La
page
blanche

Le dépôt

Jean-Claude Bouchard

Jean-Claude Bouchard - Textes

Jean-Claude Bouchard - Textes

1000 feuilles de route



N’allez pas croire qu’il n’y a que les vaches pour regarder passer les trains.

 

Réac comme un qui n’aurait rien vécu.

 

Des rides inscrites au patrimoine de l’humanité.

 

Tu demanderas à ta copine si elle sait ce que c’est d’avoir les dessous des ongles pleins de cambouis!

 

 

Non à la traite des vaches!

 

 

Elle alla comploter chez sa voisine…


 

L’écrit d’avant qu’il ne soit trop tard.

 

 

3ème degré à droite.

 

 

La Haute Autorité de l’Opinion.

 

 

L’incongru paradis sur terre.

 

 

J’emmerde le destin!

 

 

Vos gueules !

 

 

Sublime 

Horizon

 

Orangé

 

 

LAISSEZ les jonquilles tranquilles

 

 

Au secours catholique Benoît dérape.

 

 

Interdit aux riverains !

 

 

Le bonheur d’aujourd’hui ne peut rivaliser avec 

 

celui d’hier et inversement !

 

 

Interdit aux solitaires !

 

 

Psy cause toujours 

de jour comme de nuit 

 

 

des à corps

à peu près

 

 

des femmes version macho

 

 

Interdit aux femmes même tenues en laisse 

 

 

un corps à criminel

 

 

 

Ecriture du temps qui nous file entre les doigts.

 

 

authentique typique atypique

 

 

Prolo des mots

 

 

Est-il envisageable de rencontrer

Aujourd’hui 

Une vraie pute qui dit aimer cela

 

 

Pas de limite en art 

 

 

Une jeune femme et son vieux mari

 

 

C’est à la mode, passé de mode, pas à la mode, ce n’est pas passé de mode, plus à la mode, encore à la mode, toujours à la mode, c’est très mode, pas mode du tout, bientôt à la mode,

 

 

Adam et Ève pour la vie

 

 

Pour le principe de précaution vous reprendrez bien un panurge de mouton

 

 

La fureur des nombres

 

 

Copyright à gauche de l’écran

 

 

Interdit de vieillir

 

 

Entres nous, vous susses agréable d’accepter cette proposition

 

 

 

 

Fallait-il interdire à la planète de se reproduire si futile américain du nord ?

 

 

Demandez, lisez grosses bites magazine !

 

 

Tu SMS tout bas

 

 

Une envie de suicide ce matin mais bien sûr comme toujours je n’en ferai rien

 

 

On a beau dire mais il y a parfois de belles choses à voir dans cette putain de vie de merde

 

 

Soit je balance tout par la fenêtre, soit je raconte une histoire

 

 

Artiste mineur de fond en comble

 

 

Artiste au renom confidentiel

 

 

Un moteur à contre temps

 

 

Funambule haute tension

Tu m’aimes même

A l’instant

 

 

Parbleu c’est une folle

 

 

Le fils, la bru, la belle mère et le bambin

 

 

INTERDIT AUX ANXIEUX

 

 

INTERDIT DE DIRE

TROU DU CUL

 

 

Par delà les mouettes, à l’instant même où les soleils tournent le dos au train

 

 

Il a obtenu sa maitrise en célibat géographique

 

 

Paranozique

 

 

Schizone

 

 

Un taulard fort

 

 

Un présent invisible

 

 

Nonchalance aquatique 

Vous avez des questions sur le visage

 

 

Tout droit à l’image !

 

 

Ta libellule en arc en ciel depuis tant de semaines éteinte

 

 

Le corbeau faisait chanter maître renard

 

 

Retourne-toi s’il te plait

 

 

essai de manipulation ! essai de manipulation !

