La
page
blanche

Le dépôt

Patrice Parthenay - collaborateur de LPB

Pépé

PÉPÉ


Pépé 

t’es mort

toi aussi 

comme bientôt d’autres…


Pépé

t’es mort

et je ris

comme on a pu rigoler ensemble

je ris 

je commémore

je ris sur ce qu’on a pu partager ensemble


il me reste

de toi                 des souvenirs

                          ce rire à ton image

énorme et formidable

quelques bouquins q’tu m’as payés

des BD

                       la mémoire des images

                                                            de lieux 

                                                            d’odeurs

                                                            de choses

                                                            la vue d’une statuette

un gaulois

qui te ressemblait 

le 1er prix 

du jeu d’arc à Champigny

           ce jeu n’existe plus



les modes passent

                            les caleçons restent

tu les portais tu les usais

mémé les ravaudait

                                (comme elle disait)

mémé les rapiécait 

           les retapait


Eh je les garderai !

                           Pépé

                                    toujours


Et les couteaux

                       qui les affutera

                                              aussi bien que toi ?

il me reste encore

des nouveaux chaussons

                                      qui sont tout pour moi

q’j’userai jusqu’à la corde

en souvenir de toi

(et aussi pasqu’ i’ m vont très bien…)


i’ m reste encore

aussi

         des caleçons courts des caleçons longs

dans une armoire à la campagne

c’est pas pasque c’est pas la mode ou q’ c’est la mode 

que j’les mets jamais 


c’est qu’i sont trop grands

t’étais trop gras 

(cela dit sans vouloir te vexer

je voulais juste après coup constater 

je peux, non ?)


i sont trop grands je les mets jamais 

tu les portais tu les usais 

et mémé les aimait

             avant 

                       il y a si longtemps

tout cet amour 

           mémé les réparait les reprisait

                                                         les repassait aussi

Patrice Parthenay