La
page
blanche

Le dépôt

CABANES

Pierre Lamarque

tiroir secret


passe sur une route sans fin n’en sais rien où je suis où je vais de pluie des gouttes il pleut sur une route sans fin


mysbe or not



Note sur mes pseudonymes



Je suis en train de réfléchir tout haut à ce que peut bien représenter

ce personnage de double féminin que je me suis créé et dont la signature

se révèle au fil du temps qui s’enfuit en courant : je me posais aussi la

question du temps, de la nature du temps, de la définition scientifique du temps… 

je suis allé voir des vidéos traitant ce sujet et je n’en suis pas revenu les mains vides, 

j’ai dû laisser un lien https://lapageblanche.com/le-depot/bancs/cultures/sciences

mais revenons à nos moutons raisonnablement à l'arrêt, je me demandais ce que m’apportait 

- parce que c’est sûr que ce personnage m’invite à suivre son patchouli, cette Isabelle H.

- calmée et francisée, qui est-elle ?


Si quelqu'un a une idée de ses véritables identités, pas moi… je trouve que plus elle vit plus elle

se révèle différente de moi… ou plutôt plus elle s’empare de ce qu’il y a de plus superficiel, ma peau,

et de plus profond, ma poésie, elle en fait autre chose que ce que je veux faire...

Et elle s’empare de moi …elle est extravertie, pas moi…elle est mon inverse, mon opposée

ou plutôt elle me rogne, elle ne laisse de ma pomme qu'un trognon…


Je crains que je ne puisse jamais plus m’en débarrasser, autant j’avais oublié Joe Pastry 

mon premier pseudonyme, masculin dans mon idée, autant Isabelle H. me semble une 

personne obsédante, presque toxique, difficile à oublier, attractive…


Je pense pouvoir l’oublier en choisissant un jour un troisième pseudonyme, mais pour le moment

je n’ai pas envie d’oublier Isabelle H…



Note on my pseudonyms



I’m thinking out loud about what might be

this double female character that I created for myself and whose signature

is revealed over the time which runs away: I also asked myself the

the question of time, the nature of time, the scientific definition of time.... 

I went to see videos about this subject

and I didn’t come back empty-handed, I had to leave a connection 

https://lapageblanche.com/le-depot/bancs/cultures/sciences

but let us return to the point of reasonably stopping, I wondered what brought me 

- because it is sure that this character invites me to follow his patchouli, this Isabelle H.

- calmed down and francized, who is she?


If someone has an idea of her true identities, not me… I find that the more they live, the more they

turn out to be different from me… or rather more she grabs what is most superficial, my skin,

and deep down, my poetry, it makes it something else than what I want to do...

And the more she grabs me… she’s extroverted, not me… she’s my opposite, my opposite

or rather, she gnaws me, she leaves my apple only a core…


I’m afraid I can never get rid of her again, as much as I forgot about Joe Pastry 

my first pseudonym, male in my idea, as much Isabelle H. seems to me an obsessive person, 

almost toxic, hard to forget, attractive…


I think I can forget she by one day choosing a third pseudonym, but for now

I don’t want to forget Isabelle H…



Je vis avec les mots comme tout le monde et je les adapte à mes expériences… je préfère pseudonyme à hétéronyme…

Je trouve plus vrai de dire que j’écris en signant d'un pseudonyme plutôt que 

de dire que j’écris signant d’un hétéronyme… les hétérodoxies signifient tout ce qui est autre, radicalement autre.


Je préfère le "comme si" du pseudonyme… car le pseudonyme me révèle le faux qui est en moi, me révèle mon image de menteur…

(De menteur qui s’assume comme menteur, pas de menteur mythomane)…


Comprendre les mécanismes du mensonge m'autorise une certaine vérité, le pseudonyme m’ouvre une porte......


