La
page
blanche

Le dépôt

SANS DESSUS DESSOUS

Obscur hommage à Pierre Soulages (par Julien Boitreux)

Présentation de cet hommage textuel :

 

Il y a peu de mots en –noir(e) dans la langue française, et parmi ceux-ci certains sont mal connus. Voici leurs définitions.


Julien Boitreux

 

Un tamanoir, c’est un animal gris qui se nourrit essentiellement de fourmis rouges ou noires.

 

Une baignoire, c’est une cuve remplie de peinture noire d’où l’on ressort tout mouillé et tout noir.

 

Un peignoir, c’est une sorte de robe de chambre, mais pour la salle de bain, dans laquelle on s’enveloppe en sortant de sa baignoire noir(e) de peinture noire, ceci pour ne pas salir toute la maison.

 

Une patinoire, c’est une surface recouverte de glace noire, comme un lac gelé par une nuit sans lune, où l’on peut glisser avec ses patins et se faire des bleus.

 

Un manoir, c’est une grande demeure se découpant dans la nuit noire, presque un château, mais en noir.

 

Un éteignoir, c’est un objet qui permet de faire le noir en étouffant la flamme jaune des bougies de cire rouge.

 

Un promenoir, c’est un endroit où marcher lors des nuits blanches, un lieu où tourner en rond sans risquer de se perdre dans le noir.

 

Un entonnoir, c’est un objet conique terminé par un petit trou noir par où verser un liquide, en général noir, afin qu’il voyage depuis notre dimension vers une autre.

 

Une bassinoire, c’est une bassine noire qui sert à chauffer les lits de draps blancs ; et c’est aussi un raseur sans rasoir qui vous bassine sans bassine.

 

Un urinoir, c’est une œuvre fondatrice de l’art contemporain, en faïence blanche.

 

Un laminoir, je crois savoir que c’est l’ami d’un lama noir.     

 

Un bobinoir, c’est une machine qui permet d’embobiner du fil de couleur, ou quelqu’un qui raconte des bobards cousus de fil blanc.