La
page
blanche

Le dépôt

Xe Manuel Sánchez - collaborateur de la revue LPB

Xe Manuel Sánchez - Poèmes

Xe Manuel Sánchez - Poèmes

Xe M. Sánchez est né en 1970 à Grau (Les Asturies, Espagne). Il a obtenu son Doctorat en Histoire de l’Université d’Oviedo en 2016, il est anthropologue et il a étudié aussi Tourisme et trois masters. Il a publié en langue asturienne sept livres et plusieurs collaborations dans des journaux et revues des Asturies, États-Unis, Portugal, France, Suéde, Écosse, Australie, Afrique du Sud, Inde, Italie, Angleterre, Canada, Île de La Reunion (France), Chine, Belgique et Irlande.






XARRÉ D’ORU


ero un viaxeru nel tiempu

-y tú tamién, llector o llectora,

agora que llees les mios pallabres-.

***

somos brétigos nómades

imaxinando que tamos equí

con cada versu.

***

un kilómetru namái ye

una midía de tiempu

(el tiempu qu’eches en caleyalu).

***

un poema ye la xarré d’oru

nel que viaxamos

dica nenyuri.

***

enxamás pasamos dos vegaes

pel mesmu sitiu,

pel mesmu versu

***

poro, llector, llectora,

enxamás tornaremos a casa.

 

 

CARROSSE EN OR


je suis un voyageur dans le temps

-et toi aussi, lecteur ou lectrice,

maintenant, que tu lis mes paroles-.

***

nous sommes fiers nomades,

en imaginant que nous sommes ici

avec chaque vers.

***

un kilomètre est simplement

une mesure du temps (le temps

dont tu as besoin pour le parcourir).

***

un poème est le carrosse en or

dans lequel nous voyageons

vers nulle part.

***

nous ne traversons pas deux fois

par le même endroit,

par le même vers.

***

c’est pourquoi, lecteur, lectrice,

nous ne rentrerons jamais chez nous.



Traduction de l'Asturien par l’auteur


 

FOLIXA DE PRAU (2020)


paez qu’esti verañu

ye asemeyáu

al verañu pasáu,

a tolos veraños.

***

fai sol,

y pela nueche

surde la lluna

pel mesmu llau del horizonte.

***

sicasí,

esti verañu los poemes

nun arrecienden a folixa de prau,

nun arrecienden a iñocencia.

***

ye una poesía de solombres.

 

ye escombru d’otru tiempu.

 

 

FÊTE CHAMPÊTRE


il semble que cet été

est semblable

à l’été dernier,

à tous les étés.

***

le soleil brille,

et pendant la nuit

la lune émerge

par le même lieu de l’horizon.

***

malgré tout,

cet été les poèmes

ne sentent pas à fête champêtre,

ne sentent pas à innocence.

***

il s’agit d’une poèsie d’ombres.

 

il s’agit de débris d’un autre temps.



Traduction de l’auteur

 


CUANDU’L LLOBU AGULLA


Dellos quéxense

por aciu de tar dellos díes

na so casa.

Nun remembren la xente

que nun tien denguna casa,

dengún futuru.

Dellos falen d’economíes.

Nun pescancien qu’ensin xente

nun hai economíes.

Dellos falen d’aburrimientu.

Nun ye fácil conocese

a un mesmu.

Ye la nuesa semeya

cuandu’l llobu de la incertidume

agulla na viesca de les esperances.

 

 

QUAND LE LOUP HURLE


Certains se plaignent

avec raison de rester quelques jours

dans leurs maisons.

Ils ne se souviennent pas

des gens qui n’ont aucune maison,

aucun avenir.

Certains parlent d’économie.

Ils ne comprennent pas que sans les gens,

elles n’existent pas les économies.

Certains parlent d’ennui.

Il n’est pas facile de se connaître

soi-même.

C’est notre photographie

quand le loup de l’incertitude

hurle dans la fôret des espoirs.



Traduction de l’auteur


 

DUBIOLO


Dizse qu’estos díes

camudarán el mundiu.

Yo dubiolo

porque conozo’l mundiu

y conozo, sobre tou,

a la xente.

Si dellos (los de siempres)

nagüen por qu’estos díes tarrecibles

seyan escaecíos,

escaecerémoslos,

comu los poemes

que dexamos ensin escribir

y los suaños que mos arramplaren.

