La
page
blanche

Le dépôt

AUTEURS

57 - Christophe Condello

Présentation


À la fois poète, haïkiste, blogueur, chroniqueur et pacifiste, Christophe Condello vit maintenant entre Laval et St-Côme (Québec).


Il a siégé sur le conseil d’administration de la Société littéraire de Laval, comme membre du jury du Conseil des Arts et des Lettres du Québec pour les bourses aux écrivains, du prix de poésie intercollégial ainsi que pour l’attribution du prix Jacqueline Déry-Mochon.


Il est membre du jury du concours intercollégial de Poésie et ancien responsable de la poésie de la revue Brèves littéraires. Il est apparu dans la 6ème anthologie de la poésie de Jacques Basse et dans Anthologie Poésie du monde 2020 aux éditions du Cygne.


Il a publié 7 recueils de poésie, Les jours fragiles au Noroît, L’ailleurs éparpillé au Loup de gouttières, La seconde résurrection au Cygne , Le jour qui s’attarde chez Éclats d’encre, Entre l’être et l’oubli chez Pierre Turcotte Éditeur, Après la cendre chez Le Lys Bleu Éditions et Rien de plus qu'un écho chez Le Lys Bleu Éditions.






QUESTIONNAIRE LPB


1/ - Pouvez-vous indiquer un livre que vous aimez particulièrement ?


Il y en a tant. J'adore lire et relire des recueils qui me transportent. Anise Koltz, Adonis, Israel Eliraz, Normand de Bellefeuille, Georges Bonnet, André du Bouchet, Mallarmé, RobertoJuarroz, sont quelques-uns des poètes que je lis sans cesse depuis 30 ans. 

Mais je vais opter pour Les murs de la grotte, des poèmes un peu moins connus d'Hélène Dorion, la plus grande poète du Québec à mon sens.

L'univers, l'être, le monde, y sont esquissés dans une parfaite géométrie.

 

Extrait:


Nul n'est chez soi. Ne possède rien.

Nul n'avance, ne va

plus loin qu'en lui-même.


Un pur délice.



2/ - Pouvez-vous donner un vers, un mot, que vous aimez ?


Sans conteste cette citation d'Aristote qui m'accompagne depuis si longtemps:

Les arbres sont des êtres qui rêvent.

Elle est d'ailleurs en exergue sur mon blogue de poésie.

En peu de mots, je crois qu'elle dit tout.


3/ - Quelles sont vos lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?


Chaque matin je me lève, très très tôt, et l'un de mes premiers gestes est de prendre un recueil de poèmes en main. Je débute sans exception toutes mes journées de la même façon. Silence, solitude, café et odeur de café, poésie. Cette équation est le gage parfait de mon épanouissement. Ensuite je vais alimenter mon blogue par de petites mises en lumière, j'y mets donc en avant la poésie, principalement celle des autres, depuis presque 20 ans.

Le choix de recueils varient, ceux que je reçois d'éditeurs, ceux que je reçois des poètes directement et ceux que je me procure.

Il n'y a pas, je pense, d'écriture et de créativité, sans lecture au préalable.



4/ - Pouvez-vous citer un support de diffusion de la poésie que vous affectionnez (autre que le livre)?


J'aime passionnément les livres, ce qu'ils contiennent bien évidemment mais aussi leur support papier, si ludique et si beau.

Si je devais choisir un autre moyen de diffusion, ce serait certainement les lectures publiques.

Qui mieux que le poète lui-même pour faire naître, vivre et voyager son texte?

J'aime ces ambiances littéraires, bigarrées, parfois aussi inspirantes que surprenantes.


5/ - Le monde lit-il toujours et quoi?


Oui bien-sûr. Les livres nous permettent d'expérimenter d'autres vies, de rêver, de nous évader ou de prendre conscience de tellement de réalités, qui nous échapperaient autrement.

Par exemple, les livres pour enfant font naître l'imaginaire, les biographies nous font connaître toutes les facettes d'un personnage, le roman nous emmène en territoire inconnu et la poésie sublime l'être et l'univers.

La littérature est universelle et immortelle, j'en suis profondément persuadé.


6/ - Quel est votre plat préféré ?


Il y en a quelques-uns car j'adore prendre un bon repas avec mon amoureuse ou des amis. Je pourrais citer la blanquette de veau au vin blanc, un couscous, des cuisses de grenouille ou un tiramisu.

Et bien-sûr, le tout agrémenté par quelques verres d'un bon vin rouge.


7/ - Quelle sont votre musique, votre film, préférés ?


J'aime Beethoven, Gainsbourg, U2, The Doors. En ce moment, je suis impliqué sur le tournage du clip video de la chanson Bailar de Jefferson Jeune, un prometteur chanteur haïtien de Montréal. 

J'ai été aussi beaucoup touché par des films comme Orange mécanique, Voyage au bout de l'enfer ou Apocalypse now, qui ont certainement laissé une trace dans ma façon d'envisager le monde.


8/ - Question subsidiaire : pourriez-vous recommander un site de poésie et expliquer votre choix ?


Au-delà du mien que j'essaie de nourrir chaque jour (christophecondello.wordpress.com), j'aime les courts extraits de poésie que Mario Cloutier met en ligne sur son compte Facebook et j'adore les critiques de Daniel Guenette sur son bloque, Dédé blanc-bec, un homme d'une grande intelligence et d'une gentillesse désintéressée. Et un critique exceptionnel.



9/ - Peux-tu parler de tes amours au présent ? 


Il y a en tout premier lieu ma famille, qui tient une place essentielle et prépondérante dans ma vie (j'ai 3 enfants qui sont vraiment géniaux, avec leur personnalité propre et qui me tiennent occupé et m'apportent tellement). J'aime lire, écrire, voyager, découvrir... Je crois que la vie peut-être un cumul incessant de petits plaisirs, qui chacun à leur façon, font de l'existence un grand bonheur.


10/  - Dans le cours de ta jeunesse (16-25 ans), quels sont ou ont été tes principaux intérêts intellectuels ?


J'ai découvert, grâce à un professeur de français, assez tôt, la passion de la littérature avec Les rêveries d'un promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau. La poésie m'est tombée dessus ensuite, comme un mur de briques, avec les Poésies verticales de Roberto Juarroz.

J'au eu aussi une grande passion pour la politique lors du dernier référendum pour l'indépendance du Québec en 1995.

Enfin je me rappelle avoir été un cinéphile assidu pendant plusieurs années, allant au cinéma au moins une fois par semaine.


Voilà, je souhaite à toutes et tous quiétude, poésie et inspiration, et je tiens à sincèrement remercier l’équipe de La page blanche de m'avoir offert cette belle tribune.