La
page
blanche

Le dépôt

NOTES ET LIENS

Notes

Librairie Lpb - Lettre S

SAJA Tom - L'homme qui ne dort plus - Aube cessante - Éditions Pourquoi viens-tu si tard ? - P.L.


"L’homme qui ne dort plus" et "Aube cessante" de Tom Saja se lisent avec gourmandise d’un trait, d' une goulée. Ces 48 pages harmonieusement illustrées par Lou Devaux, donnent le ton dès l’ouverture, avec les vers : Noire est la nuit / blanche est la mienne/. Suit un discours rythmé de bouts de paroles qui forment des marches d’escalier, des cascades d’idées et d’images : pas plus tard que ce matin / j’ai recueilli de l’eau de pluie / dans ces puits / que j’ai sous les yeux / de quoi abreuver tous les moutons / que je compte / … mon sommeil / une grenade dégoupillée / qui tarde à faire / BOUM / … Et le jour m’a été chouré / par la somnole / … Ce grand rien/ si aucun n’en est revenu / c’est peut-être que / c’est parce que c’est bien / … Pas âme qui vive / toute la ville flottante / dans un chut / … etc.

Merci. Bonne nuit !


SAJA Tom - Cette main qui tient le feu - Éditions Exopotamie - PL


Une respiration fougueuse, étrange, simple, fluide, d'un seul tenant, jeune, délicate, ferme, ouverte comme une confidence dans le livre de cette main qui tient le feu.


Tom Saja est un invité permanent de Lpb.





SEGALEN VICTOR - La double Rimbaud - Black Herald Press - P.L.


"Sans doute, le poète s'était déjà, par d'admirables divagations aux routes de l'esprit, montré le précurseur du vagabond inlassable qui prévalut ensuite. Mais celui-ci désavoua l'autre et s'interdit toute littérature. Quel fut, des deux, le vrai ? (....) "


Dans cet essai majeur, paru en 1906, Victor Segalen sonde la dualité d'Arthur Rimbaud, en s'appuyant sur la fine analyse du Bovarysme

par Jules de Gauthier. Segalen fait aussi une étude critique remarquable de l'oeuvre d'Arthur Rimbaud. Un petit livre éclairant et nécessaire.


Blandine Longre et à Paul Stubbs, coéditeurs- passeurs, animent Black Herald Press,





SIMON Yves - La dérive des sentiments - Ed. Grasset - P.L.


Une très bonne étude des sentiments et moeurs contemporains, qui fait réfléchir, brio et élégance, centrée sur les relations de couple homme-femme, attentive à la psychologie des personnages, très appréciée de Michel Foucault.


SIMÉON Jean-Pierre - Petit éloge de la poésie - Folio 2€ - P.L.


"Je ferai, oui, l'éloge de la poésie. Sans restrictions. Sans états d'âme. (...) d'une voix pleine, vive s'il le faut. (...) Pour tous. (...) Comme une nécessité vitale."


Essai de cent pages sur la poésie par un homme doué pour l'éducation -- Beaucoup de bonnes 'idées, esprit de synthèse, pensée touchante qui va droit au coeur - Références et citations nombreuses et de premier choix. Un petit livre qui peut vous sauver la vie. Intéressant +++.


SIMON Yves - Note de lecture de Denis Heudré - Yves Simon, et tout comprendre de mon adolescence ratée - http://denisheudre.free.fr/


