La
page
blanche

Le dépôt

CABANES

Denis Heudré

Présentation de Denis Heudré


DENIS HEUDRÉ


Denis Heudré est né en 1963 à Rennes. Face aux fréquentes réponses négatives des éditeurs, il a développé un syndrome de déception-renoncement-procrastination. Il a publié seulement quatre recueils : «Intitulé titre» aux éditions La Porte, «Une couverture noire» aux éditions du Net, «Bleu naufrage» aux éditions La Sirène étoilée et Sèmes semés chez Les Éditions Sauvages, prix Paul Quéré 2016. Il diffuse certains de ses ouvrages en téléchargement dans son site internet. Souhaitant surtout partager, plutôt que chercher à tout prix un éditeur, il propose aux lecteurs de la revue La Page Blanche, de découvrir sa poésie inédite, dans la rubrique «Le Dépôt» du site internet de la revue. Y sont également exposés plusieurs de ses dessins à l’encre. Des vignettes de Denis Heudré sont publiées régulièrement dans la revue Lpb.01


QUESTIONNAIRE DE LPB


Un livre que vous aimez : Commune présence de René Char

 

Un vers que vous aimez : « Rédiger : vous savez ce que vous allez dire. Ecrire c’est le découvrir » Alain Veinstein

 

Lectures habituelles et comment s’expliquent-elles : Je lis en priorité les poètes contemporains car je me désintéresse de plus en plus des romans bâtis sur des schémas narratifs le plus souvent construits selon le même mode opératoire.

 

Support de diffusion de la poésie autre que le livre : le e-book enrichi ou le texte se mélange au multimédia.

 

Le monde lit-il toujours et pourquoi ; Le monde lit surtout des bandeaux d’actualités défilant sur des chaînes d’information. Des titres, des résumés, des punch-lines, des citations hors contexte qui ne font qu’appauvrir la réflexion sur le monde dans lequel on évolue.

 

Plat préféré : riz au lait

 

Musique préférée : j’aime tout particulièrement la chanson française. Cette chanson qui parvient à concilier parfaitement les mots et la musique. Des textes poétiques sans être de la poésie, une musique simple sans être trop facile. Des chansons d’Alain Souchon, Gérard Manset, Alain Bashung, Yves Simon, William Sheller, Serge Gainsbourg, Francis Cabrel, Hubert-Félix Thiéfaine, Jean-Louis Murat, Allain Leprest, Dominique A, Bernard Lavilliers, Benjamin Biolay, sans parler des grands anciens Brel, Brassens, Barbara, Ferré, etc.

Sinon en musique, je préfère le dépouillement aux grands orchestres, et un air de piano de Chopin ou Satie me procure plus d’émotion et d’évasion

  

Site de poésie et expliquer ce choix : Le site du Printemps des Poètes permet d’avoir un aperçu de la production de chaque poète contemporain.



Je sens la grisaille



Je sens la grisaille prendre pied sur le blanc de la page. Invitée par je ne sais quel mauvais sort, elle parvient à profiter de mon encre pour redessiner mes jours en un méli-mélo d'idées maussades qui me font un peu peur. Si écrire c'est laisser une petite lumière allumée après avoir quitté la pièce, je ne suis pas pressé de m'en aller. Je ne veux pas ployer sous cet embonpoint de grisaille qui amollit ma poésie.


Il me faut aborder un poème par sa tension et ne pas tomber dans la facilité d'un bain de poésie bien chaud, bien doux. Il me faut tracter ses caravanes d'ombres qui barrent mon chemin. Et les sortir quitte à casser les mots s'il le faut pour le dire. La création pour autant dévastée n'en sera que plus poème. Preuve que les mots empierrent aussi les chemins et que seule leur mauvais emploi déshonore nos pas.


Mais quasiment après chacune de mes lectures de poètes, je me demande pourquoi continuer. Le complexe d'infériorité bien chevillé au fond de moi, je me laisse recouvrir par la gélatine noire de l'abattement. Pourtant, chaque fois je m'accroche à la moindre brindille pour repartir. La force de la poésie est dans ces quelques brindilles accrochées à nos rêves. Et puis, je me dis que je n'écris pas pour avoir du succès. Juste partager quelques mots avec ceux qui me font la gentillesse de s'arrêter sur mon site internet http://denisheudre.free.fr/


Je suis devant la littérature comme le petit enfant qui, au bord de la mer, pleure pour ses premiers pas dans l'eau avec l'écume de la vague qui monte et rend fragile son pas déjà mal assuré. Je creuse mes heures dans l'espoir un jour d'être des leurs en librairie. Que les lecteurs, éditeurs, artistes et auteurs soient les bienvenus entre mes pages.


(denis heudré)




mon premier ouvrage grâce à Yves Perrine


octobre 22, 2011

http://denisheudre.free.fr/



denis


J'ai la grande joie de vous faire part de la publication de mon premier recueil de poésie, "intitulé titre", édité par les bons soins d'Yves Perrine à Laon. Si je suis content de vous faire partager cette nouvelle, je voudrais surtout attirer votre attention sur le travail d'éditeur d'Yves Perrine.


Car Yves Perrine est un passeur pas comme les autres. Depuis des années, avec son épouse Monique, il plie, assemble et coud des recueils de poésie de quelques 16 ou 24 pages, rectangulaires au format 10×14 et à la jaquette toujours beige.


À l'enseigne de la revue “Poésie en voyage”, les éditions “La Porte” d'Yves Perrine nous proposent, dans la tradition des rares et précieux “minuscules” des ouvrages de nombreux auteurs comme Bernard Noël, Jean Rousselot, Andrée Chedid, Hélène Cadou, Max Alhau, Gilles Baudry, Antoine Emaz, Jean-Pierre Boulic, Jacques Ancet, Jean Lavoué, Marcel Migozzi, Gabrielle Althen, Guénane… mais aussi des premiers recueils d'auteurs inconnus.


Avec toujours une prédilection pour les textes brefs et de qualité, qu'il distille six fois par an par abonnement. Illustré ou non, chaque livret, d'une vingtaine de pages, permet à un poète de s'affirmer dans une collection bien sympathique où brillent l'originalité et le bon goût. Chaque recueil est tiré à 200 exemplaires et reste disponible au prix de 3 euros à l'adresse d'Yves Perrine (Yves Perrine, 215 rue Moïse Bodhuin, 02000 Laon).


Yves Perrine, par la qualité de ses choix éditoriaux et par son enthousiasme et sa modestie, fait honneur à l'édition et à la poésie. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir, si vous le voulez bien, en parler autour de vous.


Contact pour commander mon recueil (3 euros) ou vous abonner (18 euros pour 6 numéros) :

Yves Perrine, 215 rue Moïse Bodhuin, 02000 Laon


Voir ici la note de lecture qu'à publié, à propos d'intitulé titre, Mathieu Nuss dans le n°24 de la revue CCP (Cahiers Critiques de Poésie) :


"intitulé titre" laisse dubitatif, mais on comprend rapidement que "puisqu'il faut bien commencer", ce petit livre cousu (par les soins d'Yves Perrine) recoud entre eux (par l'aiguille de Denis Heudré) des fragments de fouilles tournés autour de l'idée de titre, de sorte que les territoires et les champs qu'un titre propose, ou que les interrogations qu'il peut soulever, soient explorés sous toutes leurs facettes. Les arguments sont là, "tout silence / peut apprendre à être précis".