 

 

Descendre à l’arrêt cardiaque

 

 

Pour en finir plus vite il essaie de chopper un max de cancer 

 

 

à l’angle obtus de l’écluse la pierre comme rivage d’une Seine où le ciel se mire parsemé de gouttes d’eau venues d’en haut scintillantes faisant des ronds (ricochets) à l’excentrique, comme guirlande argentée un soir d’été de 14 juillet bien avant le bouquet final

 

 

Sous le prétexte qu’ils auraient fait cela les premiers, nous serions devenus américanisés

 

 

Couple fidèle regardant avec nostalgie s’éloigner deux amants épanouis… (Banc public)

 

 

tu prends des notes tu prends des photos

 

 

J’aimerais vous parler de mon sudoku

 

 

Bon dimanche ça krach demain à l’aube

 

 

Minou laine à céder cause transfert

 

 

Il neige à domicile

 

 

En tant que piéton je ne suis pas sûr qu’il faille se croiser dans le sens d’un automobiliste

 

 

Je suis la manga de Barbés, fille d’un tailleur juif de Marrakech et d’une ex-danseuse du ventre à Tanger

 

 

Le passé tourné vers l’avenir et non l’inverse

 

 

Une fin d’été agrémentée d’un vent d’automne

 

 

La dernière joue à la caresse

 

 

Au pays des arrondis on est vite taxé d’agressif

 

 

Arrache-moi tes méninges

 

 

Un dieu pas si grand que cela

 

 

Les murs blancs me font rêver

 

 

Peindre c’est dépeindre

 

 

Le lierre s’évade du balcon

 

 

Moi d’abord pardon ensuite

 

 

Il y a des espoirs qui deviennent des mensonges

 

 

Blues mots à mots

 

 

Lassos des mots

 

 

Usine – Palette – Parking – Mer de glace – Pinède – la vache – Béton – Pylône – Maison – en batterie – la route – Ballots – The CLUB – …

 

 

Artiste mineur de fond en comble à la recherche du génie des étages

 

 

Aux paradigmes incertains

 

 

Menu :

 

Angine de poitrine 

Langue de bois sauce piquante

SILENCE

INTERDIT

Qui ne veut pas gagner des millions !

