La
page
blanche

Le dépôt

DÉPÔT

LPB n° 62

LA PAGE BLANCHE NUMERO 62


 


La Page Blanche, revue des poèmes de la toile fondée en l’an 2000 par Constantin Pricop, Pierre Lamarque et Mickaël Lapouge.

 

SOMMAIRE

 

1ère de couverture : Jean-Claude Bouchard, Foire du trône

4ème de couverture : Bertrand Naivin, Monstres

Vignette du sommaire : Denis Heudré, Abstractions visages

 

 

Simple poème

Ingrid Reuilly

Marie-Anne Bruch

 

Poète de service

Arnaud Rivière Kéraval

Jules Colère

 

Séquences

Joëlle Pastry

Jacques Lucchesi

 

E-poésies

Sardane des luxes de la vie passive (extrait)

Viatcheslav Konoval

Silvère Cordin

Sandrine Cerruti

Marc Bedjaï

Sandrine Davin

Amandine Gouttefarde-Rousseau

 

Mission traduction

Bob Dylan

Valery Oisteanu

Ana Maria Caballero

 

Poètes du monde

E.E Cummings

Gottfried Benn

Allan Graubard

 

Zoom

Jean de la Ville de Mirmont

 

Notes

Jean-Michel Maubert

Jérôme Fortin

Maheva Hellwig

Matthieu Lorin

Tom Saja

Andrew Nightingale

Tristan Félix

Pierre Lamarque

Victor Ozbolt

 

Notules

Calique Dartiguelongue

Jérôme Fortin

Pierre Lamarque

 

Sans dessus dessous

Christophe Goarant-Corrêa-de-Sà

HI

Air

Félix Musy

Patrick Modolo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SIMPLE POEME

 

LA MENDIANTE


 


Je croule sous le poids de mensonges en haute pile dans ma mémoire qui comme Dieu existent sans l'avoir mérité. Je réclame encore l'amour. Il est venu et reviendra. Je ne sais pas pourquoi mais c'est comme ça. Vite vite je cours vite car le bonheur moqueur est dans le pré. Les genoux couronnés je suis tombée près d'une femme baillant sur le pavé, une mendiante couverte de diamants, poétesse sans doute. Elle disait : - Hier m'en allant promener j'entends un bruit venant du pré, une mine, une mine d'argent, madame la Présidente. Et le petit enfant courait, sautillait dans le ciel, sous un peu de soleil gaspillé.


Ingrid Reuilly


***


 

Jardins de l'observatoire 6ème arrondissement de Paris. 22 juillet 2022 à 9h45

 

Assise non loin des jeux pour enfants, j'admire les stratégies oratoires très sophistiquées employées par les pères pour faire enfiler des gilets à leur progéniture nullement frileuse. Juste à côté de cette charmante et turbulente population, deux employés de la mairie de Paris balaient la poussière des rues et du jardin à grand renfort de musique arabe puis, hissé sur leur vieille camionnette, l'un d’eux envoie de longues pelletées de terre brunâtre sur les haies du jardin et les bacs à sable pendant que les enfants chantent, courent et cherchent un accord multilatéral sur les jeux à entreprendre dans un futur proche. Un pauvre joggeur tout de bleu vêtu se démantibule au fur et à mesure de ses va-et-vient au long cours et ses bras mous moulinent tel l'artisan musclé, emballé par la houle de son pétrin. De nombreux jets d'eau à tourniquets arrosent aussi généreusement l'herbe verte que les bancs et les allées ; les statues trop blanches auraient du mal à garder les pieds au sec si l'envie leur prenait de descendre de leur socle – raison pour laquelle elles y restent et se contorsionnent sous l'effet des éclaboussures et d'anciens canons de la beauté qui nous tirent encore quelques regards froids et éphémères. De plus en plus de bambins s'agglutinent dans leurs parcours ludiques hérissés de hautes marguerites en ferraille bleu ciel, et leurs maigres bras distendus par l'effort et leurs petites frimousses sourcilleuses me rappellent à quel point l'enfance prend ses distractions au sérieux et ses devoirs quotidiens à la légère, attitude sage dont leurs aînés devraient s'inspirer. Les tables de ping-pong n'intéressent personne et les promeneurs sont tous des solitaires sans rêveries, porteurs de sacoches ou de cabas.

Je venais dans ce jardin il y a trente ans et je sanglotais sur ces bancs en enviant l'existence des pigeons. Aujourd'hui je suis la même, mais autrement. Des jets d'eau et de la fontaine émane toujours l’éternelle et bruissante fraîcheur mais je n'ai plus de désespoir pour l’assourdir, l’épuiser et la réduire à néant.

 

Marie-Anne Bruch


 

 

 

 

 

 

POETE DE SERVICE

 

Arnaud Rivière Kéraval


Texte de présentation d’Arnaud Rivière Kéraval:

Né en 1972, originaire de Bretagne, j’ai vécu de nombreuses années en Inde et au Népal.  Au fil de mes pérégrinations et rencontres, j’ai écrit plusieurs recueils de poèmes. Pendant longtemps j’étais peu enclin à la publication, ne sachant pas surmonter les affres de voir mes

textes figés comme dans le marbre. Recevant des échos positifs, je me suis ouvert depuis peu au monde de la poésie, rendant publics

mes poèmes dans diverses revues et magazines littéraires comme le site OuPoLi dont j’ai rejoint le comité de lecture récemment.



 

LE MOUVEMENT


Etienne, le sang justifie les distances anoblies, il court le long des jetées. Lui appartient le temps de l’arc sauvage, les yeux timides demandent l’ouverture et la découverte, tenues dans les spasmes du présent.

Souffle étrange, pose enfin les nombrils masqués sous le flot des paysages qui défilent. Epaules la vie s’arrête sur le geste latent. Non, le geste s’accomplit, la candeur éprouvée tombe, les traits dessinent les fuseaux, le mouvement joue le corps affranchi. De nobles voies lobées encerclent la frontière dermique, le filet signe la peau miroir qui se courbe.

Vue tentée, l’instant exulte, les tables terrifiantes s’éloignent, le plan chassé joue l’invisible. Reste l’éclair du corps superbe, le mouvement trempe la beauté maintenant. Le sang la tête l’étreignent, suivre la mort n’aura pas lieu.

 


LE PASSANT


Suis-moi. Arrête-toi. Ruelle escarpée descendante. Orchestre symphonique. Actes synchrones. Nuit, nuit, nuit. Lumières.

Tu es beau sur ta main voyageuse. Elle navigue de large en large, au flanc des rayures. Un, deux. Aux bords de l’heure, le temps, tu te dois de rentrer. Mais tu me suis. Les pavés boiteux, les poussières. Tu me quittes déjà. Mon chemin sent la direction des secrets, les surpris damnés de la reconversion. Toi c’est par là. Canal, promenade et disparaître. Au revoir.

 


 


L’APPARITION


Le temps de vivre court un esprit ravageur

la plage, une ville reconstituée

l’élite se confond devant la beauté de l’apparition

Il vient ? il vient

l’eau sur lui réveille les limbes des alentours

le torse brun déployant le ferme épiderme

comme autant de filets abondants

le lungi noué autour des hanches

que dessine l’ondoiement du remous

il avancera toujours dans la chaleur de l’aube

La plage lui offre une écorce de sable

et m’emporte

la mer affranchit la chair, l’eau trouble désir

je ne pense plus aux coquillages

Au-delà les parfums mélangés

 


UNE ÎLE


L’héritage des pêcheurs et la lande

les roches la mer et les cendres

Arrimer une île hésitante

là le chemin bleu sur les reliefs serpente

hydre de la vue les vérités suspendues

ma peau le souffle le grain se fondent

suivre et errer dans le monde

Vertige du promontoire j’en devine la fin

l’échappée des récifs et les bateaux en vain

embrasseront l’asile vague perdue

 


DE L’ISOLEMENT DES MONDES

 

Le soleil envoûte les lueurs d’une faune endormie

se réveillera dans l’obscurité d’une cave aventure

d’où musiques virevoltent, en alvéoles s’étirent

comme la folie débusquée agite la toile des tambours

Rythmes caduques, ventres impatients de se toucher

de l’isolement des mondes

je déploie les forces de la renommée

faufilant silhouettes et parures

À la dérobée toujours se peignent nos désirs

de l’isolement des mondes

je continuerai le vertige cheminement d’un visage

qui me mène, me poursuit dans le froid d’une chambre vide

Vide sous l’écorce des soupirs et tout est à remodeler

de l’isolement des mondes

les vitres se sont fendues

la maison en fuite n’a conquis ni le diamètre ni l’opposé

Ouverture placide et manque de faillir

je retournerai dans la cave monstre, la faune hypocrite

la sueur, les fumées, de ces temps décharnés

me soûleront encore

 

 

 

 

 

 

 

--

 

JULES COLERE : Echos & Narcissismes : Partie Première - EXTRAITS



Né en Belgique en 1996, Jules Colère est très tôt épris par la musique et la poésie et développe un amour pour le jeu ; pour sa beauté et pour ses mouvements, qu’ils soient psychiques ou physiques. Cette passion du jeu est nourrie par la création artistique et approfondie par la recherche scientifique.

 

Diplômé en Conception de mécaniques de jeu à Montréal en 2019, il mène actuellement un Master en Neuropsychologie et Développement Cognitif à Bruxelles et travaille en tant que Game Designer en France.




Au Mont Bacchus


Au Mont Bacchus on soulève la vie et on la gonfle d’air impossible. On réinvente le vin, on y fait jouir chaque grincement d’amour. Au rythme imposé des ficelles qui sautent sur le ventre de l’insouciance, c’est la fracture qui tremble, fait son retour et libère pourriture de satin.




Qu’aurais-je pu faire sinon sauter ?

Accepter délices, mœurs et jeunesse ?

J’ai seulement espéré que les montagnes se disputaient la vallée.



Drame du garçon de campagne


Brutes rouges aux caresses, il était vain de penser qu’il puisse frémir des restes inondés. Comme son père, il n’a jamais réussi à se retrouver seul, dans le fond des couleurs. Il admirait les hommes aux mains violentes. Il a détruit son entente, sa raison et sa force.

 

C’était pour leur ressembler.

