La
page
blanche

Le dépôt

Lénaïg Cariou - collaboratrice de la revue LPB

Lénaïg Cariou - Scène muette

Lénaïg Cariou - Scène muette

SCÈNE MUETTE




                        scène muette

                                   la mer est grise - et elle se tait

                                                           (comme un songe)

elle crépite et tressaute

                          : ça passe mal


            dans la moitié supérieure, le ciel

visage de 8h du matin -le dimanche- 

   (quand l’euphorie retombe)

                                                           fatigue

                                                           nausée

                                      la mâchoire un peu trop serrée – encore




spectre de blanc et d’ombre

            soleil, probablement       puisque le ciel 

                                                           est            vide

un rocher    sur l’eau    se détache

      ses contours circulent

                                               accrochées à lui,

                                   des silhouettes humaines

                                            qui gravissent souplement    son flanc




                      

les traits ondulent

      (tout ça est noir sur gris)

difficile de faire la part           dit-il


                                               les corps sont courbes 

et la pierre est            rugueuse

            l’horizon se troue 

de figures imprimées    hasardeuses

                                   fardées




un premier corps se dresse      et saute

            l’eau   engloutit

(c’est rapide, trop rapide pour que l’œil

            à peine   perçoive et trace)


                        sur la pellicule, une trajectoire verticale

demeure   saccade et meurt





puis une autre         et   autre

tandis que          vagues et rochers 

            pulsent, pensent,     gonflent et désenflent

            

                        comme s’il 

n’y avait pas de

                                        s’il n’y en avait jamais eu

        (et puis, ce n’est      pas


                                  la question)