Solitaire accompli

Margarine de Pompadour




Les Beaumonts

Sans lunettes de soleil, le retour sur un quartier d’enfance par Montreuil de naissance, direction Paris, quel beau black que voilà, mon sexe mou mais en émoi, souriant le mec, la nuque à embrasser suivant une chaine d’argent, baigné d’un soleil direct en souterrain gare de Lyon correspondance prendre la 9 à Nation, le A, RER autrefois vapeur escarbilles, Boissy Saint-Léger Bastille, en tête de train, métro rouge et vert sièges en bois, cling! Le chef de train, les portes se ferment, gros pistons, dans ce bruit j’entends les grillons, Robespierre, «veuillez patienter merci», l’attente n’a pas changé, Croix de Chavaux, place Jacques Duclos, la banlieue en rouge, un marchand de journaux, pas d’aujourd’hui, en sucré salé. Le 127 en direction des Beaumonts, avenue du président Wilson, en clinique je suis né, Montreuil basculé écolos, les maisons n’ont pas bougé, quelques barreaux aux fenêtres en plus le long de l’avenue, un défense d’afficher toujours là, respectée, doucement je rentre dans la danse… je descends aux Parapluies, usine fabrique du nom, les quatre ruelles vers le parc Mabille, Fontenay sous bois département du Val de Marne, un tour vers l’hospice, mémé Charlotte ma grand-mère infirmière, un mouroir disait-elle, les bâtiments en meulière disparus, photographie en mémoire noir et blanc, je me demande si ce grand arbre n’était pas déjà là tout petit, avenue de Stalingrad, ça ne s’invente pas, je ne vous la raconte pas, j’en ai vu s’en construire là, d’ici tu peux prendre le 124 pour la mairie, l’avenue Parmentier remontée, tu sais celui qui a ramené la pomme de terre, architecture inchangée, le pleure la mémé… Le bac à sable s’est pavé caché, square Maurice DAUMAIN fermé à clef, rue Gabriel Perry martyr de la résistance, la petite boutique du coiffeur c’était là! A son tour pour la coupe en brosse, un bout du jeudi anéanti, nous faisait mal le bougre avec son engin, retour sur les quatre ruelles où une voiture s’était enfoncée sous la chaussée, sous-sol carrière parisien, au parc des Beaumonts grand ouvert, c’est là que sans succès je me suis mis sur des patins à roulette avec l’impression d’être traité de fille, un carré de béton aujourd’hui défoncé, dans ma mémoire plus grand, je m’engouffre en verdure voyant bien que le passé m’échappe et pourtant je suis bien sûr d’y avoir rêvé, ici la tour Eiffel lointaine, au-delà tata! Tata! Regarde on la voit, reviens, reviens il y a un satyre par derrière, c’est vrai qu’une fois j’y ai vu sa grosse queue, acacias en fleurs dans l’huile bouillante, beignets croquants encore chaud devant le sucre, un vieux mâchonnant, j’ose pas causer horticulture, maison pour tous Gérard Philippe…»Le Danton» toujours debout rue André Laurent, le bois au loin semble nous y mener, ce pavillon comme je me le rappelle, celui des Petit, de derrière chez moi on pouvait, Maïté en avance enjambant d’autre jardins, le rejoindre, c’est ici que les parents partis une surboum, véritable Rolling stoned du sous-sol au grenier, un autre jean-claude me roule une pelle je crois m’évanouir… Au passage, j’étais tout petit comme cela, l’usine toujours là, le bruit non! C’est un Karcher rue de la Renardière, je m’égare la voie d’Estienne d’Orves en quelques disparitions, la couturière, maman pour un maigre salaire, m’y apprit à coudre les boutons pas loin de chez nous, du père par-dessus par-derrière aux claques d’enfer, ici bas sur la face, je criais pour que m’entendent… les voisins, pour autant les ouvriers ne se contredisent pas! J’avance… mobylette, voiture à trois roues de loin entendue, cœur de fromage blanc le tissu humide, avec quelques pièces, maman heureuse de nous les offrir (mais qu’est-ce qui lui arrive aujourd’hui), des larmes un soleil de mai les séchant, dans une même perspective rue des Beaumonts, je ne sais plus si c’était là qu’habitaient les Lièvres, le pavillon des Camus je le reconnais, Philippe le fils unique, un presque pote, mort en livraison plus tard, les parents jamais consolés, chez les Foix, je me rappelle qu’un dimanche on y a mangé, et Georges, la maison toujours en bois, c’était presque cul et chemise, il s’en mettait dans le gosier du jaune, deux