Puis un jour il a donné naissance. Alors les hommes ont pensé de lui la Lune, secouant son bastion, reculant un peu plus. Par évidence, il est mort, en pointillé.




La tresse familiale.


Aucun être de la lignée n’y échappa.

 

Tous furent conduits à traverser cette aube maligne, berçant chaque passage, chaque espace occupé par le courage de nos cœurs. Tous se pensèrent bientôt déchargés d’Elle, écumant plaisirs fraternels. Les jeux colorés de leurs souvenirs et racines n’étaient plus assez lumineux pour laisser la vérité se suspendre. Tous, sous une culpabilité légère, étaient soutenus par la main des suivants, épaulés en corps.

 

Le premier s’agenouilla, tous s’agenouillèrent.

Ensemble ils chantaient les milliers de tuiles d’un bouclier réfléchissant toute la honte du ciel.

 



Presque retenu


Le vase me juge, il me sert pourtant… C’est l’énorme foudre qui s’organise, en vain. Après la foudre, je trouverai le mérite de froncer son anse. Puis je l’amènerai entre deux moulins, face aux trois martyrs. Je rendrai à Ganymède sa beauté. Silence, je trouverai. En retour de l’ornière, je me remplacerai. Voilà une journée d’août bien chargée.


15h


Lâche descente des sentiments

Violente journée de plaisir

Ma maison se vexe, puis mon flanc s’en échappe

 

Mes paroles courbes cherchent à délivrer quelques chansons, pourtant ma poussière médite en soupirant.

 

J’efface et je mâche

Pour lester mon émotion,

Bientôt envolée.

Matin du vendredi


Longeant les murs de cette ancienne cage

J’y accrois mon mouvement

             j’y souffle vraiment

Ma paume se fond avec la couverture et je glisse dans l’heure

 

Alors mon corps s’étire comme pour se déchirer.

C’est souvent l’art appartenant au calme, qui pousse à désirer l’évanoui, cette enclave nouvelle.

 


 


SEQUENCES

 

La licate

 

Prenez par exemple un fruit. la licate. la licate est une chose délicate. 

elle est le fruit de la délicatesse. la délicatesse s'enracine rarement dans le cate. le cate est le produit du hasard. et le hasard ne se fissure pas comme du vulgaire béton. on trouve quelques fois de poussifs rameaux couverts de licates dans ses fissures.

 

La conlisse

 

Les licates. les conlisses. vous ne trouverez pas

ces mots dans le Robert & Collins puisque 

c’est moi 

qui les 

ai

in.ven.tés. ces mots.

 

Le conmot

 

Pour traduire le conmot avec respect il faut peser en premier le choix du mot dans la langue originelle. une fois qu’on a vu. écouté. comparé. senti, reniflé. compris. mémorisé quel était le choix du mot  dans la langue d'origine alors on peut procurer un mot équivalent au mot. le seul. l’unique. l'originel. de façon à traduire le conmot avec respect.

 

Le verbissoir

À Maheva Hellwig

 

Qu'est-ce que le verbissoir sinon l'outil littéraire servant

à percevoir le dérisoire. la puissance illusoire du message 

apparu en noir sur écran blanc. spécialement pour toi.

 

La pourquoite

 

Quand des jeunes filles se trouvent entre elles que font elles.

elles causent. oui, mais encore. elles jacassent. oui. d’autres

choses encore. elles brillent. elles sont acides. quoi encore.

elles sont acides. mais encore. elles sourient. beaucoup.

énormément. pour trois fois rien. pourquoite ?

 

L’interquitte


L’amour. l’amitié. même étreinte. même fin. entre qui et qui.

pourquoi fin. qu'une machine à tisser la toile à l’envers 

enroule le fil de lettres qui donne la réponse. exacte.

embobiné entre qui et qui le mot. 

 

Joëlle Pastry

 

Traduction anglaise de Gilles&John dans la page des traductions du site https://lapageblanche.com/le-depot/poemes-autour/traductions-1/bureau-de-traductions

 

 

*****

Enfance

 

On ne sait pas pourquoi les enfants aiment l’ombre des monuments aux morts. C’est là qu’ils viennent en été apprendre à lire. Mais en cachette seulement, les poches toujours pleines de bonbons.

 

*

 

  Billes, boules et ballon : l'enfance fut pour moi une question de rondeurs.

Plus tard vinrent le baby-foot et le flipper.

La fée Electricité ajouta des couleurs et de la musique à la révolution des sphères.

 

*

 

Quelque part dans le monde, il existe une rue si étroite, avec des murs si rapprochés, que deux personnes ne peuvent y passer ensemble sans se toucher.

D'ordinaire ce contact les oblige à se sourire et à se parler. Mais on dit que certains trouvent là prétexte à se battre et parfois pire.

 

*

Présage

 

 Vers huit heures du matin, ce jour-là à Hiroshima, la jeune fille leva les yeux vers le ciel déjà très bleu. C’est alors qu’elle remarqua un avion : pas un chasseur japonais, plutôt un bombardier américain qui laissait derrière lui des traînées blanches comme de fuligineux nuages. On aurait dit qu’il écrivait quelque chose sur la grande toile azurée ; quelque chose qu’elle ne parvenait pas à comprendre mais qui la troublait néanmoins : « Comme c’est beau. » pensa-t-elle en rejoignant son école en bois de bambou et en papier de riz.

 

*

 

L’escargot vagabond

 

Un escargot voulait voir le monde : pourquoi pas ? Mais pas question, pour lui, de devenir une limace. De se départir de sa cette coquille encombrante mais si protectrice que la nature lui avait offerte. L’année entrait dans la mi-juin. Il repéra alors un plant de salades, tout au bout du jardin. Elles lui faisaient si envie qu’il en bavait de plaisir :

« Si je commence mon voyage ce matin, se dit-il, je devrais arriver à elles d’ici la fin de la journée. »

On ne peut pas dire qu’il avait pris la mesure exacte du trajet à accomplir. Car comme tous les affamés, il pêchait par précipitation. Mauvais géomètre, il ne toucha à son but qu’à l’extrême fin de l’été. Quand toutes salades étaient jaunes et pourries.

 

*

 

Félix

 

 A l’écart il l’observe tandis qu’elle joue et danse dans le jardin. La nuit tombe, il voudrait se rapprocher d’elle, mais il craint ses sautes d’humeur, voire ses refus cinglants. Dans sa tête, il ne cesse d’élaborer des tactiques de séduction. Au fil des jours, elle est devenue sa principale obsession. Il mange de moins en moins et la langueur accompagne ses journées. Les chats, aussi, ont leurs peines d’amour.

 

Jacques Lucchesi




E-POESIES


 

- Pouvoir entendre ses pensées

- Avoir beaucoup de carbone

- Rendre coupables les autres / se dédouaner

- Écouter ses oreilles prendre feu

- Prendre le feu sans le laisser en souvenir

 -Laisser un peu d'air en partant

-Être indifférent aux jeux de lumière entre 12 et 13 heures sur le papier peint dont on ne perçoit plus les motifs que l'on a su, pourtant, affectionner quand on les a choisis. 

 - Ne pas se demander comment le moustique perçoit le monde quand on l’écrase. 

ôter les points aux phrases pour qu'elles s'étirent toujours plus loin entre les os calcifiés

 - ponctuer chaque seconde d'une œillade à l'inconnu qui penche dangereusement au-dessus de la falaise

- incendier du regard le pyromane pour qu'il éteigne sa rage d’exister

Allumer les étoiles quelquefois

- Jeter toutes les bouteilles à la mer

- Et ne jamais m’excuser de vivre

- Avoir du temps libre, ou libéré, ou à disposition, pour en disposer, "justement". Car à bien y réfléchir, aujourd'hui, vivre avec son temps signifie surtout ne pas prendre le temps de vivre.

- Cliquer pour manger des hamburgers

- Cliquer pour connaître le temps qu'il fait dehors

- Cliquer pour partir en vacances

- Cliquer en travaillant, siffler tout en cliquant

- Cliquer pour dire bonjour

- Rêver d'une vie sans clic et cliquer des vies de rêve

- Pour continuer à lire ce poème, cliquez ici



collectif d'auteurs de Lpb



Sardane : Luxes de la vie passive quotidienne passés inaperçus avec la quotidienneté (extrait du dépôt https://lapageblanche.com/le-depot/poemes-autour/place-des-sardanes/sardane-15-de-la-vie-passive)

 


***

 

Viens à moi, Mon rêve !


La parole s'entend avec un zèle magique. on demande le démon au marché. pour l'accord confirmé de son puissant sceau. oh non, mon rêve ce n’est pas le repas du Mal.


Je prie le Dieu ardemment . ma parole s'entend comme un pétard bruyant. dans l'espoir d'en être impressionnée.


Viens à moi. Mon rêve ! Je t’ai attendu toute ma vie. à cette heure je n’ai qu’une belle dame.


Viatcheslav Konoval

Trad. de l’anglais Gilles&John


***


Ici ou ailleurs, les minutes semblent toujours aussi inaltérables, et toujours aussi interminables.



Ici ou ailleurs, je m’emmerde. J'égrène le temps, scrutant le sablier de longs instants, le retournant à plusieurs reprises, et je m'emmerde jusqu'à ne plus supporter l'état léthargique de mon esprit en perdition. En errance.



Je suis une obsédée du temps qui s’effrite. L'idée même de l'évanouissement à jamais de toute chose me fascine. Le temps est le seul élément naturel qui avance continuellement, implacablement, sans se soucier de quiconque, sans obstacle, sans même pouvoir se faire obstacle à lui-même, et sans nemesis aucun. Le quantième rugissant poursuit sa course, inexorablement, abattant le vide devant lui, mû par une force immuable, éternelle, invincible. L'illumination de son hermétisme révélera le secret de la Création.



