. Les genoux couronnés je suis tombée près d'une femme baillant sur le pavé, une mendiante couverte de diamants, poétesse sans doute. Elle disait : - Hier m'en allant promener j'entends un bruit venant du pré, une mine, une mine d'argent, madame la Présidente. Et le petit enfant courait, sautillait dans le ciel, sous un peu de soleil gaspillé.



PIZZA AU COGNAC OU À L'ARMAGNAC


Au fond d'un saladier abaisser un rideau de farine en saccades. Griffer du parmesan, de la levure fraîche et de la brèche du pichet faire mugir les eaux. La pâte mariée d'abord à la cuiller divorcera sous le rouleau; pleure l'olive noire sur l'anchois, une à une. Reniflez-moi ce tapis rouge fin garni de thym , de basilic, qu'au fond du four la pelle au bois fumant esquive. Au moment de servir pas de piment, flambez.



CHAT RÊVANT


Rêve le chat, le chat rêve, brusqué quand sonne l'heure puis se rendort un bout de patte sous le museau. Bouge l'oreille. De la paupière close jusqu'au bout de la queue, il chasse puis lèche sa patte un peu.



LETTRE O


Pas de consolation, pas possible, agonise le vieillard. Un grillon en forme de saxophone, heureusement c'est possible mais l'orage l'écrase d'un éclair. Pas grave, pas grave tout ça. On s'en moque on est allé au lit, on dort. Un petit garçon court autour d'un arbre et dans l'arbre un lion s'est réfugié. L'enfant court vite - comme dans un accéléré - si vite qu'il fond dans le sable. Ne reste sur ce tableau noir que le cercle autour de la craie. Demain nous irons à la lettre U.



À L'ENCRE BLEUE


Je vous écris Alice à l'encre bleue piscine pour le fun. Sans vouloir trop m'avancer je crois qu'un garçon saute mieux à la corde et sans tricher jusqu'au bout de la marelle. Demi-tour où suis-je ? À plat ventre sur le dos d'une tortue qui joue de l'accordéon, ma foi comme un champignon atomique. À midi j'ai laissé un drôle de poisson et j'ai bu un ballon. C'était

vraiment , ah vraiment c'était délicieux.



TOUTE MA MISÈRE


Toute ma misère, toute ma détresse maîtresse, toute la misère du monde pèse sur mes épaules et les secoue comme un arbre fruitier. Ses milliards de lèvres hurlent à mon oreille "Réveillez-vous!" . Elle s'éloigne, s'approche de mon voisin.



ESQUISSE EN JAUNE


Quand j'étais petite comme une crevette boucles au vent, j'étais au bureau près de la fenêtre, un plumier dessus. Il suffisait de tirer la langue de bois et pleuvaient des crayons de couleur pour un arc-en-ciel par exemple. La craie agaçait mes oreilles et la maitresse criait. J'allais emplir de jaune mon étoile comme une fleur de tournesol quand sonnait l'heure de la récréation.



ESQUISSE EN GRIS


La fenêtre naguère aux volets rouges, aux vitres Veronese, s'étrangle maintenant d'un rideau gris moisi. Noyé dans l'amas gris, un zéphyr dévale les pentes. La gouttière vomit.



ESQUISSE EN ROUGE


Au fond de la dentelle bleue, bleu pâle à côté d'un érable fluo qui passe en sifflotant, d'un yucca, hampe blanche délayée au fusain d'algues, miroir sombre d'une compagnie de roses affalées dans l'herbe enfuie partout. Guette la haie pleine d'acné avec ses menottes et l'araigne rince la fenêtre rouge, aussi rouge que la tomate sur le gravier depuis des lustres. Une touffe de sauge mauve.



NUIT NOIRE


Nuit sans lune, Pierrot est sourd depuis toujours et tous ces gens dorment derrière leurs volets. Voilà que chancelle la mine de mon crayon comme d'habitude, et que penche la flamme de la chandelle.



IDÉE NEUVE


Notre terre qui est aux cieux, bilboquet de Galilée, notre terre en vérité je vous le redis, notre terre planète.



J'ÉCRIS POUR TOI


Je te vois à peine d'en bas, tu grimpes. J'aperçois ton bras, il tourne dans le ciel en haut de l'échelle penchée. De l'autre main tu cherches un barreau. Pour l'instant pas grave.



PÈRE


Au détour d'un sentier homme qui fourre son poing dans nos poches pour y laisser un vestige, carcasse de libellule, timbre en son galet, piécette, que sais-je.



