La
page
blanche

Le dépôt

LE CAMP VD

Maheva Hellwig

Les tribulations de Melle Irma #2 L’atelier de Mme Bliaux.

Les tribulations de Melle Irma #2 L’atelier de Mme Bliaux... Héritage de M. Raymond Houy.


A deux pas de Montparnasse arrêt Vavin, que c’est calme ! Et pourtant on est en plein Paris. Melle Irma s’est fait inviter par une gentille fée rencontrée au Tournesol (Photo1.) à la découverte d’un artiste un peu oublié M. Raymond Houy, artiste discret, qui a pourtant marqué l’Histoire des Arts. Aujourd’hui, Mme Bliaux s’occupe seule de sa collection entreposée dans l’Atelier de feu son grand-père.


Qui est Robert Houy (1889-1993) ? (1)

Artiste figuratif, connu pour ses aquarelles et ses huiles sur toiles autant que pour ses affiches pour Paramount et Gaumont, il a vécu à une période charnière de l’Histoire de l’Art : le grand maëlström entre l’époque dite moderne (1453-1820) et l’époque contemporaine (1914-?)... aujourd’hui, pour qualifier l’art on parle d’art actuel. (2). Sans vouloir se lancer dans un questionnement philosophique sur la distinction entre contemporain et actuel, l’art de M. Houy est véritablement mâtiné d’un partis pris pour le post- symbolisme et la réalité onirique, en témoigne son Dante, grand œuvre visiblement destiné à un salon académique.

Mais quel rapport avec l’acoustique ?

Il y a quelques années, Mme Bliaux a vu son immeuble mitoyen se faire acheter par la Poste. Visiblement, la maîtrise d’œuvre n’avait pas prévu la présence de son mur et avait collé à ce dernier le groupe de ventilation. Une chose en entraînant une autre, le mur s’est fendu, car le toit de la poste agissait comme retenue d’eau, ayant pour effet de fragiliser le béton armé sous la chaudière. Une fois passé un hiver sans chaudière avec beaucoup d’humidité, inutile de dire que Mme Bliaux a craint pour la survie de ses tableaux et s’est débrouillée tant bien que mal avec l’acousticienne du quai de Gesvres et ses amis architectes.

Malfaçons, incidents de chantier... et aucun recours.

L’absence d’évacuation d’eau a été constatée par voie d’expert : absence de gouttière, vibrations trop importante du groupement climatique entraînant la fissure de son mur. Pour « régler » le problème, l’assurance de la Poste a enfoncé une tige de fer dans le mur, via l’extérieur (Photo 2) afin de consolider l’armature de ferraille. Mais l’eau coule, la pluie tombe, la chaudière tombe en rade. En guise de dédommagement, Mme Bliaux a donc reçu une tige en métal dans son mur et 700€ de dommages... autrement dit, la somme nécessaire pour entamer des travaux de cette échelle (rire grinçant).

https://data.bnf.fr/fr/14684002/raymond_houy/

, consulté le 10/09/2020 à 12:26.

https://arts.savoir.fr/periodes-et-styles-les-periodes/#l8217epoque_contemporaine 

, consulté le 10/09/2020 à 12:31.

  1. Ces périodes sont souvent réexplicitées par les historiens des arts et l’un des enjeu majeur de cette problématique est la période que nous avons pudiquement appelée « Maelström ». En effet, suite aux salons de 1875, l’art pictural subit un schisme très profond entre différentes écoles. Aussi, durant cette période pendant laquelle a vécu M. Houy, assiste-t-on à une véritable superposition des courants picturaux avec des fractures internes, rédactions de nombreux manifestes, annexés à des problématiques politiques. Bref, c’est le Bazar !

Photo 1: Mme Bliaux montrant fièrement un paysage en portrait peint par M. Houy.


Photo 2: Le détail de la fissure occasionnée par le groupe aéraulique de l'appartement mitoyen.

Alors que faire ?

Contenir l’explosion, le système D contre l’effondrement (Photo 3). Soyez rassurés, ces vieilles maisons sont conçues pour durer. Mais jusques à quand ? La Mairie de Paris fait la sourde oreille : elle est assurée de récupérer l’héritage pour l’envoyer grossir les archives des Musées de Paris. En attendant, la Maison Verte ? Elle est toujours debout et malgré les recommandations d’architectes non- paysagistes, la glycine refleurit chaque été. Encore une précision pour vous qui me lisez : cette somptueuse verrière est issue des rebuts du démontage de l’exposition universelle qui a consacré la Tour Eiffel comme symbole de Paris.

Nous remercions Mme Bliaux de nous avoir invités dans l’atelier de son grand’père et lui souhaitons tout le courage du monde pour arriver au bout de ses démarches.


Photo 3: La façade de l'atelier de M. Houy, isolée hermétiquement par du papier bulle + chatterton