La
page
blanche

Le dépôt

CABANON

11 - Arnaud Rivière Kéraval

Né en 1972, originaire de Bretagne, j’ai vécu de nombreuses années en Inde et au Népal.  Au fil de mes pérégrinations et rencontres, j’ai écrit plusieurs recueils de poèmes. Pendant longtemps j’étais peu enclin à la publication, ne sachant pas surmonter les affres de voir mes textes figés comme dans le marbre. Recevant des échos positifs, je me suis ouvert depuis peu au monde de la poésie, rendant publics mes poèmes dans diverses revues et magazines littéraires comme le site OuPoLi dont j’ai rejoint le comité de lecture récemment.


Questionnaire de LPB

 

1/ - Pouvez-vous indiquer un livre que vous aimez particulièrement ?


Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov pour la force des images et sensations qu’il suscite, qui vaut tous les cinémas 4d du monde.

De la même façon, Les enfants de minuit de Salman Rushdie ou encore Les saisons en enfer du jeune Ayyâz de Reza Baraheni.


2/ - Pouvez-vous donner un vers, un mot, que vous aimez ?


Le dernier vers en date qui m’a marqué :

« Il n’y a pas de vent, mais du vertige face au chemin. » de Miguel Angel Real, Hickory Lake, Minnesota

Pour moi, toute la poésie est là. En quelques mots simples, tout le champ des possibles de notre âme s’ouvre à nous.

Un mot : zindagi (« la vie » en urdu). De par sa sonorité, ce mot englobe bien la complexité de la vie, ses montées, ses descentes, ses aspérités.


3/ - Quelles sont vos lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?


Quotidiennement de la poésie que je glane dans les revues en ligne notamment, ces lectures ponctuent ma journée de moments arrêtés qui permettent de se recentrer dans ce monde moderne où tout va si vite. 


4/ - Pouvez-vous citer un support de diffusion de la poésie que vous affectionnez (autre que le livre)?


Les revues de poésie en ligne pour leur instantanéité. Mais le format papier est autant nécessaire car il permet d’y revenir ad libitum, solide comme une borne d’amarrage.


5/ - Le monde lit-il toujours et quoi?


Tout le monde lit sans le savoir, sur nos écrans, sur les affiches publicitaires des bus, sur les murs de la salle d’attente du praticien… mais cette lecture utilitaire prend trop le pas sur la lecture de l’imaginaire qui est une porte d’entrée indispensable de notre conscience.


6/ - Quel est votre plat préféré ?


En ce moment, je courrais volontiers pour un dal bhat à Katmandou, un biryani de poulet agrémenté d’un raïta à Pondichéry, ou une salade de papaye verte bien pimentée dans les rues moites de Bangkok.


7/ - Quelle sont votre musique, votre film, préférés ?


Burning de Lee Chang-Dong pour son ambiance énigmatique qui m’envoûte à chaque fois. C’est un film dans lequel je me sens bien.

Toutes les chansons de Serge Rezvani écrites pour Jeanne Moreau, leur modernité et liberté insolentes me saisissent encore à chaque écoute.  


7/ - Question subsidiaire : pourriez-vous recommander un site de poésie et expliquer votre choix ?


Forcément je citerai le site OuPoLi de mes amis Jean-Jacques Brouard et Miguel Angel Real qui m’ont accueilli chaleureusement dans leur comité de lecture. C’est un « OUvroir de POésie Libre », libre mais exigeant.