La
page
blanche

Le dépôt

Pierre Lamarque, rédacteur de la revue LPB

Poèmes

Joconde

JOCONDE




Tu n'es que l'ombre de ces choses futiles


Je dirais de ces choses qui n’existent pas


Ou n’existent plus mais aident à vivre


Tes larmes s'allument comme des bougies


Ta fine bouche sourit et pleure gracieuse Joconde


Qui écris avec les heures trouvées dans la tombe


Il ne reste que toi à entrevoir sans rêve


Tu fus déployée soudain - en éventail


Celui couché la nuit près des amants


Pour transmettre au monde entier les mots par des rimes


Le jour meurt, t'apparaît ta retraite mais


Pour l'âme un séjour avant


Car tu es le seigneur et l'enfant qui tient le fruit


Tu t'es éveillée, te sais mourante


Ta vie faite à ta mesure


Poursuivant le fugitif qui a déjà disparu.