La
page
blanche

Le dépôt

Patrick Hellin

Table d'hôtes - Agnès Dutour

La table d'hôtes


 

Agnès Dutour

Présentation     

 

 

Enseignante dans l’enseignement primaire, âgée de 56 ans, elle écrit depuis un certain nombre d’années, menant ainsi une double-vie, doublant, plutôt, les heures ordinaires de leur traduction poétique, ces heures de feutre et de mémoire, de phalènes et de cendres. Cette écriture, qu’elle veut concise, épurée, ciselée, prend sa source dans les chemins forestiers, aux lisières des nuits lorsque « la terre se défarde et lange l’horizon de ses brumes. », lorsque le silence enfin regagne son logis, sous la placidité lumineuse des étoiles.

 

Ce peu à dire n’est pas grand-chose et presque moins que rien en présentant peut-être bien mal ce qu’en fait, je ne peux présenter. Je préfère laisser aux mots le courage de révéler seuls l’île « aux berges mi closes » que nous cherchons ou attendons.

 

P. Hellin


I

 

 

 

 

 

  poèmes extraits du recueil « Il suffit de la pluie »

 

 

 

 

 

 

 

 

Innombrables sont les noms que tu donnes à la nuit

 

Il reste

                 Des clartés d’astres à ton front

Des fleurs de nova

            au lichen de tes yeux

 

                      Avant que ne me fende

l’estoc de tes pupilles

 

Je débaucherai le jour

 

 

 


 

 

    A mes doigts l’arche d’eau

  lèvera tes oiseaux de mer

 dans des nuées d’écailles

           Terre assoiffée

   Ma bouche se fera puits

                     Neige ma langue sur le feu de tes cils

 

      Sans jamais rien tenir

que mes bras nus soient brise

         A tes jardins de nuit

 

 

 



 

                 Quels noms donner sans se trahir

                             au feu qui nous délie

                                A l’espoir innocent

                     des sexes ourlés d’embruns

 

                   Vois, nos langues sont tatouées

du sang noir

                                    des violettes

 


 

II

 

 

 

 

 

                               Qui était-il celui

                       Surgi d’un long sommeil

                      Au vertige d’un dimanche

                     qui prenait tout son temps ?

 

                                 Comment savoir

                    quelle forme avaient ses mains

                                Et ce qu’il en faisait

 


 

                                   

 

 

 

 

Rameur,

                              Aux jardins immergés

                         emmêle tes doigts de poulpe

                                   à la criste marine

                           Des gouffres où je t’attends

 

                               Plus haut la mer pleure

                             D’un gabier sans départ

                                Les amours démâtées

 

 

 

 

 

Ces voies de berges où l’or s’allume

Dans le noir qui s’échauffe, dis-moi

    qu’elles n’auront pas de fin

 

 

    Qu’en mes aubes de femme

     claires aux flancs dessanglés

               Je serai ta captive

 

       Au creux du lit l’eau neuve

       d’un fleuve suspendu

 

    L’ondée née de la vague

 

Baignant l’astre

      Aux salines


 

 

 

 

 

 

 

                                   Dans le silence épais

   de la lente saison

                                   Le vent portant ta voix

                                    dépose entre deux songes

                                    dans ma paume engourdie

 

                             L’obole d’un printemps sous le givre




 


                                               III

 

 

 

 

 

 

Maintenant l’île est nue

L’île au centtre du cercle

     Sous l’arc bandé du soleil, à midi

 

      Et c’est une autre fièvre

   de stupeur et de rouille

 

   Ile  blanche, île rompue

   les Fous ont déserté tes grèves

 Sur tes sables s’échouent

 En un long cri des bois d’épaves

 

   Et la mer sans vaisseaux

   La mer s’enfle pourtant

  Qui n’atteint plus tes rives

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vertige

                              du jardin embrasé

                      Au chant mouillé des gorges 

Des caresses séculaires

 

                         Sais-tu comme on se perd

                               A vouloir se rêver ?

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ravaudez vos caresses

au creux des draps de givre

 

Grattant d’un ongle mou

la rouille sur le sang pur

 

 Je vous laisse l’usure

 les longues nuits d’horloge

 et les journées à quai

 

                                       

Pour le quitter encore