J'aime Yves Simon de toute mon adolescence mal fagotée. Il aurait suffit de peu pour en avoir une aussi riche que lui. Je n'ai pas su comme lui ouvrir la barrière de la culture pour m'ouvrir tout le champ des possibles. J'ai mis trop de temps à lancer mes mots au vent de la poésie. Trop coincé dans le quotidien, je n'ai jamais réussi à enclencher le moteur de la manufacture des rêves. J'ai mis trop de temps à savoir la direction vers laquelle embarquer ma vie. Trop peur de me présenter comme différent dans mon milieu. Je rêvais plus de sentiments que de réussite, de jolies phrases que d'argent. Je m'inventais des histoires d'amour platoniques depuis l'âge de dix ans. Je préférais la compagnie des filles, plutôt que celle d'un ballon de foot ou de ceux qui pissent plus loin. Je n'avais que l'écriture en tête mais les mots se bousculaient, s'embouteillaient, de telle sorte que rien d'intéressant ne sortait de ma bouche ou de la plume de mon stylo. J'avais des rêves d'Amérique comme Yves Simon, des chansons à écrire comme Yves Simon, Gerard Manset, Alain Souchon. J'aurais dû me payer comme lui une machine à écrire. Je me reproche de n'avoir pas eu suffisamment confiance en mes professeurs de français. Mais aurais-je eu le courage de les aborder en leur disant "apprenez-moi à écrire l'amour, la vie, mes rêves et tout mon mal-être d'adolescent" ?


C'est par Yves Simon que j'ai abordé la littérature. Avec son écriture moderne, quasi cinématographique, faite de phrases courtes, n'hésitant pas sur les noms propres, les lieux et des dialogues pas communs. C'est lui qui m'a fait sortir la littérature de la poussière de l'école et remplacé l'analyse fastidieuse au profit du ressenti, et de l'éveil de l'imaginaire et des manifestations de la passion. L'adolescence a besoin de passion, non pas d'analyse stylistique froide. J'ai emprunté ses trains, embarqué sur ses océans. J'ai tenté de copier son style dans des débuts de nouvelles mal bâties. J'ai rêvé de ce romantisme là, en bannissant Lamartine, Vigny, Musset et autres poètes du 19ème siècle. Mon siècle avait mieux à faire et Yves Simon me montrait pourtant la voie à suivre.


J'ai aimé sa façon d'écrire mais aussi sa manière de voyager. Partir non pas pour voir, mais pour rencontrer. Malheureusement, je n'ai pas su comme lui provoquer ma chance "Les chanceux sont ceux qui écoutent, qui regardent, qui tissent des liens avec des inconnus, qui voyagent et s'étonnent, qui ne se découragent pas et persistent quand tout semble résister" dira-t-il plus tard dans La compagnie des femmes, lu bien trop tard, la cinquantaine passée... J'ai appris sur moi en le lisant, mais bien trop tard. J'ai toujours été en retard, en retard d'un sentiment, d'une prémonition même en retard de mes souvenirs. Toujours un peu perdu dans ce monde bousculant. Irrésolu, j'errais entre les mots sans vraiment me fixer sur eux. Trop marqué par le cherche-toi-un-métier-stable-et-bien-payé, je ne me rendais pas compte que moi aussi je faisais partie d'une "génération éperdue de mots, de musique et de futur" . 


Il m'aura manqué de l'argent pour acheter toujours plus de livres, aller voir le plus possible de films. Il m'aura manqué le courage de m'inscrire à la bibliothèque. Le culot de forcer la rencontre avec un écrivain. L'orgueil de me savoir, non pas supérieur, mais en tout cas à part, faisant partie du petit peuple attiré inéluctablement par l'écriture. L'adolescence est passée sur moi comme une coulée paralysante au lieu d'être comme pour Yves Simon, une piste d'envol formidable. Je n'ai rien à regretter, c'est que je n'avais pas le talent de forcer mon destin. Je suis vieux désormais, mais n'ai jamais quitté mon adolescence que je me plais à rêver autre. Merci à Yves Simon de continuer d'accompagner ma vie. 


août 04, 2020



STEINBECK John - Des souris et des hommes - Ed Folio - P.L.


Roman réaliste - construit sous forme de scènes et dialogues, comme une pièce de théâtre - bonne traduction d'une écriture sobre et simple - une histoire d'amitié entre deux ouvriers agricoles . Une tragédie sans doute inspirée par un fait divers. D'une logique implacable. L'art de la psychologie romanesque.


STEINBECK John - Les raisins de la colère - Ed Folio - P.L.