SINCIPUT


Quel est ton amour ? Aimes-tu le couteau pénétrant les musiques, préfères-tu la promenade en pinceau sur des lèvres. Sûrement ne pas choisir.



RÉVÉRENCE


Douze yeux doux sur le dos de deux dés, les quatre feuilles d'un trèfle, le choix de l'as, une plume d'aigle pour le décorum. Lune au loin sur un dé, l'autre est cassé et le trèfle a séché, sept tristes piques et plume de rabot qui tombe.



PLUME DE MÉLANCOLIE


Mur d'enceinte de prison tes barreaux ne ferment pas au ciel et aux gouttes de pluie qui trempent une plume de mélancolie, mur d'enceinte d'autre temps, avec laquelle je t'écris.



LE VENT


Il aurait bien soufflé, craché, alors que faire d'autre quand on est épuisé et moulu, sinon se reposer. Cette nuit-là mon amour dormirait sur une vague.



VIE DANS L'EAU


Vie dans l'eau sur le sable ou sous le rocher, de polype à méduse, de méduse en méduse, de goutte d'huile d'alevin en baleine blanche, d'anus en bouche d'oursin, peur du même nerf d'écaille partagée par trois calcium incrustant les lobes d'huitre. Vie dans l'eau , passion symbiotique de l'un pour l'autre, marquée des signes du festin tel l'oeuf chocolat coco effiloché et balloté d'atoll en cap, vie dans l'eau versée par des graines d'oiseaux sur les courants d'algues, avant le cri qui dit la terre.



L'AMOUR


L'amour va loin, toujours loin va sa plainte.



AFFECTION DE LONGUE DURÉE


Sa fille s'approche, elle dépose ses yeux et son fils tend l'autre joue. Et les trois sont drôles.



BALLADE DU DERNIER


On gravit la falaise aux veines outremer d'un fjord où penche l'eau salée vers le mont sombre blessé et brûlé. Que le ciel l'entoure de ses guirlandes sanglantes et qu'il meure comme meurt un cri. Linceul débordé de poussière grise, que les vents boréals l'écrasent en kyrielles d'ombelles. Noir ciboire versé à la bouche, l'abreuvant.



VAGUE POMPON


J'avais une plume en main. Fallait-il frapper la rebelle ? Est-ce ainsi que l'on apprivoise ? Pourquoi l'avoir caressée à l'envers ? Pourquoi ensuite la délaisser ? Pour qu'elle finisse roulée dans la poussière, son bec d'ombre étouffé d'un vague pompon.



OH ! UN AUTRE


Maître, comptez jusqu'à cinq. Bravo ! Votre langue pour un bonbon. Une colombe s'échappe de vos yeux. À nous deux princesse à la mode ! Que daignent vos doigts de miel s'appuyer sur mes doigts et grimpons. Oh ! Un flamant rose se pose tout petit qui picore de la moustache. Oh! un autre et trois et quatre et



APPARTENIR


Appartenir, verbe rouge. Nul n'appartient et nul ne s'appartient. Je me sens être une image froissée d'humain.



PÊCHEUR DE SIRÈNES


Pêcheur charmé par le doux clapotis.



ME VOILÀ


Le temps de m'arrêter en chemin pour faire voler un caillou, me voilà caillou.



LES SAISONS D'HENRIETTE


Tu caressais l'eau des feuilles d'automne collées à tes bottes. Tu faisais des carnages dans les grenades, aux lèvres encore quelques gouttes. Toi qui t'enivrais chaque été de leur sang. Un flocon de neige frappe à ta vitre.




TU DANSAIS


Je t'ai vu danser hier à la fête de la musique, il pleuvait, tu t'inclinais comme un éléphant d'un pied sur l'autre. Tu paraissais absorbé dans quelque pensée. La pluie tombait. Tout n'était qu'une question d'ombres.



LA ROSE


Je ne veux pas d'un vase pour la rose. Puissent ses épines pénétrer profondément.



NOUVEAU SOLEIL


Qu'il s'éteigne, s'allume, c'est un ordre, il obéit toujours, nous renvoie à tous les sens nouveaux de la musique.



LÀ-HAUT


Qui voudrait se moquer, elle marche à peine, s'élever du sol est un prodige, ses yeux tremblent, ses jambes tremblent, elle entend des voix qui disent bravo et patatras. Qui voudrait se moquer là-haut?



CODA


Au bout des rues au bout des lèvres pourpres ruelles il y a ta voix un peu comme une passerelle.




"J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends"

(proverbe chinois)