La
page
blanche

Le dépôt

INDEX DES AUTEUR-E-S

2 - Pierre Lamarque

Défense de la Transprose

Bonjour Constantin,


J’ai pris un extrême plaisir, après en avoir parlé à Patrick Modolo que je joins à ce mail, à retoucher la disposition des textes de tes poèmes…

 En faisant cela je pense leur offrir un voyage à travers le temps des momies.

Je n’aurai pas fait tout ce travail pour rien puisqu’au moins, si tu n’es pas d’accord avec cette nouvelle disposition de tes textes,  je l’aurai fait pour moi et Patrick Modolo...


J’ai fait un travail très intéressant - pour moi en tout cas, de transposition de tes textes en Transprose - pour moi et d’autres farceurs comme moi, la transprose est une forme de poésie méconnue et mal comprise…parfois elle est même dénigrée on ne sait trop pourquoi… Apollinaire dans Zone ouvre la voie, il supprime la ponctuation, les vers font office de ponctuation, la transprose n’est que la continuation de cette intuition : elle propose la respiration d'un espace à la place d'une ponctuation 

et la suppression du vers superposé, instaurant à la place de ce système en échelon vertical du poème une lecture plus horizontale, plus fluide avec espacement horizontal entre les vers.



Ton poème "Les aubiers" exprime à mes yeux l’isolement du bonhomme perdu dans son système de certitudes, d’a-priori, de préjugés…… le bonhomme peut-être aussi bien toi ou moi, quand j’envisage l’angle de la transprose...


Le rythme du poème « Je regarde » est selon moi parfaitement rendu par la transprose. De façon  générale la transprose met en relief le rythme des poèmes, les tiens en particulier. La transprose est une fonction élémentaire de la poésie découverte ou plutôt redécouverte en 2022 par Patrick, moi, Matthieu, Rémi (Cf LPB n° 60… je l’affirme et le confirme).

(J’ai profité de cette remise en forme de tes poèmes pour corriger pas mal de petites boulettes passées jusqu’à maintenant inaperçues - voilà pourquoi on dit qu’il faut remettre l’ouvrage cent fois sur le métier:-)). 

La rythmique, le rythme d’un texte est un élément fondamental de la poésie et il faut savoir bien le rendre. 

Supprimer toute ponctuation et les remplacer par des espaces met en valeur le rythme. Espacer les lignes de textes, par exemple dans le poème "Je plonge », permet au rythme de paraître encore plus profond. Le jeu des mots et de leur espacement sur la page remplace la ponctuation très avantageusement.

La transprose insuffle une nouvelle énergie à la poésie. La transprose est un élément de la poésie. 

La transprose n’est pas une blague, ni une ironie envers les crédules. La transprose est une invention,  rigoureusement une invention. La transprose n’est pas faite pour être mise entre les mains de personnes inexpérimentées. Sur cette question au moins nous serons d’accord.


Ta poésie Constantin mérite d’être reconnue et aimée, pour cela il faut la présenter de façon moderne.

Dans « Des petits pois » tu avoues «je ne suis pas sûr que je comprends correctement la respiration de la planète » 

Pour la respiration du poème c’est la même chose.Tu avoues toi-même que tu n’es pas sûr d’être moderne et tu as raison,  pour être moderne comme l’entend Rimbaud il faut essayer la transprose. L’essayer c’est l’adopter. Chaque jour qui passe doit apporter un enseignement nouveau. La transprose en est un.


Le poème « Les franges du temps » mérite d’être frangé… c’est le rôle des espacements. 

Pourquoi je dis que la ponctuation doit disparaître de la poésie ? Parce que la ponctuation est le maladroit mime du silence, de la respiration pendant ce silence, un silence qui est mieux rendu par un espacement : l’absence de ponctuation, l’espace, c’est ce qui distingue l’écriture de la Poésie de l’écriture des clercs.


Relire tes poèmes me permet de les relire à l’âge que j’ai, avec le vécu que j’ai, et je peux soutenir que je te connais mieux maintenant, aujourd’hui, dans ta profondeur, en relisant aujourd’hui. En te relisant. Si j’apporte quelques changements de forme à tes poèmes, c’est pour leur bien. C’est pour leur bien que je crois devoir faire cela. Le travail que je fais est un travail de lecture et de relecture, d’approfondissement psychologique, je n’hésite pas à employer le terme. En modifiant la forme de ta poésie je respecte les tremblements vulnérables du coeur de ton coeur. y a-t-il quelqu’un là haut qui parle d’amour?



Si j’ai fait des fautes corrige-moi stp…


amitiés

Pierre