La
page
blanche

Le dépôt

CABINETS

Stéphane Casenobe

La moindre bonne écriture

STÉPHANE CASENOBE


Je suis né en 1973 à Saint-Ouen. Je me consacre au théâtre à 19 ans. Je participe à plusieurs projets nationaux et tournées. Parallèlement à cela je publie dans une quarantaine de revues de poésie. Actuellement je prépare un cinquième ouvrage pour l’année 2021.

L’utilisation du présent de l’indicatif ainsi que les lettres majuscules ou capitales sont une constante dans mon travail. Ceci pour revendiquer une poésie droite, dressée, debout comme un acte de résistance, comme des stèles érigées, des slogans lancés. Les combinaisons apparaissent alors et permettent une lecture que j’espère originale et poétique !




La moindre bonne écriture






LES PERMUTATIONS MECANIQUES

 


 

 

 

ET             JE ME CROIS NATIF D’UNE LUMIERE AVEUGLE.

JE SUIS INCAPABLE DE PRENDRE LA LUMIERE

DES AUTRES.   ET CETTE PURETE CHAOTIQUE

QUI          ME   GAGNE         QU’ELLE EST-ELLE ? SANS REPUGNANCE

 

AUCUNE                                              J’ENGENDRE   CE POEME. JE PARLE

MIEUX EN ECRIVANT JE CROIS. AUTOCENTRE !

INSOLENT               QUE JE SUIS !      J’ECRIS DE   DERRIERE

MON AME.            JE ME CACHE ENTIEREMENT        LE SEXE

 

QUAND JE FAIS LE GESTE D’ECRIRE…              CAR JE MUTE

POUR                                APPARAITRE.     EST-CE QUE JE FAIS        FAUSSE ROUTE ?

MA              POESIE EST COMME UNE  MAUVAISE AUBERGE !

 

MASSACRANTE…         SANS AUCUNE ETOILE AU PLAFOND.

QUELQUES                     MOTS SURVIVRONT ICI A CE POEME.

TOUT                                              EN SURPASSANT TOUT CODE ET TOUTE CULTURE ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA MOINDRE BONNE ECRITURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JE JOUIE D’UN BENEFICE ADAPTATIF       AVEC

MES                                                                    MOTS. D’UN CAPITAL TARDIF AUSSI. J’ECRIS

EN                TRADUCTION D’ENFANT.      ECRIRE        DEVIENT

L’URGENCE.                     CONJUGUER                                        PAR-DESSUS LES INSULTES

 

EN          ACCEPTANT DE NE RIEN COMPRENDRE.                                                       J’ECRIS

MES       TEXTES COMME S’ILS ETAIENT DE MOI !                POURQUOI

LE FREMISSEMENT DES VIBRATIONS ME GAGNE ?

QU’IMPORTE                           LE FLACON POURVU                  QU’ON          AIT L’IVRESSE !

 

PAS            D’INTERIORITE EN SOI QUE DU FUTUR

QUI                              GICLE ! POESIE CHAMPAGNE                                              JE TE BAISE !

J’ECRIS POUR ATTEINDRE  DE        PLUS HAUTES ENFANCES.

 

POUR   QUI SUIS-JE VENU  TROP TARD ?     DE CE QUI RESTE

DE      SAISISSABLE                       EN SOI ?     BIEN                  QUE CONTINUER

SOIT                UTILE…                      SANS       POINT DE VUE QUE  L’HORIZON.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CE DERNIER LAPSUS D’ALCOOL ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MES            GESTES D’ECRIRE       SE MEURENT         S’ILS S’ARRETENT.

ILS                                                                                            SE DESAGREGENT    EN POEMES APRES

UNE DESTRUCTION MASSIVE DE MON ŒUVRE.

LE POETE NE TRACE PAS DES LIGNES DROITES.

 

LE POETE  EST FORGE DE MATIERES FOSSILES.

LE POETE QUE   JE SUIS A DES COUILLES D’OR !

NUL           NE M’INTERDIRA D’ECRIRE…                          ACCEPTEZ-MOI

TEL                    QUE JE SUIS CAR TOUT        SE TAIT ET TOUT S’EFFACE

 

EN UN INSTANT.                                                JE SAIS J’UTILISE DES MOTS

POUR                                  NE RIEN DIRE.      AIDEZ-MOI           A DEVENIR

LE PLUS GRAND              POETE                     DE               TOUS LES TEMPS.                       LE SEUL.