ou trois filles, Patrick le garçon mon défenseur de récré amoureux peut-être, c’est ici que j’ai vu les premiers pains de glace, frigidaire livré à domicile glissant du camion, Monsieur Chemin tout à coté, déballage maraîcher, les terrains sont tout en longueur d’anciennes vignes… les Picard, lui le plus grand des alcooliques battant un petit bout de femme, l’Yvonne morte très tôt, la fille Denise, les années 60, petite main chez Carvin, je voulais être elle me sachant garçon, les Golleteaux, toujours autant de filles là dedans je vous le dis, c’est la marchande ou l’infirmière des jeux, elles m’obligent à faire le malade, Versailles, Chambord, le père travaille chez SIMCA, rutilantes… j’entends le moineau, «t’as vu la minette elle a encore fait des petits», le mur, à l’appui duquel j’entretenais mille conversations, ce rosier de ces dames, aux larmes citoyens, mes roses jamais déçues, l’escalier pavillon à quatre pattes vite chez mémé, belote, rebelote et nain jaune, une pièce pour le tiercé. Charlotte. Le Rip et la Marquise autrefois dans la niche, j’aboie, les fourmis, poiriers passe crassane, Jacques Martin plus loin, à se relayer, le père m’obligeant, la frousse de déguerpir, que c’était dur de me nourrir! Mais quand j’y pense… Madame Kergresse, des dizaines de garages sous les toits ondulés, son fils m’invitant à dormir le temps d’une sieste (à l’interrogatoire, je n’en dirai rien), je ne tiens plus en place, la cabane du cantonnier, la pente remontée, bons caniveaux, descente en eau, un moulin vite imité, je m’arrête sur le sapin de noël un grand if maintenant, je pleure et, j’oublie, si on allait chez Marguerite? Sans enfants, à la canne blanche ne voyant guère, ma grand-mère la croyant plus maline parfois, pour appréhender les cerises toutes pour sures anglaises, les adultes et autres malicieux les retrouvaient baignant plus tard dans un liquide, interdit aux enfants. Ce mercredi je n’irai pas chez parrain, ton père ne veut plus, interdit de jouer au train sous la table, interdit d’appeler Antoinette, marraine… en Normandie c’est l’ainé des sœurs qui domine, le grand-père. Des gamins en âge se lancent des sens interdit vers le marché Roublot, couvert de fers, de verres, matchs de boxe à tout craquer, on n’y allait pas… Mon atelier d’artiste il est là! Même que la tourelle à moi tout seul à l’abri, regarde au loin en loin les nuages, Paris, la vitre rallongée… Gamin patinette, comme vous le savez, de toutes ces libertés jamais obtenues… quand c’est-il ? La chamaille s’il fallait une grille ou pas que certain franchisse… A l’ombre que je fais, c’est l’heure du père, parfois drôle quand même, il s’échappe… Je m’en vais cette fin d’après midi, la fraîcheur douce à souhait nous caressant la chaleur. Tonton est saoul par neuf demis à trois, la tante braille qu’il couche avec d’autres qu’elle… Culotée, tout de même, à me tripoter, repassage bleu de travail à domicile un boulot exténuant pour une commère, son quartier, sa réputation à l’autre bout de la ville (je devrais parler de mes cousins). Une femme, démarche tranquille cool, sortant de chez nous, je ne l’aborde pas, ses enfants de la balle à Rio, à moins le quart le pair gagne black. Le mur toujours aussi penché, ah! Oui c’est vrai, faut que je passe chez les Martin, tu sais? Cette mère qui ne croyait pas que je faisais la communion pour la religion, m’agaçant de pas m’entendre, comme ci je n’étais pas capable de faire la prière sans que l’on me le dise… toujours est-il que le môme à la trottinette, toujours là, et moi toujours pas chez les Martin, la maison délire liftée, mais non! C’est l’autre d’après celle de l’escalier, Jacques, de toi j’ai une photo de classe dans un placard année trente Emmaüs. Un jeune parano, voiture vitre teintée, qui mâle où je pense, s’excusant à peine, perdu de penser que j’étais là pour un cambriolage… au 58 rue des Prés-Lorets habitait mon meilleur ami d’école, la famille déménageant je n’ai pas su lui dire au revoir, tellement que les autres m’ont traité de PD, je t’aime, maman me l’a dit, même si aujourd’hui, elle est tête en l’air, j’adore tes lunettes, il me semble que je t’étonnais tout le temps, tant de chose, de questions, te montrant soir et matin à l’abri…