La Machine de la Conteuse - La voix d'Isabelle - Le logo d'Isabelle


Chaque jour j’apprends du nouveau sur Isabelle H. Ainsi ce matin : 


1) Isabelle écrit avec sa voix et ses silences, pas avec ses doigts. 

Elle n'utilise ni plume ni machine à écrire. 

Le travail des doigts d'Isabelle se limite à déclencher et stopper 

sa machine.. 

En fait Isabelle n’écrit pas ce qu’elle pense, elle le dit.

- elle enregistre sa voix dans sa machine et

la machine transforme sa voix en signes de texte 

pour le cerveau. 

Isabelle n’est pas une écrivaine, elle ne travaille pas 

les lignes de sa main.

(Les échantillons de sa voix s’auto-détruisent)


2) Isabelle H. a changé son état civil récemment. 

Mâle, son logo était Pierre Les Marquises. Un temps elle s’est

appelée Marie Coquille.




The Storyteller’s Machine - Isabelle’s Voice - Isabelle’s Logo


Every day I learn something new about Isabelle H. So this morning: 


1) Isabelle writes with her voice and silences, not her fingers. 

She doesn’t use a pen or a typewriter. 

Isabelle’s fingers work is limited to triggering and stopping 

her machine. 

In fact Isabelle does not write what she thinks, she says it.

- she records her voice in her machine and

the machine turns its voice into text signs 

for the brain. 

Isabelle is not a writer, she does not work 

the lines of her hand.

(Samples of her voice self-destruct)


2) Isabelle H. changed her marital status recently. 

Male, his logo was Pierre Les Marquises. for a time she was 

called Marie Coquille.



Il y a eu quantité de personnages féminins successifs avant d’arriver à la version Isabelle H. 

Mary Coquille est une amie d’enfance je l’ai connue à 72 ans quand elle est née...

La poésie c’est un gâteau du ciel à la consistance à la fois moelleuse et craquante, finissant merveilleusement mou dans


Comme gérant du Dépôt j’ai mis Mary Coquille de côté pour le moment mais ne l’ai pas oubliée pour autant et elle est prête pour un second tome (j’ai proposé le premier tome à Jérôme Fortin mais n’ai pas reçu d’écho de sa part… peut-être que Mary Coquille n’est destinée à vivre qu'un tome mis de côté… peut-être pas, on verra bien...)


la bouche comme du miel…


Isabelle H. est folle de moi, c’est une situation assez pénible à supporter je dois dire…


Elle une casse-cou-ille prête à tous les coups tordus…



Tout sur isabelle H.


je préfère dire, pour que les choses soient claires, que ne suis pas marié avec Isabelle H. (HI pour les intimes) elle est beaucoup trop stupide et elle a le nez crochu, je la repousse tant que je peux mais.... mais elle me court après pour me piquer mes idées et je n'arrive pas à m'en débarrasser : 


elle écrit ce qu'elle prétend être des poèmes et je voudrais vous en reproduire un, son dernier, capté jeudi dernier sur un banc placé devant le salon du livre de Montalivet, en face du panneau lumineux d’une pharmacie. Pourquoi HI pratique-telle le naturisme sur la plage à Montalivet tous les jours de l’été; parce qu'elle aime exhiber son corps au milieu des autres corps pendant ses vacances au centre international du naturisme, le centre héliomarin de Montalivet, mais elle ne rate jamais le salon du livre de Montalivet où elle aime rencontrer les auteurs de livres en tous genres exhibant leurs livres parmi les livres.