Silvère Cordin



 



***



Charnier



il est avibratoire


il est inchanté le chant de l’oiseau des charniers



pourtant c’est celui que l’oiseau ne cesse de chanter



il est l’éternel imperçu


le chant dont nul ne peut attester


chant-tu-au-monde


parce que son chant en forclusion est celui du premier charnier


celui du charnier fondateur


syrinx tu aux ondes humaines


syrinx impotent aux alarmes


alerte invalidée au premier chant tu



sonde des charniers


sonde à stratigraphier le charnier


charnier mesuré à l’aulne de l’humanité désertée d’elle-même


humanité autoexterminée


humanité pendue-perdue-suspendue aux rebords mutiques de ses charniers


de la totalité des charniers depuis le premier tout premier charnier


charnier mère charnier originaire



celui aux êtres précipités


être décimé

être exterminé

être génocidé


son chant que nul ne saura percevoir c’est celui des hécatombés

c’est l’inchanté de l’oiseau veilleur

oiseau ton chant mort-né

chant renversé au rebord du premier des charniers


nul n’entend la grande ode muette

très grande ode au non-être

parce que son chant est disparaître


Sandrine Cerruti


++++


Dunes II

Ce sont de très douces pentes que le souffle enfante sur ces ombelles de grains

Ce sont de très chaudes rampes qu'un soleil aimante sur ces gravides essaims

Ce sont des mammes très amples très soft qui nous hantent sur d'impavides desseins.

 

Marc Bedjaï

 


***


Regard D’EHPAD


assise derrière la fenêtre elle attend   un moineau picore les dernières miettes de son déjeuner   elle lui sourit   les jours ne comptent plus les nuits ne sont plus nuits   le silence hurle à ses oreilles sourdes  elle attend


d’en bas de la fenêtre je te vois   tu es toujours aussi belle Grand-mère   ton sourire ricoche à mes pupilles et j’envoie valser ma main jusqu’à toi



le désir de te serrer dans mes bras   de caresser ton visage   un rêve   une illusion   bientôt   je te le promets.



Sandrine Davin


 


***


 


Caillou de mer




En triant mon petit coffre   j’ai retrouvé le caillou   de la femme enceinte que j’ai été


Je ne devais pas l’être   ni le rester     je l’avais appris à la mer


et avant de faire ce qu’il y a à faire      je n’avais rien d’autre à faire


avant les rendez-vous      le retour en train    l’hôpital

que d’aller me baigner quand même


J’entrais dans l’eau   je faisais entrer mon corps    qui me dérangeait

qui avait fabriqué quelque chose    dont je ne voulais pas


Je voulais juste crier  et demander à la mer    de m’en débarrasser

de l’attraper en moi    par en-dessous    dans l’eau

sans que ça fasse mal   à personne



Je disais pardon  à mon ventre    à ce qu’il y a dedans    et pardon à la mer

de ne pas avoir fait comme il faut    je croyais que la mer m’en voulait

j’ai ramassé ce caillou   en forme de limace

je l’ai gardé pendant quinze ans   et je l’ai jeté cette année

parce que je ne veux plus jamais    être enceinte   et que je ne m’en veux plus


Amandine GOUTTEFARDE-ROUSSEAU

 

 

 

 

  

 

 

 

Mission Traduction

 

 

OURAGAN

 

 

Des coups de pistolets retentissent dans la nuit du bar

Entre Patty Valentine depuis la salle du haut

Elle voit le barman dans une mare de sang

S’écrie « Mon Dieu, ils les ont tous tués ! »

Ici commence l’histoire de l’Ouragan

L’homme que les autorités ont accusé

D’une chose qu’il n’a jamais faite

Et jeté en prison, alors qu’il aurait pu être

Le champion du monde

 

Trois corps allongés, c’est ce que voit Patty

Et un autre homme nommé Bello, qui se déplace bizarrement

« Ce n’est pas moi », dit-il et il lève les mains

« Je ne faisais que voler la caisse, j’espère que vous comprenez

Je les ai vus partir » dit-il, puis il s’arrête

« L’un de nous ferait mieux d’appeler les flics »

Alors Patty appelle les flics

Qui arrivent avec leurs feux rouges clignotants

Dans la nuit chaude de New Jersey

 

Pendant ce temps, loin dans un autre quartier

Rubin Carter roule en voiture avec deux amis

Prétendant numéro un au titre des poids moyens

Aucune idée du genre de merde qui va lui tomber dessus

Quand un flic le fait garer sur le bas-côté

Tout comme la fois d’avant et celle d’avant

A Patterson c’est comme ça que les choses se passent

Si t’es noir autant ne pas te montrer dans la rue

Sauf si tu veux te faire remarquer

 

Alfred Bello avait un comparse et savait causer aux flics

Lui et Arthur Dexter Bradley rodaient justement dans le coin

Il a dit « j’ai vu deux types s’enfuir, je dirais des poids moyens

Ils ont sauté dans une voiture blanche avec des plaques d’un autre état »

Et Miss Patty Valentine a juste hoché la tête

Un flic a dit « Attendez les gars, celui-ci n’est pas mort »

Ils l’ont emmené aux urgences

Et même si l’homme y voyait à peine

Ils lui ont dit qu’il pourrait reconnaître les coupables

 

Quatre heures du matin on embarque Rubin

On l’emmène à l’hôpital et le monte à l’étage

L’homme blessé lève les yeux et dit en mourant

« Pourquoi vous me l’emmenez ? c’est pas lui ! » 

Telle est l’histoire de l’Ouragan

Celui que les autorités ont accusé

D’une chose qu’il n’a jamais faite

Mis en prison, alors qu’il aurait pu être

Le champion du monde

 

Quatre mois plus tard les ghettos sont en feu

Rubin en Amérique du sud combat pour son titre

Arthur Drexter Bradley joue toujours au voleur

Et les flics lui mettent la pression pour avoir un coupable

« Tu te souviens de ce meurtre dans un bar ? »

« Souviens-toi, tu disais avoir vu la voiture en fuite ? »

« Penses-tu faire joujou avec la loi ? »

« Penses-tu que ça soit ce boxeur que tu as vu courir ce soir-là ?

« Ne l’oublie pas, tu es blanc »

 

Arthur Dexter Bradley dit, « Je ne suis pas vraiment sûr »

Les flics dirent « un pauvre gars comme toi devrait savoir prendre une pause »

« On sait pour le motel et on a causé avec ton copain Bello

T’as pas envie de retourner en taule, sois sympa

Tu feras une fleur à la société

Ce brave enculé en veut toujours plus

On veut foutre ses tripes en taule

On va lui coller le triple meurtre sur le dos

C’est pas un gentleman Jim »

 

Rubin pouvait mettre un homme KO d’un coup

Mais il n’aimait pas trop en parler

C’est mon boulot disait-il et je le fais pour un salaire

Et quand c’est fait, je n’ai plus qu’à me laisser aller

Là-haut dans quelque paradis

Où coulent des rivières à truites et où l’air est bon

Je monte à cheval le long d’une piste

Mais là, ils l’ont emmené en prison

Où on essaie de changer l’homme en rat

 

Toutes les cartes de Rubin étaient jouées d’avance

L’audience fut un carrousel de cochons, un jeu de malchance

Le juge fit des témoins de Rubin des ivrognes de bidonville

Pour le public blanc c’était un clochard révolutionnaire

Et pour le public noir ce n’était qu’un nègre maboul

Personne ne doutait qu’il ait appuyé sur la gâchette

Même si on ne pouvaient produire l’arme du crime

Le procureur a dit que c’était lui qui avait commis l’acte

Et tout les jurés blancs l’ont approuvé

Rubin Carter victime d’erreur judiciaire

Pour le crime d’homicide volontaire, devinez qui témoignait ?

Bello et Bradley et tous les deux mentaient salement

Et les journaux en ont tous fait leur une

Comment la vie d’un homme tel que lui

Peut être mise entre les mains de quelques crétins ?

De le voir encadré de la sorte dans une évidence

Je n’ai pu m’empêcher d’avoir honte de vivre dans un pays

Où la justice est un jeu

 

Maintenant les criminels en costard-cravate

Sont libres de boire des martinis à l’aube

 


Bob Dylan

Traduction : G&J, Air, Patrick Modolo


 


***


Nous avons déjeuné au Joshua Tree à Woodstock, où tu étais arrivé de New Paltz, en route pour une lecture de poésie au Colony Café.

 

Peter anarchiste, alchimiste maladroit, solitaire, enseignant à l’« École de Nite », aux versets tombés du plus profond de son corps, chaque ligne faisant rupture, mort et résurrection. Murmurant  « Bienvenue dans l’obscurité dont la spirale délimite l’axe ésotérique d’un Bernard-l’ermite » .

 

Nous avons parlé d’Ira Cohen en nous remémorant Saugerties. Je te cherche encore à travers un empire délicieux. Tu as laissé de toi dans tes dernières volontés et ton testament, dans tes nombreux livres, tes lunettes et tes chapeaux, dans la magie de tes mots dépareillés, des flots de tambour, à chaque strophe un désir refoulé, l’oreille de Van Gogh, le tigre fondu Baudelairien, les rythmes de la dernière danse d’un chaman sauvage.

 

Omnia Tua Tecum Portas! Tout ce que tu avais, tu l’as emporté avec toi !

 

V. Oisteanu, « à la mémoire de Peter Lamborn Wilson »

Traduction : G&J

 

***

 

Dans ma chambre de milieu de vie, 

j'invoque Dieu chaque nuit. 

 

Quel dieu ?

 

Voilà ce que je ressens: ma peau se dissout dans l'air, 

souhaitant se retirer

dans un autre royaume,

 

mais je n'arrive pas à comprendre ce que cela signifie

il n'y a rien à dire sur la façon dont

j'en arrive, 

nuit après nuit,

 

à implorer cet écran pour une réponse factuelle

à apporter à l'autre monde, 

 

comme justification, oui, mais aussi 

- que Dieu m'en soit témoin -

 

comme cadeau.