 

CAR          IL EN FAUT BIEN UN… QUI EST-CE                            QUI ECRIT

A                                  MA PLACE ?  UN AUTRE QUE MOI-MEME ? LE SEUL ?

ET                  QU’EST-CE QUE CELA QUI PENSE EN MOI ? C’EST L’AUTRE…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CE QUELQUE CHOSE DE CONTRE-INTUITIF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET QUEL SEUIL ME FAUT-IL FRANCHIR ? JE ME SITUE

DE                                                                  L’AUTRE COTE  DU POEME.   J’ECRIS CONTRE

CE DONT                                                    JE ME SOUVIENS.       ECRIRE    C’EST          DEJA

TROP         JE CROIS. CAR JE CREE UN POEME A USAGE

 

UNIQUE.   CAR                  JE CREE                                                MAIS CA NE FAIT PAS MAL.

POESIE DE QUEL SECOURS ES-TU ? JE T’AI VU

ME VOIR.                                                         POUR UNE OU DEUX MINUTES TES MESSAGES

SE CODENT.                               ALORS JE PASSE…                               COMMENT EN SUIS-JE

 

ARRIVE-LA ?                                                                         AI-JE CE QUELQUE CHOSE EN PLUS ?

NON.  RIEN                    NE PEUT M’ATTEINDRE         OU                    ME COMPROMETTRE.

LA  POESIE                                      CETTE GARCE LE SAIT !                                           CE MOT

 

QUI SERAIT LA FIN DE TOUTE PAROLE ECRITE ?

ME PERDRE JUSTEMENT.                   M’EGARER                                             LOIN DES POLES

MAGNETIQUES                                     QUI        ME GUIDENT ET M’EBLOUISSENT…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JE SUIS LA MEILLEURE VERSION DE CE QUI SE FAIT DE PIRE !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA  POESIE    NE M’EST D’AUCUN SECOURS. QUE SUIS-JE

EN                                                                       TRAIN D’ECRIRE ? J’AI DU MAL A DIGERER

LA PAROLE    PURE    DU POETE.                                                                     UN SEUL MOT

SUFFIT POUR ECRIRE UN POEME.                         JE NE SAIS

 

PAS     CELUI QUI ECRIT EN MOI ?                                                          MA VOIX MOI SEUL

L’ENTEND.   J’ECRIS A EFFACER           LES DIFFERENCES.

JE    TIENS    LE POETE                            PAR LES COUILLES !                       JE CHERCHE

A  ECRIRE    LE POEME PARFAIT.        JE  SUIS

 

QU’UNE EXTENSION GROSSIERE DE LA POESIE…

UNE      EXPRESSION COMPLEXE ET     UNIQUE.                                                 JE TRICHE

AVEC   MOI-MEME ET CA ME PLAIT !   POURQUOI ECRIRE

 

ME                                    FAIT MOURIR  AVANT LES AUTRES ?                      JE L’IGNORE

ENCORE.    IL ME FAUDRA DEVENIR  LE         PLUS GRAND

DES POETES OU RIEN…               MOI.  L’USAGER DES MOTS.    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

JE ME CONTENTE DE METTRE DES MOTS EN ACTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JE TOUCHE LA     UN MONDE AUTISTE    ET     BIPOLAIRE.

QUOI FAIRE DE                                                                    CETTE   DOULEUR DES JOURS ?     RIEN.

JE         TRICHE     AVEC       MOI-MEME    ET CA ME PLAIT !                         L’ESPOIR

EST A CE PRIX     LA                                       POESIE    AUSSI…                    FAIT CHIER !

 

JE     ME DEMANDE CE QUE PEUT BIEN SIGNIFIER

ETRE             POETE ?       HORMIS ETRE VITAMINE

DE MOTS.   J’ECRIS         COMME JE                VOIS DES TRAINS POSTAUX

S’EN ALLAIENT…                                                  LA     OU         LES AGNEAUX VIENNENT   BOIRE.

 

LE                                        DEMON DE                MES                 MOTS NE CONNAIT PAS LE DOUTE.

ECRIRE                              AVEC CE QUI N’EST PLUS                LA       ME STIMULE !

LE PLAISIR COUPABLE D’ECRIRE ME SAISIT…

 

JE      NE SUIS PAS LA BRULURE DE MES POEMES.