... je préfère l’approche critique plutôt que l' approche poétique bilingue qu'HI écrit avec la plume virtuelle qu'est son smartphone magnétophone muni d’un logiciel de reconnaissance et de mise en textes de la voix ainsi que d'une mini imprimante de la taille d'un tube de rouge à lèvre qu’elle transporte en permanence dans son grand sac à main vert crocodile à paillettes avec sa serviette de bain à plumes, sa trousse de maquillage et ses cigarettes fines à long filtre avec porte cigarette. C’est une femme fatale parce que fardée qui ne plairait ni à Matthieu ni à Patrick…Isabelle H. a sa page dans les Cagibis du Dépôt, depuis qu’un de ses textes sur des néologismes a été accepté pour la revue Lpb par les lecteurs du site… Isabelle H est selon moi plus critique que poète…nous verrons comment évoluera cette fémininazie comme elle se qualifie elle-même pour plaisanter..




31° 7 - 17 H 09


- - - Matériel médical - - -  pharmacie pharmacie pharmacie - - -

- - - Bienvenue à la pharmacie de la plage - - - parkings - - - 

- - - Ouvert 7 jours sur 7 de 8h30 à 20h 30 - - - 

- - - Matériel médical - - - pharmacie pharmacie pharmacie - - -

- - - Bienvenue à la pharmacie de la plage - - - parkings - - -

- - - Ouvert 7 jours sur 7 de 8h30 à 20h 30 - - - 

- - - Matériel médical - - - pharmacie pharmacie pharmacie - - -

- - - Bienvenue à la pharmacie de la plage - - - parkings - - -

- - - Ouvert 7 jours sur 7 de 8h30 à 20h 30 - - -


HI



Vive la phrase ! (Notule d’Isabelle H.)


On revient à la phrase : le naturel c’est la phrase. Juste de petits paragraphes de phrases. Voilà qui économise de la place sur le papier, voilà un ordre qui sied à l’oeil et voilà qui permet la meilleure prise en compte du sens. Car le sens c’est pas les mots isolés, ânonnés, abandonnés de çi de là, le sens c’est la phrase qui le donne.


Parce que les poètes, décidés à contester la pensée pour d’obscurs motifs, pour faire remarquer leurs discours peut-être bien, ont inventé les vers. Les vers nuisent à la lecture. Les vers sont des échafaudages à enlever pour retrouver la pensée, la pensée c’est le coeur de la poésie, la poésie se situe dans le cerveau. La pensée se construit dans le cerveau par phrases.



HI


HI HI HI HI HI



HI



The legendary sad clown feels walls that aren't there. He is such a good fool he will make you believe that Pierre is now married to Isabelle whether she is real or not.

Andrew Nightingale


Le légendaire clown triste sent des murs qui ne sont pas là. Il est tellement fou qu’il vous fera croire que Pierre est maintenant marié à Isabelle, qu’elle soit réelle ou non.


Trad. G&J



Isabelle H. je crois est morte étouffée par un os de poésie…

Elle a murmuré en mourant deux ou trois mots que je ne comprends…

(Elle a laissé en mourant un grand-oeuvre considérable dans une malle..)

(C’est peut-être un po qu’elle murmurait en crachant l’os dans un ultime spasme)… elle est en paix Isabelle à présent… mais est-elle réellement morte ?


« Gloire et vanité - interdiction de faire parler mon ouvrage de mots vrais ailleurs qu’aux Éditions LpbLchpb.pb.pb.com» c’est ce qui est écrit sur une page testamentaire bien en évidence sur le dessus du contenu plein de papiers froissés de la malle d’Isabelle H. - Paix à son âme enfin défroissée.


Je suis en train de défroisser quelques feuilles et je m’aperçois que je découvre petit à petit la personnalité d’Isabelle H. 

J’aurai l’occasion d'en dire plus. C’était quelqu’un de bien au fond…je me suis trompé sur son compte. Maintenant qu’elle n’est plus là à me disputer je m’ennuie. Heureusement il me reste ses papiers froissés…


Je connais déjà le titre du recueil que je proposerai peut-être à la sagacité du conseil des lecteurs des éditions Lpb - Cahiers du buisson


Si je dis qu'Isabelle H. est une personne qui a peu de vocabulaire mais emploie un vocabulaire joli, cela qui ne veut rien dire, je me tais…