La
page
blanche

Le dépôt

POÈMES

LA SERRE

3- Wald




Présentation



Wald, performeur (rue, vidéo) et peintre. Né le 14 décembre 1951 à Tunis. Vit à Barcelona (Espagne)



2024



Janvier


concerto pour pied gauche

caverne du contrebasson

je néandertal misanthrope

mon silence casse-désordre

ne jure que par oubli

tendu vers l'avant

impro de mes pas gercés

perdu un peu hors-champ

mémoire sans chichis

mes vaches enragées là-dedans

gong d'idées concaves

je inondé trash

ma plainte au nulle part

famélique emporte-désir

mes éclaboussures matinales

je prends l'autorail diesel

entre écluses d'incertitude

mes boniments au mégaphone

cassent




Février




In recueil "tessons", inédit, Lorient 2003.


d'un bond hop

trop cool

c'est l'heure

ça roule ma poule

mon petit chemin

et zou et zou

youpi youpi

à droite

petit escalier raide

rue machin

ça fourmille dans

printemps un chien

et tout et tout

suis inspiré

sbrounch sbrounch

je bousille le temps 









2023



Juillet



Extrait de mes champs déglinguiques 2017-2019, inédit


chercher mon enfance

la chèvre dans le regard du sable

l'oldsmobile vert olive ou l'âne

le guetteur fume sur la terrasse

l'ombre du soir traverse la rue

la barque tangue sur l'inconnu

la blatte grimpe le long

le monstrarmoire se tord

le tireur compte ses clopes

chemin d'école chien herbe terre

flamme bleue d'alcool à brûler

cent coups de

touffeur de vaches et fumier

ma guitare insonore



Août


Matinée verte / butoh - 舞踏

https://www.youtube.com/watch?v=Rm-FRetG93M



Septembre



Extrait de "dans la caisse en carton" extrait lui-même de "du vrac" (2019 à...)


la fumée fuitant d'un torse

asphyxie à bord

on lance des chaises et des éponges

on interrompt des gestes

l'arbre crève le blockhaus

le gros chien s'en va tranquille

on va là-bas sans retour

on remarque un bras en écharpe 

l'épaule plus haute que l'autre

ruelle engoncée

cognements à la vitre

les partitions déchirées il neige

la corne de brume révèle l'oiseau biscornu

le type sale se lèche

carré jaune au creux des reins

halètements soit-disant

une parade amoureuse devant le micro

on s'échappe on revient on boxe

aparté du miroir incrédule

ton foutu caractère dans la besace

coupons les couilles du porc

sous la lampe du couloir le citron mou

arrêtez cette danse c'est abject

si on faisait un tour énigmatique

râpe à fromage vieux rêves vieux rêves

ils gueulent immense immense



 Pierre Bonnard, "En route pour l'école" 1895




Octobre



Extrait de "dans la caisse en carton"


paradoxe épousseté

hypnerotomachia horribilis

portes froissées tirant sur leur jupe

lourds songes stocks claquemurés mémoire

retroussés éraillés terrains vagues parures

fustigés d'opaque et broussailleux

notre très lente inspiration

nos intentions penchées aux fenêtres

lâcher de confettis

notre myopie épongée dans un livre

nos mots martyrisés

tics d'un nerf mal fait synapse dessoudée

tout se passe là maintenant

vous êtes un âne mon vieux

barque endormie sur le ventre

agité comme souche

j'ai l'espoir de tentacules

d'un bonbon rose à l'ail

où suis-je ce matin

contre la pierre cadenassée

clouer les impressions

pour couronner le tout

quasiment rien



Novembre



notice de lecture :


Une bourrasque, des coups de pinceaux à l'emporte-pièce, une poiêsis, ce qui suggère plutôt qui ne décrit ou raconte. Trois micro-instants : sombre, léger, quasi Dada avec, au final, petit envoi autocentré. 


sous orage de fer

la nuit épanche son jus

claque s'écoule morsure

disloqué

dans l'embrasure

des mouches de cuivre

surfent à mes tempes

et tout d'un coup

hop les pâquerettes

bricoleurs de douceurs

tranquille intranquillité

voici ça m'interpelle

gens jeunes d'autres pluvieux

au bistrot vorace

et que je te ceci cela

crac berlingot sursaute

j'ai adulé mon chiffon

saccagé du mou

clope noyé

au chlop enswingué

au dollar du lardon

coagulé grugnonge

j'y vais bazar

zizag guingois

roulant mes pouces

je tourne par là

vers moi-même



Décembre



Extrait de "zones, cocker ou teckel ?", inédit, Lorient 2003-2004.


PHOTO D'UN ENFANT MORT

D'UN COUP DE FUSIL

NEWS

NEWS

les news lugubres

the news are sad

KILLING WAY

êtes-vous prêts à renoncer à tuer

à voler

à détruire

KILLERS EVERYWHERE

les assassins ne se cachent pas

PANG

meurtre

vol

destruction

les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes

NOT GOOD

MAD WORLD

BAD WORD

GUN GUN GUN GUN

GUN GUN GUN GUN GUN

à propos I'aiguille m'entre

QUI COUD QUOI

qui borne la... (illisible)

LA MAIN A TARTES

la tueuse

son petit chienchien

à l'instant

complètement à poil

synthèse de l'exil désir inavoué je pourrais

que je le rature ou non

du rien

j'écris bis repetita

à cet endroit mais à l'envers

j'écris

dedans

j'emprunte I'empreinte illisible

raturer biffer démolir jouissance

oui non ne rien sucer ni suspecter

ça veut que ça signifie

EXPRIMER LE CITRON

l'envie d'envol 

poils pubiens sont à l'aise là

je ferai mieux à la prochaine intersection

ligne de partage des cons qui s'entretuent

arbitraire

débrouille

la... (illisible)

par exemple en... (illisible)

je viens d'écrire un mot doux

taché de multiples façons

mouiller délaver dévaler

à tout rompre l'indomptable

simple expérience bon bon

tenter le plaisir j'allais dire naturiste

et jette ça

de façon que ça retombe

à l'endroit exact

ou bien ailleurs