La
page
blanche

Le dépôt

CABINETS

Sandrine Cerruti

Si je mourais là-bas...


« La poésie en dit long et c’est vite fait. La prose ne va pas très loin et prend du temps. » Charles Bukovski.

Présentation de Sandrine Cerruti. 

Née le 18 juillet 1968. Enseignante dans le secondaire. Un compagnon de route, Philippe et un fils, Olivier. A mes yeux, la meilleure nouvelle de ses quinze dernières années est la sortie de la poésie de son univers très confidentiel et refermé, presque inaccessible, grâce au développement des réseaux. Elle peut arriver à circuler entre ceux et celles pour lesquels sa rencontre eût relevé de l’impossible. C’est ma chance. 

Pourquoi la poésie ? 

Parce qu’elle peut embrasser le monde par son infinie richesse, son intensité, sa sincérité, ses éclats de vrai, son mode toujours neuf de mise en forme pour faire ressentir et dire la vie et la vivre plus intensément par le dire, elle gagne l’être, tout doucement. Elle se met à circuler dans toutes ses dimensions. Elle fait avancer-au-monde en mode ontogénésique. 

« La poésie, c’est l’un des plus vrais, un des plus utiles surnoms de la vie. » Jacques Prévert



Questionnaire de LPB

Sandrine Cerruti


 


1/ - Pouvez-vous indiquer un livre que vous aimez particulièrement ?


 


Rimbaud, les illuminations. (A mes yeux, c’est lui le patron.)


 


2/ - Pouvez-vous donner un vers, un mot, que vous aimez ?


 


« Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud ! Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi. » René Char, Fureur et mystère.


 


Mot aimé : non.


 


3/ - Quelles sont vos lectures habituelles aujourd’hui et comment s’expliquent ces habitudes ?


 


Poésie. Diversité extraordinaire de ce genre resserré. Dire peu. Donc dire.


La poésie est parole écrite.


La pesée obsessionnelle de ses mots lui donne l’éclat du vrai.


 


4/ - Pouvez-vous citer un support de diffusion de la poésie que vous affectionnez (autre que le livre)?


 


Supports sonores. Lectures par des comédiens (lectures de textes poétiques par Denis Lavant plus spécialement.)


 


5/ - Le monde lit-il toujours et quoi?


 


Audiolivres. Supports numériques. Internet. Livres.


 


Quoi ?  Immense diversité de genres : mangas, philosophie…. Liste vertigineuse … et certainement de la poésie plus que jamais grâce au web. Excellente nouvelle. On s’en réjouit.


 


6/ - Quel est votre plat préféré ?


 


Déclinaison d’œufs en mode salé (coque, brouillés, durs, au plat) et sucré (crêpes élastiques, œufs au lait). Et aussi fromages (qui décollent le papier peint !)


 


7/ - Quelle est votre musique préférée ?


 


Musique électronique (trip hop, électro pop, et aussi dark, industrial, cyberpunk techno pour écrire). Classique (Requiem plus particulièrement). Musique répétitive (Steve Reich, Philip Glass). Fan totale de Patty Smith (punk poétique). Passion totale pour Kurt Cobain, je l’idolâtre. Je reviens toujours à Nirvana. Comme à une source jamais tarie.


 


7/ - Question subsidiaire : pourriez-vous recommander un site de poésie et expliquer votre choix


 


https://revuedissonances.com/. Je m’y projette. Je m’y retrouve. Ils sont actuels, comme LPB. Je les aime.


 


 


Film : Je ne sais pas trancher.

 

Tarkovski

Quand j'étais étudiante, il y a bien longtemps, j'ai découvert le cinéma de Tarkovski. Je l'ai intégré, sans le savoir, comme une source qui ne tarit pas. Il faut toujours revenir à son monde. Il n'y a rien au-dessus. On découvre. On s'emballe. Mais, aucun réaliseur ne dépasse à mes yeux son cinéma-monde-poème. Je dis le film le miroir de Tarkovski. La démarche est sans égal : intemporalité, universalité, force indéboulonnable de l'être pris dans l'écheveau de la grande histoire, images qui laissent triompher l'onirisme. Et mieux : il est le cinéaste de la rêverie. C'est difficile ça, la rêverie, au sens ou Bachelard l'entend par exemple. La rêverie n'étant pas une fuite hors du réèl. Au contraire, la rêverie, parce qu'elle est dynamique, pleinement associée à la marche créatrice du vivant, c'est du réèl avec sa part légitime de rêve. Pleinement légitime. Sans folie. Tarkovski redonne au rêve, à la rêverie, sa place légitime dans le déroulement de la vie. On n'est jamais dans le réèl. On le sait bien. On saisit si peu du monde. Tarkovski, légitime, donne à voir le réèl rêvé du poète. Car il était aussi poète et fils de poète. Tu vois? Comme un poème ou une lettre à Lou d'Apollinaire qui donne à voir la guerre de 14. C'est scandaleux, n'est-ce pas? Donner à voir ainsi la guerre ! Comment est-ce possible? Et pourtant.... ce sont les yeux du poète sur lequel il met des mots sans concession sur la dimension presque inacceptable de cette vision, tout comme Tarkovski légitime l'existence en mode poétique au monde. 


Si je mourais là-bas...


  •  


Guillaume Apollinaire

Si je mourais là-bas sur le front de l’armée

Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée

Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt

Un obus éclatant sur le front de l’armée

Un bel obus semblable aux mimosas en fleur

 

Et puis ce souvenir éclaté dans l’espace

Couvrirait de mon sang le monde tout entier

La mer les monts les vals et l’étoile qui passe

Les soleils merveilleux mûrissant dans l’espace

Comme font les fruits d’or autour de Baratier

 

Souvenir oublié vivant dans toutes choses

Je rougirais le bout de tes jolis seins roses

Je rougirais ta bouche et tes cheveux sanglants

Tu ne vieillirais point toutes ces belles choses

Rajeuniraient toujours pour leurs destins galants

 

Le fatal giclement de mon sang sur le monde

Donnerait au soleil plus de vive clarté

Aux fleurs plus de couleur plus de vitesse à l’onde

Un amour inouï descendrait sur le monde

L’amant serait plus fort dans ton corps écarté

 

Lou si je meurs là-bas souvenir qu’on oublie

— Souviens-t’en quelquefois aux instants de folie

De jeunesse et d’amour et d’éclatante ardeur —

Mon sang c’est la fontaine ardente du bonheur

Et sois la plus heureuse étant la plus jolie

 

Ô mon unique amour et ma grande folie

 

Apollinaire, Guillaume, « Si je mourais là-bas... », œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1956.