Avenue de la république, quel boucan! Bus plateforme 2ème section, on finit à pied, marchands de journaux un soir de mai 68, les voitures renversées, la boulangerie elle aussi fermée, là je ne sais plus trop, curieux de savoir, pour le marchand de lampes c’est une retouche couture, des ambulances à l’arrêt André Laurent, «LE NARVAL», Michel dans un état pitoyable, la lettre postée… tatouage percing et compagnie gothique flamboyant, en face, un sushi s’est emparé des sirops limonades, des cache-cache derrière le comptoir interdit, les alcoolos rappliquent, la communion solennelle, dans le fond les dragées, parrain s’est acheté plus grand, rue de la maison rouge, plus strict, avec obligation de se tenir sur les patins, sans tomber… Au coin, chez l’arable c’est l’arable et même qu’avant l’arable c’est l’épicerie. En face c’était la laitière, les cheveux coupés à la libération, ni tripier, ni cheval, il y a longtemps, et tout comme la mercière, je serais bien embêté de vous indiquer où ce trouve tout ce beau monde. Je me dirige voir si les Chichery, toujours là, les seuls à ne pas avoir l’électricité coupée les jours de grève, d’exotiques poissons... Vers les Rigollots autre usine, détestée, là il y avait un chinois, là, c’était une maison qui me faisait peur, là habitait celle qui m’a dénoncé au père, je l’ai su peu de temps avant sa mort, des pétards explosés dans la tête d’habiles babas cool freaks, et voilà mon coté branleur en cuir skaï véritable, combien après Lou Reed rue Gambetta, des vieilles à manchettes, les garages toujours là à l’enseigne, j’y suis monté une fois me demandant s’il n’y avait pas un peu de sexe à l’étage dixit la commère… Typique dans mon assiette, Kiravi, tes bouchons plastiques de toutes les couleurs pour confectionner un si joli rideau, au gré du vent la porte grande ouverte, café entre voisins. Les deux pharmacies l’une en face de l’autre, nous à ne pas savoir choisir laquelle des deux surtout que, la plus compétente c’est celle qui voit le moins, vue l’épaisseur de ses carreaux… Philips, la télé angulaire, appuyer comme un fort sur le bouton pour la voir s’allumer, scooter à PIZZA sur le trottoir aux mains d’agiles maghrébins, entendu comprenant la langue y étant allé, et ainsi de suite, tout comme la boucherie en limousines halal. Le petit marchand de bonbons disparu du tour de France, le Merlin des maisons de vacances, le Lucien Bobet en sous-mains pour le critérium, se retrouvaient là, pas loin de sainte Marguerite, les cloches tourne-disque, jazz de gauche, la poubelle ne fait pas le moine nous renseigne sur nos congénères, je n’ose pas faire la photo pour être trop vite passé, des fêtes il faut les annoncer, un arc-en-ciel pour pâques resté là, incroyable! le marchand de charbon en vétérinaire devenu, prière de fermer la porte à clé chez le toujours plus gros marchand d’autos de l’est parisien, un bijoutier, les médailles transférées faisant face aux témoins de Jehova… les Rigollots, un jour d’école, l’immense cheminée effondrée, des briques partout, pour de l’habitat cabane à lapin, mais chic… Je choisis d’aller vers le bois, en cachette comme autrefois ici Paris bas, traversé, petit cordonnier arrête, tu me fais tourner la tête, tête… le Celtic en Franprix, tu parles! La station de service où j’allais respirer l’essence, un Picard, et des restos asiatiques plus de mode aux dires de la rumeur… la poste en P.C.V. s’il vous plait, cabine 15, pour la Manche carotte en DS aller-retour, les ateliers protégés de la RATP pour voir si, ça fait peur d’être ouvriers… du Prisu au Monoprix les rombières pour se la faire moderne, à toute à l’heure, le salon de coiffure, la coupe toujours jeune, quand à ce boulanger nous n’y allions qu’une fois tous les autres fermés, je ne passerai pas rue de la maison rouge, on verra un de ces jours, une autre fois, je m’éloigne davantage, auto-moto-école Dalayrac, n’ayant, enfin presque, vu le coté tranquille de nos nuits, improbable pavillon de banlieue, la brique pas chère, une embrouilleuse de rue tente de convaincre ses deux collègues, je ne suis pas passé devant Jules Ferry! Le 124 rue Pierre Dulac de Compostelle, ça rime, mélange 60’ et d’aujourd’hui un collège s’agrandit, le RER tout proche du bois, Trotski tue le ski… je recherche le Palais des Fêtes, celui des grands prix d’avant les hangars, celui des deux films, des attractions et de Tom et Jerry, cowboys fessés d’indiens, la mémoire suffisant… je m’égare sur ma personne de troubadour en pochette surprise bien en vue, les mamans ne sachant que faire, cadeau pas cadeau… je remonte vers la mairie, l’institut st Barbe à me faire peur la nuit, aide à domicile, un sticker que je ne connais pas, le vieux Fontenay, si on veut, pourquoi maman? « Garage des Rosettes « - parce que fer à forger! Dans ce temps là ils sont durs les vieux, une concession d’assurance sale et sans police, devanture en bois - de quoi? Buvant à même la rue, le café à son affaire, les arômes tagués, à l’église st Germain, jamais là à cette heure, la mairie communiste, d’après les HLM, c’est loin… j’ai toujours regardé partout, alors, hier comme aujourd’hui, à voir dès la semaine prochaine…


