La
page
blanche

Le dépôt

INDEX DES AUTEUR-E-S

2 - Pierre Lamarque

note de pierre lamarque


STUBBS Paul - Une anatomie de l’icone - Ed Black Herald Press - P.L.



J’ai fini de lire "Une anatomie de l’icône" de Paul Stubbs. Mon appréciation n’a pas changé après la lecture des deux premiers poèmes. Elle n’a pas changé mais elle s’est enrichie. J’ai relu l’introduction et me suis demandé si le but que se propose l’auteur »d’expliquer par l’intermédiaire du langage en quoi il est nécessaire de vouloir croire en Dieu » , si ce but avait été atteint me concernant. La première impression, tenace, que j’ai après la lecture du livre, est que je sens de l’ironie de la part de l’auteur vis à vis de l’humain et ses croyances  religieuses.


Je me suis alors demandé quelle était la source étymologique des mots religion et croyance. Et j’ai eu la surprise en consultant mon Gaffiot d’apprendre qu’en latin le mot religio signifie primitivement « attention scrupuleuse, scrupule, délicatesse, conscience » et que le mot

credo signifie primitivement « avoir confiance » …


Je suis petit-fils de quatre instituteurs et la culture religieuse n’était pas transmise dans nos familles … La lecture d’"Une anatomie de l’icône", associée à mes recherches étymologiques me permet aujourd’hui de sortir un peu de mon ignorance primitive, et me permet de relativiser mon idiotie naturelle…Pour améliorer ma connaissance de façon plus générale j’envisage de lire un livre de Clément Rosset intitulé "Le Réel - traité de l’idiotie"…


J’ai proposé trois courts poèmes du recueil de Paul Stubbs pour la revue Lpb (… ces trois textes étant envoyés de façon anonyme au comité des 12 lecteurs, comme nous faisons désormais quand il s’agit de lire et publier de la poésie… D’après la règle que nous nous sommes fixée - à part moi, Matthieu Lorin lui-même et les lecteurs ne savent qu’après  leurs notations et commentaires éventuels qui est l’auteur et d’où sont tirés les poèmes ).


Un grand merci à Paul Stubbs de m’avoir permis de me confronter, une fois de plus, à mon idiotie naturelle. Mes félicitations à l’auteur et à la traductrice.



BLACK HERALD PRESS


https://www.blackheraldpress.com



  • The Black Herald reste toujours cette revue dont l’élégance et une mise en page espacée ne démentent en rien la haute tenue d’ensemble. Proposés en version bilingue, les textes et les poèmes publiés donnent à lire des auteurs reconnus aux côtés de voix encore en devenir. Nous trouvons ici aussi bien Corso ou VergerJoyce ou Fentham. Le choix d’écrivains disparus ou bien encore vivants témoigne de cette volonté de dépasser les conventions et de mettre en avant seulement la voix. Ainsi Blandine Longre et Paul Stubbs proposent une revue inclassable et porteuse de mouvements." Cyril Anton, cahier critique de poésie no 26, cipM, décembre 2013.