NI                                          LA DOULEUR NON PLUS. J’ECRIS POUR DE POSSIBLES

GUERRES                            FUTURES  IMMEDIATES ET VRAIES.  

 

 



J'écris là où les agneaux viennent boire



 

J’ÉCRIS LÀ OÙ LES AGNEAUX VIENNENT BOIRE

 

 

  

IL PARAIT QUE DIEU EST HEUREUX    QUAND   IL VOIT

SES                ENFANTS JOUER ?   UNE AUTRE UNITE DE TEMPS

EST   NÉCESSAIRE POUR MESURER                       L’ABSOLU

DANS SA                    TOUTE PUISSANCE.             EST-CE QUANTIFIABLE

 

L’AMOUR ?                EST-CE COMPATIBLE              OU   BIEN MESURABLE 

COMME LA POÉSIE ?            NUL NE LE SAIT…                CE DONT

JE        SUIS SÛR    C’EST QUE LE POÈTE  EST INVENDABLE

MAIS                 AUSSI               INFRÉQUENTABLE !    IL     EST SEPARÉ

 

DES                   MOTS.              DÉCHU. DÉGÉNÉRÉ !   BEL       ENCULÉ

CE POÈTE ! JE SUIS CE POÈTE…             ILY A

DANS   MES MOTS    COMME UNE GUERRE PERDUE D’AVANCE.

 

DÉTRUIRE SON ŒUVRE  RÉGULIÈREMENT

DEVIENT    LA NORME. DEVIENT URGENT…           J’ÉCRIS

EN          DÉVIANT  LA MAIN QUI ÉCRIT.        LESTEMENT.

 

 

 

 

 

 

  

D’UN AUTRE JE SUIS LA FULGURATION

 

 

 

JE ME SENS POURRI PAR LA POÉSIE.          J’ÉCRIS

SANS  REGARDER      À LA                DÉPENSE.               SANS UN MOT

À       AJOUTER.   C’EST TOUT SAUF DE LA POÉSIE !

J’ÉCRIS COMME     UN          BLESSÉ PAR BALLES.                ET  JE VENDS

 

TRÈS CHÈREMENT MA PEAU… À TOUT CE QUI VIENT

TROUBLER                LE SILENCE JE DIS MERCI.                 D’UN    LENT

DÉGEL    DES CORPS ET DES CHOSES J’APPARTIENS.

MAUVAIS ENDROIT. MAUVAIS MOMENT...                 DES CHIENS ATTENDENT

 

POUR ME NIAQUER. DES        CHIENS SUR MESURE !     DES CHIENS

FUMANT !                      C’EST  MAINTENANT      QUE    JE JETTE MON CRI.

CAR   JE SUIS L’HOMME EXACT !     CAR VRAIMENT      JE     NE VEUX

 

ME    SOUVENIR       DE RIEN.                     PLUS D’APPARENCE HUMAINE.

DE        DÉCOR       EN TROMPE L’ŒIL...          EN RIME POUR L’ŒIL…

ÉCRIRE                JUSQU'À             NE SENTIR PLUS AUCUN MAL.

 

 

 

 

 

 

  

UN RIEN DE RÉPULSION

 

 

 

MES MOTS SONT                  LES IMPACTS D’UN TIR PERDU.           J’ÉCRIS

À          BOUT     PORTANT.                 PLUS DE RIPOSTE       DÉSORMAIS.

JE N’EN SORTIRAI PAS INTACT…                DUALITÉ

CHERIE !       PRÉSERVE-MOI                  INDEMNE !              SAUVE-MOI

 

DE                                L’IMPOSTURE   D’ÊTRE POÈTE.       IL ME FAUT

ME                                DEDOUANER    D’ETRE POETE.      D’INCARNER

LE   MEILLEUR D’ENTRE TOUS !    ET CE QU’ON    S’APERÇOIT

AVOIR  NEGLIGÉ        NOUS                        REVIENT  A LA GUEULE…

 

MA                     TOUTE PUISSANTE FAIBLESSE  SE MET  À

L’ŒUVRE.                                      PAREIL  POUR  MA    NATURE    SUBVERSIVE.

QUI    AU JUSTE  ME MANIPULE ?         QUI CÉLEBRE

 

MON   DÉCLIN ?          SIGNE  DE MAIN ET DÉPART ! J’ÉCRIS

ET JE M’ÉLOIGNE DE MOI-MÊME.                       ÉCRIRE ME FAIT

CLAMSER         AVANT TOUT LE MONDE…           ALORS  N’ÉCRIS PAS !