Epilogue qui suit une voiture d’époque coupé sport, ce n’est pas la deuche prolo, même si tout compte fait les paysans s’en sont emparés, la Simca 1000, le moteur à l’arrière, cuisses collées au skaï des heures durant. Rimbaud jamais trop’aidé, comme je les aime, bon, il faudrait voir… un scoop à la mémoire récalcitrante, un taxi pour me tirer de là! Même pas enceinte, je ne doute pas un instant que le conseil général, dans cette grande demeure bourgeoise, ça ne fasse trop communiste, ça à foiré, entité médicale du bois, soyons attentifs, Olivier à ses troupes dispersées, bordel de merde, où est mon Trotski dans le texte des fois qu’ils s’échappent, mes brebis promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était il nous mangerait… youpi!






On s'essaie à la guitare en zig zag, en vélo dans l'autre rue déjà vue


Dialogue de sourds, tondeuse à gazon 


Le btp à l'arrêt, la Seine redescendue


L'iris en force, la porte est ouverte


Bouddhisme étalé en station, rien à dire, le 103 vide


Je suis désolé mais on a pas attendu bill gates pour prédire ça 


Résidence du bonheur, pissenlits pâquerettes


Traversée obligatoire r babeuf, du rap r camélias 


T'as tord d'avoir raison ou raison d'avoir tord... 


A l'ombre du vent le soleil me ravit dansent les arbres


L'ours à beau aimer le miel, c'est qu'entre des barreaux le voit-on pas ici


Qui ? Qui ? Love man...


Une pluie de I'Île de soleil, un bonjour en allemand, tournez à droite


Les clefs par la fenêtre, à la batterie mister Jo


Sur la route excusé, faut pas dire pd, parait-il. 


L'exploit en hausse, IT m'aurait dit gainsbourg


Tous les jeux de mots bienvenus sous la lune sans jeu de mots


Direction Ballard changer dès que possible


L'affranchi prêt à gémir à fond le bois la perme du buisson


La reine ze gu'n, sérénade and pizza en rappel, la pompe à mec


La mode est au vieux pas si vieux, comme on on voudra, au mieux vintage


Il se prépare un coup d'état genre tout va bien madame la marquise... 


Rock and rose C EX-TRA, je fais pas dans le détail... 


Salafiste Adidas, pour info c'est un faux mais il est beau.


Il est capricorne ce bâtard, il chante, il crie, mais n'a pas de crayons pour le dire


Suprême d'Hartur, Il est psychologist






Ma grand mère ça fait genre, le silence c'est tu, Irmafreudisme


La farce interdite, scoop toujours, une histoire de châteaux


La mer je la vois peu mais sais qu'elle est pas loin c bizare ma mère sait aussi que je suis pas loin....


Je suis avec des gens, voilà une vision dronesque de l'architecture... 


Un petit quart de vérité papatoïde


On a l'âge qu'on a, l'âge qu'on vous donne et l'âge qu'on porte... 


Les journées sont longues mais le temps passe vite... 


DKRS - Peterplan - On est hyper investi, salade tomate oignon


Le mur crache de la rouille.  


Le logo Adidas sur les fesses des sandales Nike aux pieds dred lops chignon débardeur le baise en ville crocodile, 99% des gens... 


Téléphone arabe interdit 


Il n'a pas vingt ans 


Les années 50 sont à venir 


Un trop fait sinon rien


WAR LOVE, fellation anarchiste, je suis fou du roi, la dame m'ayant éconduit 


Adict à la population, e t'ai fait des photos !


Lemarquidesadesuceplusieurs18h


Des parisiens d'ailleurs j'en sais rien






L'amour pour l'euphrate, la palestine, le jésus à terre


La femme d'à côté, le Joseph pour ce qu'il est


Un cantelabre en survie, je suis à genoux


V


L'écriture pornographique périphérique à l'antérieur


Cours de mélancolie


Partage de p'tits gâteaux sous un marronier d'automne


Sous couvert d'un principe intangible fluctuant contre vents et marié(e)s,

évitez la queue


À emporter ADN chow !


La tourterelle amoureuse d'un dauphin


Tududute


La Française des queues


Jet toy