La
page
blanche

Le dépôt

INDEX DES AUTEUR-E-S

76 - Alexandre Poncin

Présentation


Alexandre Poncin livre une poésie intime de l’évènement, ouverte à la rencontre. Attentive autant qu'inquiète sa parole – porteuse de voix multiples – souvent se fait vive : elle est aussi bien appel que confidence. La violence et son ambivalente postérité constituent la trame de son écriture.


Plusieurs de ses poèmes ont été publiés, notamment dans les revues Cairns (n°28), Traction-Brabant (n°93, 96, 98), Lichen (n°62, 63, 70 à 75), L’ours dansant (n°4, 12), Hélas ! n°2.


Son premier recueil de poèmes, Le Malaise et l’Échappée est paru en septembre chez 5sens éditions.


Circonstances des saisons, recueil de tercets est à paraître chez le même éditeur au printemps 2023.


Un poème intitulé « Là-bas » est paru dans un recueil collectif intitulé Je te donnerai un paysage du haut duquel tu ne pourras pas te jeter aux éditions du Drame en août 2022.


Son travail s’élabore et se partage sur son site internet : alexandrepoemes.fr



réponses au questionnaire :


1. Vie Secrète de Pascal Quignard

2. "Obéissez à vos porcs qui existent, je me soumet à mes dieux qui n'existent pas" René Char, Fureur et mystère.

3. Je lis beaucoup de poésie et de littérature, ainsi que de la philosophie (déformation professionnelle) et des livres d'art. Par goût prononcé et du fait de mes études. 

4. Revues en ligne.

5. Le monde lit toujours, il y a une faim que la lecture avive peu importe le médium 

6. Msemmen avec caviar d'aubergines et hoummous et autres mezzo-soprano

7. La nuit je mens d'Alain Bashung (et tout Bob Dylan indistinctement), pour le film tout Bergman ou Fellini et Oslo, 31 Août de Joachim Trier

8. Traction-Brabant, lecture bandite, sauvage foutraque et donc belle.

9. Des amours transies qui resteront innomées.

10. La philosophie et l'art, la musique (guitare) puis la poésie, gouffre sans fin duquel je n'ai pas réchappé.

11. Produire est nécessaire pour combler la béance de notre faim.

12. J'écris de la poésie pour tous les décentrés, qui ont une flamme d'aucun feu qui leur tient au ventre. Qui ne savent que brûler.