 

 

J’EN DOUTE


On dit que ces jours

changeront le monde.

J’en doute,

parce que je connais le monde

et je connais, avant tout,

les gens.

Si certains (ceux de toujours)

veulent que ces jours effroyables

soient oubliés,

nous les oublierons,

comme les poèmes

que nous avons laissés sans écrire

et les rêves qu’ils nous ont volés.



Traduction de l’auteur



VISÁU

POR XE M. SÁNCHEZ


Un poema

ye un visáu

pa viaxar nel tiempu.

Si lu afates

con traxe y corbata,

si lu engalanes

coles pallabres

que toos esperen,

si yes collaciu

del Cancerberu,

naide va aparalu

na frontera.


VISA

BY XE M. SÁNCHEZ


A poem is a visa

to travel in time.

If you dress it

with suit and tie,

if you adorn it

with the words

what everybody is hoping,

if you are the friend

of the dog of Hell,

nobody will stop it

in the border.



VISA

PAR XE M. SÁNCHEZ


Un poème est un visa

pour voyager dans le temps.

Si vous l’habillez

d’un costume cravate

si vous l’ornez

avec les mots

que chacun espère,

si vous êtes l’ami

du chien de l’enfer,

personne ne vous arrêtera

à la frontière.


Traductions de l’auteur


BONS MAÎTRES


je me sens comme un millionaire

quand je suis généreux

et personne ne s’en rend compte.

pour être généreux

il n’est pas nécessaire d’avoir de l’argent.

être génereux

c’est appuyer un autre

pour réaliser un rêve.

j’ai eu de bons maîtres.



BONOS MAYESTROS


siéntome millonariu

cuandu ero xenerosu

y nun s’entera naide.

pa ser xenerosu

nun fai falta dineru.

ser xenerosu

ye sofitar a otru

pa qu’algame’l so suañu.

tuvi bonos mayestros.



ÉCLAIRS


Nous avons croisé nos regards

de façon discrète

dans ce bar mythique.

Personne ne nous a vus.

Tes yeux étaient éclairs

qui ont allumé

un feu interdit

dans mon coeur.

Tu as réveillé

un lion endormi.

Tu as réveillé

un poète rebelle

que je porte en moi.

Peut-être, quelque jour,

si tu veux,

nous pouvons finir

ce poème.


traduction de l'auteur



BONOS MAYESTROS


Cruciamos les miraes

d’un mou discretu

naquel chigre míticu.

Nun mos vió naide.

Los tos güeyos

yeren rescamplíos

qu’encendieren

nel mio corazu

un fuéu prohibíu.

Esconsonasti

a un lleón durmíu,

Esconsonasti

al poeta rebalbu

que llevo dientru.

Quiciabes, dalgún día,

si te pruye,

podemos finar

esti poema.



J’AI BU UNE GUINNESS


j’ai bu une Guinness.

j’ai fumé un cigare.

c’était une de ces nuits

pour célébrer une rencontre

avec l’histoire.

l’histoire est une amante

d’une seule nuit,

qui jamais ne couche dans le même lit.

j’ai bu une Guinness.

j’ai fumé un cigare.

ça fut là toute ma gloire.


traduction de l'auteur



CHUMÉ UNA GUINNESS


chumé una guinness.

fumé un cigarru.

yera una nueche d’eses

pa cellebrar

un alcuentru cola hestoria.

la hestoria ye una amante

d’una nueche

qu’enxamás repite cama.

chumé una guinness.

fumé un cigarru.

esa foi tola mio gloria.



NOISETTES


je me souviens toujours

de ces noisettes

quand l’automne arrive.

c’étaient des noisettes petites,

mais elles conservaient

-comme un oeuf Kinder-

le goût sauvage

des montagnes,

et la magie

d’un temps légendaire.

je parle des noisettes

de Sobrefoz.


traduction de l'Asturien par l'auteur



ABLANES


siempres m’alcuerdo

d’aquelles ablanes

cuandu aporta la seronda.

yeren ablanes roínes,

pero calteníen

-comu un güevu Kinder-

el tastu xabaz

de les montañes,

y la maxa

d’un tiempu llexendariu.

falo de les ablanes

de Sobrefoz.