 

Ana Maria Caballero

Traduction : Air

 

POETES DU MONDE

 

THANKSGIVING (1956)

 

une monstrueuse horreur engloutit

tout ce non-monde moi après toi

quand le dieu des pères de nos pères s’incline

devant un quoi prenant l’allure d’un soi

 

mais jour après nuit la démocratie

déclare un-sourire-dans-la-voix

« vous tous pauv’petits peuples qui rêvez d’être libres

faites donc confiance aux u s a »

 

tout à coup la hongrie se souleva

et elle lança un cri terrible

« aucune inexistence d’esclave ne me tuera

car je veux mourir libre »

 

elle cria si fort que les thermopyles

l’entendirent et marathon

et tout le préhumain historique

jusqu’aux INouïes nations

 

« reste tranquille petite hongrie

et à ce qu’on te dit acquiesce

une bonne grosse oursse s’en est haigrie

nous craignons la monnaie d’la pièce »

 

l’oncle sam hausse ses jolies

épaules roses vous voyez comment

et il titille une libérale tétine

susurrant « suis occupé pour l’instant »

 

alors pour la démocratie hourra

rendons tous grâce au diable

et enterrons la statue d’la liberté

(car elle commence à puer)

 

e.e.cummings

95 poèmes

Traduit par Jacques Demarcq

Éditions Points

 

***

 

Viande (extrait)

 

Un homme :

 

Enfants, ne vous laissez pas faire, 

on se fout de nous !

Qui m’a par exemple 

jeté le cerveau dans le creux de la poitrine ?

Comment respirer avec cela ?

La petite circulation du sang devrait peut-être passer par là ?

J’veux bien c’qu’on veut! Mais y-a des limites !

 

Un autre :

 

Et moi alors ? Comment suis-je venu ici ?

Tout frais sorti de l’oeuf et sur mon trente et un - 

et maintenant ?

 

 

Gottfried Benn - Poèmes - Ed  Gallimard

 

***

 

Pour Carolyn


Je suis un revenant, un fantôme, une fiction

en toi je puise chair, geste, présence 


dans la pierre, l'arbre

l’herbe, le ciel, les nuages, 

les rivières, la lumière qui se lève, la lumière

étincelante 


c’est ta force

c’est ton ombre

d’où

Je renais chaque fois, encore et encore

 

présent, calme, vibrant


grâce à toi

parce que je suis devenu l’homme 

     que tu veux

parce qu'en l'amour la vie s’abreuve


Grâce à ça, ce baiser, 

des lèvres à l’air aux lèvres à la lumière


Allan Graubard

Trad. G&J


 

 

 

 

 

 

 

ZOOM SUR…

Par Patrick Modolo

 

D’abord, quelques poèmes de Jean de la Ville de Mirmont tirés de L’Horizon chimérique

 

I

 

Je suis né dans un port et depuis mon enfance, j’ai vu passer par là des pays bien divers.

Attentif à la brise et toujours en partance, mon cœur n'a jamais pris le chemin de la mer. Je connais tous les noms des agrès et des mâts, la nostalgie et les jurons des capitaines, le tonnage et le fret des vaisseaux qui reviennent et le sort des vaisseaux qui ne reviendront pas. Je présume le temps qu'il fera dès l'aurore, la vitesse du vent et l'orage certain, car mon âme est un peu celle des sémaphores, des balises, leurs sœurs, et des phares éteints. Les ports ont un parfum dangereux pour les hommes et si mon cœur est faible et las devant l'effort, s'il préfère dormir dans de lointains arômes, mon Dieu, vous le vouliez, je suis né dans un port.

 

V

 

Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte ; le dernier de vous tous est parti sur la mer. Le couchant emporta tant de voiles ouvertes que ce port et mon cœur sont à jamais déserts. La mer vous a rendus à votre destinée, au-delà du rivage où s'arrêtent nos pas.

Nous ne pouvions garder vos âmes enchaînées ; il vous faut des lointains que je ne connais pas. Je suis de ceux dont les désirs sont sur la terre. Le souffle qui vous grise emplit mon cœur d'effroi, mais votre appel, au fond des soirs, me désespère, car j'ai de grands départs inassouvis en moi.

 

XIII

 

La mer est infinie et mes rêves sont fous. La mer chante au soleil en battant les falaises

et mes rêves légers ne se sentent plus d’aise de danser sur la mer comme des oiseaux soûls.

Le vaste mouvement des vagues les emporte, la brise les agite et les roule en ses plis ;

jouant dans le sillage, ils feront une escorte aux vaisseaux que mon cœur dans leur fuite a suivis. Ivres d’air et de sel et brûlés par l’écume de la mer qui console et qui lave des pleurs,

ils connaîtront le large et sa bonne amertume ; les goélands perdus les prendront pour des leurs.

 

XIV

 

Je me suis embarqué sur un vaisseau qui danse et roule bord sur bord et tangue et se balance. Mes pieds ont oublié la terre et ses chemins ; les vagues souples m’ont appris d’autres cadences plus belles que le rythme las des chants humains. À vivre parmi vous, hélas ! avais-je une âme ? Mes frères, j’ai souffert sur tous vos continents. Je ne veux que la mer, je ne veux que le vent pour me bercer, comme un enfant, au creux des lames. Hors du port qui n’est plus qu’une image effacée, les larmes du départ ne brûlent plus mes yeux. Je ne me souviens pas de mes derniers adieux… Ô ma peine, ma peine, où vous ai-je laissée ? Voilà ! Je suis parti plus loin que les Antilles, vers des pays nouveaux, lumineux et subtils.

Je n’emporte avec moi, pour toute pacotille, que mon cœur… Mais les sauvages, en voudront-ils ?

 

 

 

 

 

ÉPITAPHE

 

Un peu plus tôt, un peu plus tard, lorsque viendra mon tour, un soir, Amis, au moment du départ, en chœur agitez vos mouchoirs ! Un peu plus tard, un peu plus tôt, puisqu’il faut en passer par là, vous mettrez sur mon écriteau : « Encore un fou qui s’en alla ! »

 

 

1/ Jean et Bordeaux : « Je suis né dans un port, et depuis mon, enfance / J'ai vu passer par là des pays bien divers ».

 

       Le petit Jean naît donc dans ce Bordeaux maritime le 2 décembre 1886. Le Parc bordelais n'existe pas encore et ne sera inauguré que deux ans après. Mais Sophie Malan, son écrivaine de mère, l'y a amené s'y promener. Après tout, ils habitaient non loin, même si aucune plaque commémorative n'orne la maison familiale au 15 de la rue de Caudéran. Et il y a fort à parier que sa mère, auteure de contes, notamment de Contes pour Noël, le berça de mots autour des mares aux canards.

 

       A l'opposé de la ville, ce sont les quais, qui respirent les Outre-Mers, et où les bateaux battent le flanc de ce port négrier qui s'est tellement enrichi par ce commerce depuis le XVIIIème siècle. Jean, adolescent, les arpente inlassablement. Il voyage en voyant les navires mouillant à quais et autres « steamers à l'ancre », partant « plus loin que les Antilles », ou revenant de « lointains arômes », qui répondent à ses « départs inassouvis [en lui] ».  Il voyage sans quitter ces quais, ses quais. Voyage immobile donc. Mais voyage mu par la force de son imagination.

 

2/ Jean et les Etudes : homme de lettres, homme de loi...

 

       Il fait des études « classiques » pour l'époque, mais en double cursus : à Bordeaux, il étudie les lettres, et soutient son mémoire sur Les Essais de Montaigne. Toute son humanité, et sa sympathie pour les ouvriers qu'il fréquentera plus tard dans son restaurant parisien préféré, s'explique peut-être par l'étude approfondie de l'Humanisme du philosophe bordelais. C'est « sur les bancs » de cette même Université de lettres, alors dans le vieux Bordeaux, qu'il fréquente Mauriac, de loin. En parallèle, il entame un cursus en droit, qu'il complétera à Paris.

 

3/ « J'ai refait connaissance, ces derniers temps, avec Mauriac » : Jean de La Ville à Paris, avec Mauriac.

 

       La Ville de Mirmont « monte à Paris » en 1903 à 17 ans à peine, pour finir ses études de droit et s'y installer. Mais il ne fait vraiment la connaissance de Mauriac que par hasard, en 1909, grâce à une rencontre fortuite sur le boulevard Saint-Michel.  

      

       Arrivé donc à Paris en 1903, il ne le recroise, au sens propre du terme, qu'en 1909. De là, naît une forte amitié, littéraire aussi. Promenades parisiennes, échanges littéraires et épistolaires, vacances landaises rythment leur jeunesse commune. De l'aveu même du futur Prix Nobel de Littérature, c'est Mirmont qui souffle à un Mauriac en panne d'inspiration le titre de son recueil de poésie : Les mains jointes. Peu à peu, il s'éloignera de Mauriac, surtout lorsqu'il s'installera sur l'île Saint-Louis, une île au cœur de Paris, une île qui répond tant à ses désirs de voyages immobiles, impossibles..

 

4/ La Ville de Mirmont : un homme « de vers... »

 

       L'Horizon chimérique est un recueil très baudelairien, paru à titre posthume grâce à la force d'une mère qui veut redonner vie à son fils. Son unique recueil poétique est écrit alors que son métier de fonctionnaire parisien, rédacteur à la Préfecture de la Seine, le lui en laisse le temps. Il fait paraître néanmoins certains poèmes divers dans quelques revues, mais aucun poème ne trouve d'éditeur. D'une écriture poétique très exigeante, travaillée et retravaillée toujours et encore, il ne cède jamais à la facilité.

 

       Exact contemporain d'Apollinaire, au destin similaire, il vit et écrit dans le dix-neuvième siècle romantique et dans le sillage de la modernité d'un Baudelaire ou d'un Verlaine, dans le passé de la Poésie, alors qu'Apollinaire la propulse dans l'avenir et le modernisme avec Alcools et ses vers libres publiés en 1913. Le dernier aura plus de lumière que le premier, à en juger par la postérité.

 

5/ Les dimanches de Jean Dézert : Jean Dézert de La Ville de Mirmont ? Mirmont : un homme « ...de prose[1] » qui rate sa vie comme il rate sa mort ?

 

       A sa mère, il confie dans une de ses lettres : « J'ai imaginé un petit roman qui m'amuserait beaucoup. Le héros de l'histoire serait absurde et tout-à-fait dans mes goûts. »[2] Ce sera sa seule publication à compte d'éditeur, éditeur qui sera le libraire Jean Bergues.

Les Dimanches de Jean Desert est un court roman sublime qui frappe les esprits au même titre que des romans courts du XXème siècle devenus des grands classiques de la littérature française du XXème siècle comme Mes amis, d’Emmanuel Bove, et Le diable au corps de Raymond Radiguet, pour ne citer que quelques romans courts, une forme courte appréciée, parce qu’il s’en dégage une atmosphère de poésie particulière, presque comme si le peu faisait le mieux.