Ce romancier m’intéresse pour la pureté de son style, pour cette écriture vraiment superbe…(bien traduit)… pour sa façon de glisser des pensées profondes comme celle-ci : « il disait qu’il avait découvert que tout ce qu’il avait , c’était un petit bout d’une grande âme » … c’est une phrase de Casey dont se souvient Tom…


STEINER Georges - Après Babel - une poétique du dire et de la traduction - Ed. Albin Michel - P.L.


https://lapageblanche.com/le-depot/poemes-autour/traductions-1/apres-babel-une-poetique-du-dire-et-de-la-traduction-georges-steiner


Cette préface recopiée dans le dépôt est un texte capital pour qui s’intéresse à la traduction de poésie et à l’écriture de poésie - comme dit G. Steiner, tout est traduction... Je vais maintenant m’attaquer au livre lui-même (700 pages), sans doute aussi clair, précis, plaisant, palpitant que la préface à la seconde édition d'Après Babel. 



Différences des écritures entre hommes et femmes (extraits de "Après Babel" de George STEINER - p 79-80)


La différence entre la langue parlée par les hommes et les femmes constitue, à mon avis, un aspect crucial des rapports qu'entretiennent langage et sexualité. Les ethnolinguistes citent bon nombre de langues dans lesquelles les deux sexes emploie des structures grammaticales distinctes et un vocabulaire en partie distinct. On a étudié les variantes féminine et masculine du koasati, langue de la branche muskogée pratiquée dans le sud-ouest de la Louisiane. Les oppositions sont principalement grammaticales. Du fait qu'elles élèvent les garçons, les femmes connaissent la langue des hommes. De plus, les hommes utilisent à l'occasion des formes féminines quand, au cours d'un récit, ils rapportent les paroles d'une femme. Il arrive que la langue des femmes soit plus archaïque que celle des hommes, ce qui donne à penser. Le même phénomène se répète en hitsiti, autre langue indienne muskogée . On retrouve ce caractère double dans les dialectes esquimaux, en caraïbe, langue indienne d'Amérique du Sud et en thaï. J'ai l'impression qu'une telle division marque presque toutes les langues à un moment donné de leur évolution et que bien des îlots de différences lexicales et syntaxiques fondées sur le sexe passent encore inaperçus. De toute évidence, les distinctions formelles, relevées par exemple dans la langue enfantine des Japonais et des Cherokees, sont faciles à repérer et à décrire. Mais pourtant le phénomène vraiment important, je dirais même universel, est l'emploi sélectif que font les hommes et femmes de mots et de structures grammaticales identiques.


Autre passage du livre de Steiner :


Quelles qu'en soient les causes premières, le travail de traduction est constant, toujours approximatif. Hommes et femmes ne communiquent que grâce a une adaptation continue. Comme la respiration, c'est un phénomène inconscient ; et tout comme elle, sujet à des ralentissements, à des arrêts meurtriers. Sous le coup de la haine, de l'ennui, d'une grande peur, des gouffre se creusent. C'est comme si un homme et une femme découvraient leurs voix respectives avec la conviction nauséeuse qu'ils n'ont pas de parler commun, que, jusqu'à présent, leur compréhension reposait sur un jargon dérisoire resté en-deçà de la signification. Les fils conducteurs se retrouvent d'un coup par terre et l'incompréhension met à vif le pouls vibrant sous la peau. Strindberg peint comme nul autre ces désintégrations. Les pièces de Harold Pinter se concentrent sur les mares de silence qui suivent.



Tout ça pour dire que, passées les premières pages que j’ai trouvées indigestes, le livre de Steiner « Après Babel » est un de ces livres qui pour moi sont un véritable choc, une rencontre avec quelque chose que j’attendais de lire depuis longtemps et maintenant que je suis en train de découvrir. Ce livre me rend heureux, comme si j’avais atteint la terre promise…


                        …


J’avance en sautant des pages dans ma lecture du livre de G Steiner 

car je suis confronté à un esprit beaucoup plus complexe et beaucoup plus cultivé que le mien, mais j’arrive à suivre et à poursuivre ma lecture…



je lis lentement - en sautant des pages car je n’ai pas besoin de tout lire - pour mon plus grand plaisir et grand bénéfice. Le livre m'offre une culture que je n’ai pas ou que j’ai par bribes, et il m’ouvre aussi sur la façon de réfléchir propre à G Steiner - réflexions sur la traduction et au-delà sur la littérature, nourries de beaucoup d'érudition…une pensée analytique et synthétique… je n’ai jamais lu un critique littéraire aussi intéressant, aussi riche en propositions...