 

 

 

 

 

  

DES CERTITUDES IMMÉDIATES

 

 

  

MES PRIÈRES N’ONT PAS DE          CIEL POUR PRIER.

PAS             DE REFUGE…       DIEU  LE SAVAIT !           LE VRAI DIEU

ET               L’ORACLE              ME L’AVAIT PRÉDIT. SUIS-JE AUDIBLE ?

OUI.                 J’ÉCRIS LÀ OÙ LES AGNEAUX             VIENNENT BOIRE.

 

JE           TRANCHE LA GORGE AUX AGNEAUX         QUI VIENNENT BOIRE.

JE           SUIS      UN PRÉDATEUR DES MOTS.         J’APPLIQUE        LA

CHARIA     DES MOTS.  LA LOI DES VAINQUEURS !                      POÉSIE

CHÉRIE !     MON                                  ESPÉRANCE DE VIE DIMINUE

 

À TON APPROCHE.         À TON CONTACT AUSSI…  J’OBTIENS

LA       FAVEUR         DE    RENAÎTRE UNE NOUVELLE FOIS.

J’ENTREVOIS             LA  PROMESSE AMELIORÉE DES MOTS

 

D’URGENCE ET DE SECOURS.             POUR CELA J’AI BAISÉ

TOUS             LES ANGES NIAIS.                 SPONTANÉS    ET SINCÈRES.

C’EST      LE PRIX À PAYER POUR      QUE TOUT DISPARAISSE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A CHACUN SA SAISON EN ENFER

 

 

 

 

ET J’ÉCRIS DANS UN MONDE USÉ           DE L’INTÉRIEUR.

JE               GARDE LA FACE          FACE          À L’ADVERSITÉ

DES        POÈTES VAINQUEURS          MOINS                      EXPÉRIMENTÉS.

CELUI   QUI MEURT ICI DEVIENT      UN CHRIST ! GRATUIT…

 

JE LANCE DES REGARDS FERMÉS           DE L’INTÉRIEUR.

DES           REGARDS                        COUPABLES.             ET VISIBILITÉ

ZÉRO         SUR    LE MONDE ! UN DÉSASTRE LITTÉRAIRE…

NON !         JE NE SUIS PAS LA DOULEUR DE MES POÈMES.

 

JE                            FAIS FAUSSE ROUTE PARAÎT-IL ?          DE QUOI FAIRE

MENTIR L’ORDINAIRE VOIRE UN PEU PLUS.           J’ÉCRIS

AVEC                        MES RACINES ET MES SOURCES. J’ÉCRIS

POUR DES CONFLITS FUTURS !       DES GUERRES PERDUES    VITE !

 

JUSTE         FAIRE MENTIR L’ORDINAIRE… CAR DIEU

ÉCOUTE        NOS                PRIÈRES  D’ENFANT !  ET ENTEND

NOS APPELS D’ADULTES. SEULS LES SIGNES            LE PROUVENT.

 

 


 

 

 

ET LÂCHEMENT LÂCHER PRISE

 


JE SAIS ME TAIRE ET ÉCRIRE. JE NE PRONONCE

QU’UN                   MOT APRES L’AUTRE.         J’ÉCRIS AVEC DES MOTS

QUE          PERSONNE NE PEUT PRONONCER.                     MON POÈME

EST          GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉ…              L’ADN

 

DU VERBE    SE   DÉGRADE AVEC L’ÂGE             JE CROIS ?

L’            ÉCRITURE        LA PLUS SUBJECTIVE POSSIBLE

EST          EN ROUTE        JUSQU’À      L’ULTIME ORDRE      CONTRAIRE.

J’ÉCRIS                     À NE PLUS RIEN SAVOIR D’AUTRE.      MES   MOTS

 

NE                          MONTRENT QUE LE VISIBLE.       QUE LA SURFACE…

JE   NE SUIS RIEN D’AUTRE QU’UN LENT DÉPLACEMENT

DE   LA                              MATIÈRE VIVANTE.       SANS    NUANCE

 

AUCUNE !                JE PASSE D’UNE TECHNOLOGIE

FÉMININE A UNE AUTRE.             UNE TECHNOLOGIE

SANS               SEXE !                SANS PHRASES !  SANS DOMICILE FIXE !