 

6/ Autres écrits/récits[3] : contes, nouvelles et poèmes...

 

       City of Benares restera comme le premier écrit achevé, et publié, de notre jeune auteur. Un « conte », comme il aime à les appeler, mais un conte dans la mouvance de ceux, presque philosophiques, de la Bécasse ou du jour et de la nuit d'un Maupassant qui verse dans le fantastique jusqu'à finir par écrire Le Horla. Ce City of Benares, navire fantôme, sera le porte-étendard du Mirmont nouvelliste. Entretien avec le diable, ou encore Les matelots de « La Belle-Julie » convaincront les plus curieux.

       Par ailleurs, d'autres poèmes, écrits avant et après L'Horizon chimérique, ne trouveront pas de place dans un second recueil, et resteront méconnus, malgré certains d'excellente facture, comme La soif de vivre ou encore Puisque tout s'étrique.

 

7/ L'homme de guerre si peu aguerri, mort sans coup férir.

 

       Mirmont meurt le 28 novembre 1914. Alors qu'il ne voulait pas suivre l'ordre de rompre de son capitaine. Préférant attendre encore et encore cette relève qui n'en finissait pas d'être en retard. Toujours cette même histoire de départ qui ne se fait pas... Il se fait ensevelir par un obus qui éclate tout près de lui et de ses deux hommes, et qui déverse sur son corps robuste tant de terre, jusqu'à en rompre ses cervicales et l'enterrer vivant. Encore en vie, lorsqu'il fut déterré, et dans un dernier souffle, il murmure et répète ce mot, qui sera pour lui son tout dernier : « Maman, Maman ».

 

 

8/ Une œuvre majoritairement posthume, mais qui accède à la postérité.

 

       On a parlé de la volonté de sa mère de faire ressusciter son fils en exhumant ses écrits. Pour lui redonner vie. Comme pour mieux l'immortaliser. Et son entreprise ne fut pas vaine. Gabriel Fauré s'empara de L'Horizon chimérique en musique. Bien plus tard, c'est le Julien Clerc attiré par les îles qui fixera  le poème XIV du recueil, « Je me suis embarqué sur un bateau qui danse » dans un rythme à la fois lancinant et presque lascif. Sans parler de Jérôme Garcin, qui transforme sa biographie en roman avec Bleus horizons, paru en 2013. Enfin, pour le centenaire de la Grande Guerre, des stèles poétiques ancrent sa vie et son œuvre, poétique et romantique, sur les quais de la rive droite bordelaise. Une manière de lui rendre un peu cette épitaphe que le temps soustrait à sa tombe !



[1]Voir l'article de Jean-Noël Cordier, ancien vice-président de la Société des Poètes Français, Les départs inassouvis de Jean de La Ville de Mirmont, à l'occasion de la Commémoration de la Première Guerre mondiale et du centième anniversaire de sa mort. C'est lui qui  qualifie cet écrivain d' « homme de vers et de prose ».

[2]Michel Suffran : Jean de La Ville de Mirmont, Oeuvres complètes, éditions Champ Vallon, 1992, p.213

[3]J'emprunte ce titre, Ecrits/récits, aux œuvres intégrales de Pierre Fanlac, rassemblées sous ce titre, aux éditions du même nom.

[4] Clown à retrouver sur le net en tapant « BrutdeCrustace » ou « TristanFelix viméo ou daylimotion »

 

 

 

 

 

  

 

 

 

NOTES ET NOTULES

 

FORME ET MIMÈSIS. LE DANGER D’UNE RESTAURATION [partie 1]

 

  Dans ma novella Pénombres [1] apparaît l’étrange figure de Gottfried B., qui est d’une certaine manière un double du médecin et poète Gottfried Benn. Benn est l’un des plus grands poètes expressionnistes. Il fait du poème un absolu ; le traite comme une forme solipsiste et intense, énigmatique. Ce poète violent, douloureux — fulgurant —, succomba pendant une courte période aux sirènes nationales-socialistes. On se souvient du triste épisode où il répondit (avec une terrible mauvaise foi) à Klaus Mann. Benn se rendra compte de son erreur (il écrira, avant la fin de la guerre, des poèmes anti-nazis, qu’il fera éditer à compte d’auteur). Adorno accordait un certain crédit à Benn, comme le montre ce passage d’une lettre au poète Peter Rühmkorf : « Benn a commis politiquement des horreurs, mais en un sens politique plus élevé il a toujours plus à voir avec nous que beaucoup d’autres [2]. » Quelle serait cette parenté, a priori fort improbable ?

Il est possible de faire l’hypothèse que la quête esthétique de Benn, de même que ses sinistres errements, peuvent être interprétés (en partie) à l’aune de la conception adornienne de la mimèsis.

L’oubli de la mimèsis est au cœur de La Dialectique de la Raison. La mise en tension critique de la science et de la magie, par exemple (à travers le rapport de cette dernière au sacrifice — l’animal sacrifié étant choisi pour ses particularités, son unicité, ce qui fait de lui un substitut et le sacralise), permet de montrer que « [dans] la science, (…) [la] possibilité de substitution devient fongibilité universelle. Un atome n’est pas considéré comme un élément de remplacement lorsqu’on le désintègre, mais comme échantillon de matière et le lapin ne va pas au laboratoire comme suppléant : c’est en tant que spécimen qu’il y est martyrisé. Du fait que, dans la science fonctionnelle, les différences sont si floues que toute chose se perd dans la matière une, l’objet de la science est pétrifié et le rituel rigide de jadis paraît souple, puisqu’il substituait une chose à une autre chose [3]. » La particularité, la non-identité des êtres, constitutives de la dimension mimétique, se trouvent effacées par l’objectivation instrumentale. Comme le dit Gilles Moutot : « [en] toute rigueur, il faudrait toujours entendre, lorsqu’Adorno parle de la mimèsis, le « comportement mimétique » d’un sujet apte à faire cette « expérience non réglementée » : être sensible — se rendre semblable — à l’"indéfinissable dans les choses" (selon le mot de Valéry qu’Adorno citait volontiers) plutôt que d’assimiler celles-ci aux déterminations de l’"objet" [4]. » L’art lui-même porte les stigmates de cette négation par la raison instrumentale de la dimension mimétique. En témoigne la dialectique du beau et du laid. Le laid a rapport avec la souffrance. Il exprime quelque chose de l’oppression [5]. Dans sa Théorie esthétique, Adorno élabore une dialectique complexe du beau et du laid au sein de laquelle il thématise le principe subjectif qui anime la raison comme violence de la forme (de la raison) exercée sur son (ses) autre(s) : la nature, extérieure et en nous (ce qui résonne avec les célèbres passages consacrés à Ulysse dans La Dialectique de la Raison). C’est le revers sombre du beau pensé comme principe d’harmonie. À l’encontre de l’art « harmonieux », l’art « authentique » montre/exhibe, à travers son travail sur les formes, la violence dont lui-même procède (celle de la raison, et de sa tendance totalitaire — penchant profond de la raison, identifié par Horkheimer et Adorno, et réalisé, exemplairement, dans le capitalisme tardif). Il ne s’agit pas pour l’art d’intégrer le laid pour le neutraliser, mais, au contraire, de l’intérioriser, le laisser « vibrer » par le biais de la dissonance (ce que l’idée du sublime laisse entrevoir) : l’art ne doit pas simplement pacifier ce que le laid fait entendre et laisse sourdre comme menace ; il faut le laisser gronder à travers la pureté même des formes. C’est ainsi que l’art dit quelque chose de cette contrainte/de cette violence de l’Esprit subjectif qu’est la raison instrumentale.

 

NOTES : [1] in Décombres, ed. de L'abat-Jour, 2021. [2] Stefan Müller-Doohm, Adorno. Une biographie, Paris, Gallimard, 2004, p. 381. Pour approfondir l’étude du « cas » Gottfried Benn (notamment son rapport à Nietzsche), on peut se reporter à l’article de Jacques Bouveresse : « Gottfried Benn, ou Le peu de réalité & le trop de raison », in Essais II. L’époque, la mode, la morale, la satire, Marseille, Agone, 2001, ainsi qu’au livre d’Alexandra Pignol : Gottfried Benn. Art, poésie, politique, Paris, L’Harmattan, 2010. On peut aussi lire en ligne l’article de Roger Coffin : « Gottfried Benn et le national-socialisme », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 38-3, 1960, pp. 795-808. [3] Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La Dialectique de la Raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 28. [4] Gilles Moutot, Adorno. Langage et réification, Paris, PUF, 2004, p. 79. [5] « L’opprimé qui désire la révolution est vulgaire, selon les normes de la belle vie de la société laide, et rendu difforme par le ressentiment ; il porte tous les stigmates de la dégradation sous le fardeau de la servitude du travail, surtout manuel. » (Theodor W. Adorno, Théorie esthétique, Paris, Klincksieck, 1974, p. 78)

 

Jean-Michel Maubert

 

***

 

AUTOUR D’ARTAUD (Jérôme Fortin) 

Sentant le besoin de brûler les viatiques que j'ingère*, jour après jour, sans modération, je décidai d'aller me promener dans Paris. Le charme d'une promenade est que rien ne nous concerne directement ; aucun but géodésique ou autre ne dérange le cerveau de son sommeil inutile. Que l'on tourne à gauche, ou à droite**, ou revienne subitement sur ses pas pour regarder la même chose avec un angle différent (bousculant, au passage, un culturiste), cela n'affecte en rien le but de l'exercice, qui est de brûler de la calorie sur un mode contemplatif, ainsi que le ferait un canard ou un idiot.

Extérieur à ce trésor, donc, comme transposé dans le repli d'une énième dimension semi-dissoute. On en vient presque à se croire invisible, et on se surprend à pratiquer son allemand à haute voix, marchant d'un pas lent, très lent, comme ça, prenant de longues pauses au milieu des intersections pour mieux entendre son écho. Ce n'est qu’au regard terrifié d'un couple de touristes japonais qu'on émerge enfin de sa stagnance pour reprendre son retard podométrique. Ou le klaxon d'un livreur. Normalement sur l'avenue de l'Opéra. Ça pourrait tout aussi bien se passer à Clermont-Ferrand, mais j'habite Paris 8, Rue de Moscou.