STUBBS Paul - Une anatomie de l’icone - Ed Black Herald Press - P.L.



J’ai fini de lire "Une anatomie de l’icône" de Paul Stubbs. Mon appréciation n’a pas changé après la lecture des deux premiers poèmes. Elle n’a pas changé mais elle s’est enrichie. J’ai relu l’introduction et me suis demandé si le but que se propose l’auteur »d’expliquer par l’intermédiaire du langage en quoi il est nécessaire de vouloir croire en Dieu » , si ce but avait été atteint me concernant. La première impression, tenace, que j’ai après la lecture du livre, est que je sens de l’ironie de la part de l’auteur vis à vis de l’humain et ses croyances 

religieuses.


Je me suis alors demandé quelle était la source étymologique des mots religion et croyance. Et j’ai eu la surprise en consultant mon Gaffiot d’apprendre qu’en latin le mot religio signifie primitivement « attention scrupuleuse, scrupule, délicatesse, conscience » et que le mot

credo signifie primitivement « avoir confiance » …


Je suis petit-fils de quatre instituteurs et la culture religieuse n’était pas transmise dans nos familles … La lecture d’"Une anatomie de l’icône", associée à mes recherches étymologiques me permet aujourd’hui de sortir un peu de mon ignorance primitive, et me permet de relativiser mon idiotie naturelle…Pour améliorer ma connaissance de façon plus générale j’envisage de lire un livre de Clément Rosset intitulé "Le Réel - traité de l’idiotie"…


J’ai proposé trois courts poèmes du recueil de Paul Stubbs pour la revue Lpb (… ces trois textes étant envoyés de façon anonyme au comité des 12 lecteurs, comme nous faisons désormais quand il s’agit de lire et publier de la poésie… D’après la règle que nous nous sommes fixée - à part moi, Matthieu Lorin lui-même et les lecteurs ne savent qu’après 

leurs notations et commentaires éventuels qui est l’auteur et d’où sont tirés les poèmes ).


Un grand merci à Paul Stubbs de m’avoir permis de me confronter, une fois de plus, à mon idiotie naturelle. Mes félicitations à l’auteur et à la traductrice.



SVEVO Italo - La conscience de Zeno - Ed. Folio _ P.L.


Fumer - La mort de mon père - Histoire de mon mariage - L’épouse et la maîtresse - Histoire d’une association commerciale - Psychanalyse . Le titre des chapitres donne une idée de l’histoire… 

La conscience de Zeno est un récit qui se laisse lire sans trop de mal, qui ne séduit pas par des tournures de phrase ou par des images poétiques, qui m’a intéressé par son sujet qui touche à la vie des gens dans leur ordinaire, avec cette trouvaille de la psychanalyse qui fait sonner le livre comme une confession - c’est sans doute pour cela que le titre fait allusion à la conscience, pas véritablement à l’inconscient, caricaturé par l'auteur, mais allusion à la conscience qu’a Zeno de sa vie, de ses attentes et désirs, des valeurs de sa vie douillette. Pour moi, ce qui m’a le plus marqué, ce n’est pas l’écriture qui n’a rien d’extraordinaire, c’est le mensonge et l’hypocrisie de la psychologie du narrateur : Zeno vit en permanence, page après page, avec le problème que pose le mensonge… à mon goût il ne faut jamais mentir. Sauf exceptions. Mentir et se mentir c’est s’engager chaque fois dans la fiction . Il semblerait que tout cela (mensonge, hypocrisie, fabulation) soit normal et admis dans la société toscane du début XXème, normal et admis par l’auteur du roman…

Tout le roman est centré sur le mensonge que concocte Zeno, sur son arrangement hypocrite avec sa vie d'hypocondriaque…La conscience de Zéno : un miroir mental renvoyant un impitoyable reflet de nos propres vies…en cela un juste roman. Pas un beau roman. Un roman qui vise juste.