En cette fin de journée d'automne, le ciel couvert d'un beau doute nuageux (le proche éparpillement du doigté lumineux***), j'avais poussé au-delà du Louvres, traversé la Seine et gagné Saint-Germain-des-prés. Rue de Verneuil en hommage à Serge. Passé voir les snobs du Café de Flore, puis retourné en direction des quais. J'aurais tout aussi bien pu suivre la trajectoire jumelle, ou même ignorer la tête de chou, que le résultat eut été le même ; en passant devant ce bouquiniste, le long du quai Voltaire, mon œil oisif fut happé, si tel est le bon verbe, par le volume X des œuvres complètes d'Antonin Artaud : LETTRES ÉCRITES DE RODEZ. Pas cher et en bon état. Temps idéal, pensais-je, pour une petite dose de poésie migraineuse. Enfin, c'est ce que je pensais.

 

Car qui ouvre un livre d'Artaud est mentalement préparé à quelques agressions du genre : "cette sale carne galeuse, bondée de rats et de vieux pets" ou "ce sale corps, pourri, taré, pleins de sarcoptes, vert de pustule", ce qui peut être appréciable, ne serait-ce qu'en tant d'antipoison au spectacle truqué du corps dont s'abreuve notre société mentalement adolescente et sa presse d'information. C'est quand même bien d'entendre un discours contradictoire de temps en temps, et de nous rappeler que le corps n'est pas qu'une source de plaisirs cochons, mais également un réservoir de pets et de douleurs, tant physiques que psychiques, et un véritable fardeau pour des millions, voire des milliards d'êtres humains****. Dans la société des enfants, celle de Disney, il est rare d'entendre des propos tels que : "celui qui dort ne sait pas qu'il n'est pas seul à dormir et que d'autres ossements que les siens lui décomposent son squelette et se tournent dans son sommeil". J'admets avoir puisé dans le scabreux pour appuyer le propos et son effet. Mais Artaud c'est plus que ça, enfin du peu que j'en sais.

Dans ces lettres écrites à ses amis et sa famille, totalisant plusieurs centaines de pages, et dont la lecture nous happe presque malgré nous - afin d'utiliser une seconde fois ce lieu commun - nous découvrons un Antonin Artaud affaibli, trop affaibli, même, pour pousser le moindre cri de colère. L'élocution, qu'on sent rapide et automatique, comme dans ses poèmes, descend, au cours de ces textes, dans les octaves les plus noires de la solitude et de la souffrance ; il ne se réclame plus que de l'expression courante, mais les pages du livre se referment néanmoins mal. On reste loin de la pensée exacte ; les mots, sous la plume d'Artaud, ne sont jamais exempts de sortilèges. Même lorsqu'il écrit à sa mère, prosaïquement, pour lui demander de cesser de lui envoyer des chocolats, de les garder pour elle en ces temps de restriction, les matériaux ordinaires du langage ***** dégorgent l'huile essentielle de son génie agité.

Notes 

* Le sport est un fétichisme ** Ou bien l'inverse *** Stéphane Mallarmé, qui habita lui aussi rue de Moscou vers 1871 **** Pour ne s'en tenir qu'à l'animal humain ***** Utilisés, entre autres, par Paris Match

 

Jérôme Fortin

 

***

Les pensées silencieuses Ce fil ininterrompu qui construit l’existence qui fait le lien en soi est inaudible lorsque la réalité lorsque la réalité est trop bruyante. Il arrive alors souvent de parler tout haut, involontairement, Comme une prière à soi-même d’assurer encore son existence. Comme pour avoir la sensation à soi-même, qu’on n’est pas un flux seulement liquide. Même si vous m’objectez qu’in fine l’être n’est rien d’autre qu’un TUBE (j’y préfère pour des raisons évidentes, le terme de TUYAU). Pourquoi TUYAU ? Parce que tuyau reste une entité physique avant toute chose, qui a pour utilité principale une antinomie de la physique pratique : contenir, maîtriser, canaliser des flux d’informations différentes soumises à des buts différents avec des destinées, sinon parallèles, bien souvent franchement antithétiques. Est-ce que le « tuyau » est sale ? Pourquoi ne pas lui préférer le tout mathématique -et ô combien élegant- objet « TUBE » ? Le tuyau n’est pas sale : Il rompt, il ploie, et c’est une réalité physico-chimique bien connue : il est rarement étanche !! il joue. Pourquoi pas les maths ? Parce que je ne sais pas compter.

 

Maheva Hellwig

 

***

Depuis ta fenêtre, tu n’as jamais su si c’étaient les oiseaux qui tombaient ou l'atmosphère qui faiblissait. Même le vol des insectes penchait et ressemblait à ces pierres jetées au loin par des enfants ; ton ciel n’avait plus le courage de supporter quoi que ce soit.

 

Il nous reste seulement les mésanges qui nichaient dans ta tête, comme des cartes routières s’envolant.

.

L’extrait :

 

« L'homme en pente.

La maladresse de dire "je"

de savoir "si"...

Une fois pour toutes, le défi est d'en arracher la première page, de la mêler au livre, quelque part dans le hasard.

Chaque fois, il faut extraire les mots de là où ils sont. Puis les mettre en langue.

Et peut-être alors, quelquefois... »

 

Thierry Metz, L’Homme qui penche, édition Unes

 

Matthieu Lorin

***

Vraie note de lecture : Raie Bras de Beurrerie. Far at night, quatr5ains


2100. Poésie.


No more Poetry. La Poélice est partout, traque les jouteurs de verbe, matraque les bouches qui palabrent de la rime, patatraque les descendants de Richard cœur de truite et de tous les salopards amoureux des belles phrases. Le silence est d'or, il planque entre les molaires serrées. Chaque poète le garde, il en va de sa vie. Une vie de rumination, à la recherche de la ligne parfaite, de l'alexandrin de l'au revoir. D'une vie, on ne retient que ça, les derniers mots d'un mort.


2100.


Plus de stèles à graver de lettres d'argent, plus d'épitaphe, juste des poètes au compost. La Poetry n'est qu'une suite d'ultimes phrases de condamné, mises bout à bout, chaque mot ayant été cherché, pesé, poli sans polit(c)esse le long de l'existence. Désossé le verbe, étripée la langue carrossable. Le barde est l'idio(t)me du village. Nos morts Poetry, juste des clochards sur une plage qui se passent la bouteille. La rasade au goulot, l'en deçà et le sable. Ceux qui (s')échouent, gâchent un peu de salive, ouvrent leur clapet, déclament une strophe, un calembour, un hymne à ce qui passe là, le soleil, les méduses, les oiseaux. La Poélice fond en un éclair, avec leurs bâtons noirs, de nulle part, frappant jusqu'à ce qu'aucun son ne sorte plus de la bouche fautive. Ils ne prennent pas la peine de nous regarder nous, les autres clodos. On tient le mute, en lâches mutins, silencieux de couardise. Ô Poésie. On s'est passé le pastaga toute la nuit, se répétant dans nos têtes toute la poestry. Chacun se la récite, en chant intérieur, jour et nuit. La plainte du système digestif, qui quémande de la nourriture spirituelle. Les lèvres miment les mots, sans piper. Les regards savent, quand ils se croisent, à quel vers ils sont. Avec le temps, chacun sait le rythme de l'autre. 2100, ça fait un paquet de vers, pour un paquet de morts. On se le transmet des lèvres aux yeux, pour les petits nouveaux. Notre seul phare dans la nuit, ce dernier souffle qu'il nous faut prononcer, pour rajouter une graine au chapelet invisible, un peu de salive à l'indicible, à l'enfoui, à l'ancré dans nos mémoires, le long fil d'Ariane de nos tripes à l'air libre. A rêver du jour où la Poélice ne sera plus. Où la Poetry reprendra.


 


Tom Saja


 

***

 

Imprécision/précision

 

Aristote dit que la précision est quelque chose que nous employons au degré approprié en fonction de l’exactitude du sujet. Borges mentionne que plus est grande la qualité intellectuelle d’un sujet, plus la langue utilisée pour ce sujet est barbare. Ainsi, il y a une certaine barbarie dans la mathématisation des sciences sociales et d’autres domaines (barbare est un terme utilisé dans la Rome antique pour les étrangers qui parlent "bar bar" ou « bla bla"). Étrangement, l’exemple qu'Aristote a donné pour illustrer l’application d'une précision différente a été donné entre la probabilité et les mathématiques, où la probabilité était pour lui quelque chose de complètement étranger aux mathématiques. Malheureusement (ou heureusement, selon la personne) la probabilité est entrée dans le pli des mathématiques comme tout le reste relativement récemment. En tant qu’étudiant, il est généralement implicite qu’une qualité intellectuelle supérieure signifie une plus grande précision. Quand nous avons fini d'écraser notre esprit à travers un programme éducatif, comme une pieuvre tord son chemin à travers un labyrinthe de très petits tubes, nous revenons à la famille humaine et appliquons notre nouvel intellect de qualité à nos semblables humains. L’humanité, cependant, est l’un des sujets d’intérêt où moins de précision est appropriée. Si nous voulons juger de la vérité ou de l’intégrité d’une personne, il faut la considérer comme hostile, voire agressive, la juger avec une précision indue. Notre capacité à nous entendre dépend de cette compréhension, sinon nous nous jugerons les uns les autres agressivement sans vraiment comprendre la spécialisation linguistique ou scientifique des autres humains de la pièce. C’est là que la poésie est désespérément importante, parce que c’est un domaine de connaissance qui exige une interprétation vague, créative et positive. Apprendre à lire et à interpréter la poésie, c’est apprendre à écouter les gens parler de l’imprécision de la vie. Si nous parlons de mathématiques à nos compagnons du matin au soir, il y aura la guerre. Guerre entre père et fille, ami et sainte religieuse. Le projet qui nous est présenté, en tant que poètes et lecteurs de poésie, est existentiel. Plus important encore, si la poésie peut ou non être impliquée dans la création de centrales électriques et d’autres nécessités nouvelles agréables, la poésie est le domaine de l’étude du langage qui enseigne de bonnes interprétations et l’imprécision diplomatique. Puisque le langage est son principal médium et que le langage est spécifiquement humain, la poésie, dans le domaine de l’existence humaine, est le cœur.

 

Trad. G&J

 

Andrew Nightingale

 

***

 

Clown de mes deux

Gove de Crustace[4]

 

Le clown se met le doigt dans ton œil

pour n’avoir pas à pleurer sur ton sort.

Il a péri d’un rire qui te ressuscite en pire

 

Pourquoi, comment devient-on clown, bonne mère ? Digressons par la voie personnelle puisqu’il y a dix ans, dans le Cotentin, je le devins, un soir de nouvel an, entre cinq amis d’une compagnie de théâtre étrange, Le Pergonicaspop, rompue aux improvisations de toute espèce. L’être humain n’est-il pas invention inconsidérable ? Les faits : à la faveur de quelques verres mais surtout d’un auditoire ouvert à toutes les extravagances, je m’emparai, comme jamais de façon si décidée, de quelques objets, verre, corde, fourchette, couvercle, écharpe, bûche, que sais-je, et m’engageai dans un délire animiste et métaphorique qui donnait une vie imprévisible aux objets comme aux êtres humains, mes amis, témoins et complices. Les premiers rires m’encouragèrent au délire le plus débridé et la crise dura deux heures. Le lendemain, mon amoureux me déclara, comme une flamme, que je devais devenir clown. Il m’apporta même une martre morte et toute tiède encore de l’écrasement d’un chauffard, en guise d’allégeance au clown ou au contraire d’adoubement.

Et ma mère dans tout ça ? La voilà — qui ravaudait, quand nous étions minots, nos nounours éventrés en chantant un chant d’oiseau, le fameux do si la sol, do do – tendait un ring de boxe le dimanche autour de la table, avec des spaghetti noués à nos poignets, nous déguisait en dragcouines avant l’heure pour que nous allions épouvanter les passants dans la rue les jours de nos anniversaires, graphait des poèmes sur des tickets de caisse qu’elle collait sur le frigo, nous écrivait des cartes postales pour nous conter les aventures d’une mouche éternelle et, accessoirement, photocopiait un peigne et une fleur en travers de sa main.

La recette est donc la suivante : chronologiquement, un ascendant en communion avec tous les esprits farcesques, des fréquentations de bâtards célestes, un regard d’amoureux et la mort. Je ne crois guère aux cours de clown – sauf dans un but thérapeutique — pas plus qu’aux écoles de journalisme. Un cours ne remplace guère la substance vive du désarroi natif, ni l’empathie organique, quasi hors-contrôle de la conscience, pour toutes formes de vie, les plus belles comme les plus monstrueuses. Un cours ne remplace pas la perception continue des commutations du vivant et de l’inanimé ; il n’apprend pas à vivre. Un cours fait accoucher d’un clown, certes, apprend à construire un numéro, enseigne des trucs et des ficelles qu’on reconnait de spectacles en spectacles. Il faut être génial pour s’en détacher, échapper au vulgaire ou au conceptuel. Je salue la grande Zouc, Yolande Moreau et Ludor Citric, grands clown engagés corps et âme dans leur quête d’amour et d’effroi. Les ficelles du clown auquel je crois doivent sortir de ses veines et l’aider à marcher sur le tranchant du fil de la vie. S’il tombe, et il tombera puisque son ciel est en bas encombré d’illusions suspectes, ses fils du corps le rattraperont. Il est à lui-même sa marionnette, fêlé manipulateur de soi-même, extravagant explorateur des mécanismes d’identification. Il passe sa vie à se chercher à l’aide de ses pédipalpes délicats ou forcenés, à chercher les crosses sous l’écorce du monde tout en réclamant un ami à corps et à cris. Affectif dépendant ? Sans doute, mais au nom, collectif — cela il ne le sait pas —, d’une redécouverte du monde. L’Amérique, c’est lui, un continent vierge et sauvage, qu’il aborde, à travers ses spectacles, avec des armes de bric et de broc et cette armée d’Invisibles que sont les spectateurs complices. Faire tabula rasa de soi, de tout, en poète, en philosophe, en fou, le trio infernal au cœur sanglant du clown. Il cristallise notre besoin de briser l’ordre pipé par convention, d’apprivoiser et de tenter les forces bâillonnées. Attention, ne pas confondre le clown et le bouffon. Le clown ignore ce que tu sais, le bouffon sait ce que tu ignores. Le premier est un innocent, le second, par son pouvoir carnavalesque, est à la solde du roi. Le premier émeut, inquiète, ébranle, le second distrait, rassure, cautionne. Le premier est séditieux, le second, offert à la vulgarité entretenue, hélas lèche et couche.

Un soir, mon ancien amoureux à la martre morte, dépose un crapaud sur mon oreiller blanc, un bufo bufo, aux yeux d’or. Je le baise au front. Aucune pustule ne m’explose à la gueule. Depuis, à chaque fois que je croise un crapaud je le prends dans mes bras. C’est la matrice d’un rire que je berce, une bouffonnerie pas pour plus tard, car il ne faut pas grandir, mais toujours en gésine. L’enfant qui résiste à l’agrandissement ne pixellise pas ; il se refuse aux offres dégueulasses d’utilisation dictatoriale de son image d’adulte. Il finit par ne plus tuer du tout pour de vrai, reconnaissant au dépeçage d’un chaton, dans le roman de Yukio Mishima, Le marin rejeté par la mer, une dérive totalitaire. La vie monstrueuse, tapie partout où l’on ne l’attend pas, lui devient sacrée, déclenchant son rire ou son pleur, ces deux acquiescements de la peur devant l’inconnu. Il tombe de haut de tout ce qui l’étonne, il devient tout ce qu’il voit et traverse la mort du vivant en se couvrant de pustules éloquentes qui avertissent l’ennemi, le seul qui vaille — la mort. Est-ce qu’on devient clown ? On tombe clown, comme on finit par tomber malade après avoir été porteur sain d’un virus en sommeil, inoculé depuis la naissance par le sein. Buster Keaton, le magistral tombeur au masque inné, presque né en tombant puisqu’il servait de serpillière et de balle au music-hall, jouait sa vie dans chacun de ses sketches. Il ne faisait pas semblant tout en jouant. Comment est-il possible de faire comme si pour de vrai ?

L’art du clown consiste à s’abandonner à tout ce qui advient sans perdre conscience du danger des alea, à gravir les degrés d’une crise sans basculer de l’autre côté de l’échelle, à se quitter sans s’oublier. Cela requiert une maîtrise mentale proche de l’état hypnotique, je dirais plus exactement de l’état mystique, dans lequel l’esprit, délesté de toute sa connaissance acquise par l’emprise du langage, accède à tous les langages possibles. Sans doute cette capacité est-elle liée à l’ambivalence fondamentale du clown. Auguste et clown blanc parfois fusionnent en un seul personnage tour à tour d’une intelligence douteuse et d’une stupidité salutaire. Auto-marionnette, il s’aventure au bord de précipices avec des cordes de rappel. Le rire qu’il déclenche fait apparaître les dents claquantes de la mort. On doute s’il est homme ou femme, passant de l’un à l’autre avec la désinvolture du fœtus non déclaré ou du poisson clown capable de changer de sexe si la survie de son trio en dépend ; on doute s’il est vieillard ou nourrisson, tant il est ridé par l’émotion. Etonnamment chez lui, l’émotion est une pensée, une première pesée, un mouvement naïf donc natif vers de l’encore ineffable. 

Le clown est si dérangé qu’il dérange. Il touche au sacré parce qu’il profane les certitudes. Intouchable à tous les sens du terme, il est à ranger au patrimoine universel de l’inanité.

 (Paru d’abord en 2015 dans la revue Dissonances, ici modifié)

 

Tristan Félix

 


***


Note sur mes pseudonymes

 


Je suis en train de réfléchir tout haut à ce que peut bien représenter ce personnage de double féminin que je me suis créé et dont la signature se révèle au fil du temps qui s’enfuit en courant : je me posais aussi la question du temps, de la nature du temps, de la définition scientifique du temps… je suis allé voir des vidéos traitant ce sujet et je n’en suis pas revenu les mains vides, j’ai dû laisser un lien https://lapageblanche.com/le-depot/bancs/cultures/sciences

mais revenons à nos moutons raisonnablement à l'arrêt, je me demandais ce que m’apportait - parce que c’est sûr que ce personnage m’invite à suivre son patchouli, cette Isabelle H.

- calmée et francisée, qui est-elle ?

Si quelqu'un a une idée de ses véritables identités, pas moi… je trouve que plus elle vit plus elle se révèle différente de moi… ou plutôt plus elle s’empare de ce qu’il y a de plus superficiel, ma peau, et de plus profond, ma poésie, elle en fait autre chose que ce que je veux faire...

Et elle s’empare de moi …elle est extravertie, pas moi…elle est mon inverse, mon opposée

ou plutôt elle me rogne, elle ne laisse de ma pomme qu'un trognon…

Je crains que je ne puisse jamais plus m’en débarrasser, autant j’avais oublié Joe Pastry 

mon premier pseudonyme, masculin dans mon idée, autant Isabelle H. me semble une personne obsédante, presque toxique, difficile à oublier, attractive…Je pense pouvoir l’oublier en choisissant un jour un troisième pseudonyme, mais pour le moment

je n’ai pas envie d’oublier Isabelle H…

Par exemple Isabelle H. est une star, se veut star, se vit star, une Rihanna bellissima, mais je ne veux pas de ça moi. Je ne veux pas de ça. Elle me pose la question « comment devenir une star ? » …elle est très candide …

Je lui dis - les pharaons t'expliqueront - le tout c'est d’avancer masqué, me sourit-elle tout en caressant sa chatte en train de tracer discrètement sur sa paume un sanglant zède.

 

Ô Isabelle H., si différente de moi, si caressante, et si insensible à la douleur quand il s’agit de me sourire, à moi seul !


Pierre Lamarque

 

****

 

Victor Hugo, par Jeanne Ozbolt, éditions Ellipses.

 

       Biographie composée de sept grandes parties chronologiques pour 525 pages (la dernière, sur la postérité, pouvant être simplement consultée), divisées en chapitres courts, avec des extraits d’œuvres, des témoignages, de nombreuses anecdotes... Cela rend la lecture simple et plaisante, adaptée au grand public, pour un livre dont la taille peut, à première vue, impressionner. Nul besoin, donc, d’avoir beaucoup lu Hugo auparavant. Nul besoin également de tout lire si on s’intéresse à des périodes ou à des œuvres en particulier.

      

       Ce livre nous fait voyager dans la vie et les créations du génie, dans le Paris du XIXe siècle, dans l’Histoire pleine de péripéties de cette époque. La précision des événements nous en offre des tableaux on ne peut plus vivants.     

       Je pense par exemple à ce véritable enchaînement de scènes d’action : la fuite in-extremis à Bruxelles de Victor Hugo, suivie de celle de Juliette Drouet, tous deux recherchés, parfaitement orchestrées par celle-ci, après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851.

       On pourrait citer de nombreux autres événements, parmi les souvenirs d’enfance, les  voyages (notamment avec cette même Juliette Drouet), l’accident tragique de Léopoldine Hugo, la vie en exil, les discours à l’Assemblée... jusqu’aux funérailles nationales.

       On ne peut qu’être sensible aux liens intimes entre la vie et l’œuvre de l’auteur : par exemple, on apprend que la scène des Misérables où Fantine se bagarre contre un homme qui l’a importunée, ce qui lui vaut d’être interpellée, est l’exacte réplique d’une scène de rue dont il a été témoin (il était alors lui-même allé déposer sa version des faits au commissariat pour faire libérer la jeune femme).

       Victor Hugo a eu un succès planétaire de son vivant (tant comme écrivain que comme humaniste), ce qui n’est pas donné à tous les personnages qui passent à la postérité. Pour autant, il a énormément souffert dans sa vie personnelle, mais aussi à cause des très nombreuses moqueries à son encontre : en littérature comme en politique. On sourit en songeant que le critique Jules Barbey d’Aurevilly estimait que Les Contemplations devaient vite tomber « dans l’oubli des hommes ».

       On nous rappelle que Hugo, en plus d’avoir été ce que j’appellerais un créateur décathlonien (roman, poésie, théâtre, textes historiques, discours, récits de voyage, lettres, agendas de Guernesey, mais aussi œuvres graphiques et caricaturales, décoration de sa célèbre maison d’Hauteville House), en plus de ses fonctions politiques, s’est notamment intéressé à la daguerréotypie, à la photographie, et même au spiritisme.

       Ses combats et son regard visionnaire sont époustouflants : lutte contre la misère et la peine de mort, pour le droit de vote au suffrage universel, pour les droits des femmes, des enfants, des animaux, pour la liberté de la presse, la défense du patrimoine et de la nature, les « États-Unis d’Europe », etc.  

       Mort à 83 ans, on se dit qu’il ne s’est jamais arrêté de toute sa vie et qu’il aurait pu continuer encore indéfiniment : écrire et voyager encore, combattre de nouvelles causes, aimer de nouvelles femmes...

       Dans le dernier chapitre sur sa postérité, un parallèle intéressant est fait avec son influence dans les camps de concentration nazis de la Seconde Guerre Mondiale.

       Je n’ai ainsi pu m’empêcher d’imaginer un Victor Hugo vivant aujourd’hui, quelque deux siècles plus tard. En cinéaste par exemple, lui qui a tant excellé dans le théâtre (avec peut-être des scandales, des photographies en couvertures de magazines, mais là n’aurait pas été l’essentiel pour autant).

       Il aurait connu l’abolition de la peine de mort en France et d’autres lois de progrès social comme le droit de vote des femmes, la création de l’Union Européenne, la déclaration universelle des droits de l’homme, la déclaration des droits de l’enfant, l’Organisation des Nations unies. Mais tant d’injustices l’auraient également frappé, qu’il aurait dénoncées sans relâche ! Ce dernier point relève évidemment de la libre interprétation de tout un chacun.

      

       Une biographie qui donne envie de lire ou de continuer à lire l’œuvre hugolienne. Car qui a tout lu ? Il faudrait sans doute plus d’une vie pour le faire. Alors, devant tant de choix, ouvrez le menu et commencez par ce qui vous inspire le plus.

 

Victor Ozbolt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notules de…

 

MANIFESTE DU VIDE


Les pensées passent, reflets brisés, ondes concentriques autour du caillou de la douleur 

jeté dans le vide anxieux du cœur, remous de l’esprit dans l’esprit. Sous mes haillons 

se cache ma robe couleur du temps, et sous ma robe je porte ma vie en haillons. Comme 

l’eau bout à cent degrés, l’air en ébullition pétille à la lumière du jour. Tout est voix, 

tout est silence. Je suis un point d’interrogation. Nous n’avons pas encore vu le jour. 

Nous n’avons rien d’autre que nos vies.    

 

Calique Dartiguelongue

 

***

Il sort de sa camionnette au milieu de la nuit et cherche dans un brouillard de silence l'horodateur. Son souffle seul témoigne d'une présence sous la lune. Ce brouillard n'est pas un brouillard hydraulique mais bien l’hyposignal condensé de tous les esprits qui sommeillent autour de lui. Il aurait envie d'échanger avec un quidam de cet étrange phénomène météorique mais il se garde maintenant de divulguer ses opinions avec des quidams. Depuis que le soleil s'est effondré sur lui-même, il vaut mieux se taire pour ne pas ajouter de nouvelles ombres au tableau. Déjà qu'il est hasardeux de faire un pas devant l'autre sans tomber dans un piège. Il vaut mieux s'en tenir au tracé le plus simple, celui qui mène au cimetière des consciences

 

Jérôme Fortin

 

***

 

LE PASSEUR


Georges Perros avait un métier, un métier littéraire, celui de lecteur pour les éditions de monsieur Gallimard.

C’est quand-même un beau métier ! Un métier que j’ai touché du doigt quand je débutais ma carrière poétique peu prolifique au demeurant sauf depuis 2020, où j’ai subi comme un emballement psychotique en prenant conscience du temps qui passait…


Du trafic de lettres que j’ai eu la chance de pouvoir entretenir avec Claude Roy, je retiens qu’il était poète et que son métier était lecteur chez Gallimard, comme Georges Perros. J'avais présenté un texte qui s’appelait l’oiseau poème et Claude Roy m’avait répondu gentiment en m’encourageant.

Il m’est arrivé de recevoir de lui une carte postale océanique avec au dos des lignes d’écriture qui ressemblaient à des vagues de Claude Roy.


Dans la pratique du métier l’oreille s’affine, le lecteur de métier, à la différence

du lecteur ordinaire, est assis devant le livre qu’il lit placé à côté de la tasse

et du pain quotidien, il travaille comme le lecteur inconscient, pour Elle.

 

Pierre Lamarque

 

 

 

 

 

 

 

Sans dessus dessous

 

Flaques de ciel  


Mon parapluie avait un trou,    Et de sa toile, goutte à goutte,   Tombe le ciel dessus dessous,   Sous mes souliers et sur la route.


Et depuis lors, un peu partout,    Chassés d'en haut du paysage,     (Le monde est sans dessus dessous )    C'est donc au sol que vont les nuages.


                  Christophe Goarant-Corrêa-de-Sà, in Enfants sillages (Séguier, 2007)


 


FORME DEFORME


Forme


Déforme


Balle


Mur


Balle


Mur


Forme déforme


Forme déforme


Balle


Mur


Balle


Mur


HI in Papiers Froissés


Poéthylique          


Verser ses maux   Dans des poèmes   Et vider ses vers   D'un trait


                                                            Air


Quant vient le manque


Quand vient le manque j'abreuve ma tête de n'importe quoi de scroll en scroll défile l'alcool je batifole.

 

Qu'importe le breuvage pourvu qu'il comble le vide existentiel et remplisse la fosse de matière digitale.

                                                            Air 

La pellicule    


Un photographe aux cheveux argentiques


aimait si fort les libellules


qu’elle s’envola


sa pellicule


                                                            Félix Musy


A bien y réfléchir 


A bien y réfléchir, le mot "alexandrin" est le seul mot de la langue française à compter dix lettres, mais douze syllabes.


A bien y réfléchir, le poète est le seul être à compter ses pieds sur ses mains. 


                                                            Patrick Modolo


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La page blanche n°60 Juillet 2022

WEB lapageblanche.com

MAIL contact@lapageblanche.com

DIRECTEUR Matthieu Lorin

REDACTEUR EN CHEF : Jean-Michel Maubert

 

CONSEIL DE REDACTION Jérôme Fortin, Pierre Lamarque, Jean-Michel Maubert, Mickaël Lapouge, Tom Saja, Maheva Hellwig, Patrice Parthenay, Victor Ozbolt, Constantin Pricop, Matthieu Lorin, Simon Langevin, Jean-Claude Bouchard (Jcb), Denis Heudré, Calique, Bertrand Naivin, Tristan Felix , Bruno Giffard , Patrick Modolo, Air, Sandrine Cerruti, Andreea Buse, Nathalie Baixas.

 

REALISATION Mickaël Lapouge

ONT COLLABORE A CE NUMERO Ingrid Reuilly, Marie-Anne Bruch, Arnaud Rivière Kéraval, Jules Colère, Joëlle Pastry, Jacques Lucchesi, Viatcheslav Konoval, Silvère Cordin, Sandrine Cerruti, Marc Bedjaï, Sandrine Davin, Amandine Gouttefarde-Rousseau, Valery Oisteanu, Ana Maria Caballero, Allan Graubard, Jean-Michel Maubert, Jérôme Fortin, Maheva Hellwig, Matthieu Lorin, Tom Saja, Andrew Nightingale, Tristan Félix, Victor Ozbolt, Calique Dartiguelongue, Christophe Goarant-Corrêa-de-Sà, HI, Air, Félix Musy, Patrick Modolo

 

 

 

Dépôt légal : à parution / ISSN 1621-5265 La page blanche association loi 1901 La reproduction même partielle des articles et illustrations publiés par la page blanche est soumise à autorisation