La
page
blanche

Le dépôt

POÈMES

CRYPTOPOÉSIE

QU'EST-CE QUE LA CRYPTO-POÉSIE


Qu’est-ce que la crypto-poésie?


par Air




Historique


Dès la deuxième moitié du XXe siècle en France, des expérimentations liant ordinateurs et poésie voient le jour, notamment sous l’impulsion de l’OuLiPo qui utilise les outils mathématiques comme contrainte d’écriture. Ainsi deux Oulipiens, Paul Braffort et Jacques Roubaud, créent en 1981 l’Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs et utilisent des programmes de type combinatoires pour générer des poèmes.


Dans les années 2000 et avec l’essor d’internet, l’informatique est utilisé non plus comme programme, mais comme support de la poésie. Ainsi, la revue La Page Blanche choisit dès sa création de se diffuser par cet intermédiaire. L’apparition des réseaux sociaux voient une nouvelle génération d’écrivains s’exprimer en s’appropriant ces outils. Avec l’avènement de la “blockchain” (chaîne de blocs informatiques permettant la certification des transactions), un nouveau support est mis à la disposition des poètes et le terme “Crypto-poetry” émerge pour désigner une diversité de création poétique utilisant un support commun: le NFT (Non Fungible Token). Cette technologie permet la signature numérique, et l’emploi de divers outils digitaux dans l’élaboration du poème: animations, textes, audios, faisant ainsi écho aux propos de Jacques Roubaud: « Un poème est un objet artistique de langue à quatre dimensions : pour la page (c’est-à-dire pour l’œil), pour l’oreille (ce que nous entendons), pour la voix (ce que nous prononçons) et pour une vision intérieure ».



Définition


En France, le terme “Cryptopoésie” apparaît dès 2018 comme titre d’un recueil du poète marocain Khalid Makhlouf, mais le concept en lui-même n’a pas encore émergé. Au regard de son histoire et de l’utilisation croissante de ce terme dans le milieu littéraire numérique, la “crypto-poésie” peut s’entendre sous trois formes:


   - sens contemporain comme de la poésie utilisant un support numérique particulier, le NFT. Ce support permet la publication de poésie sous forme de texte, image, animation, réalité augmentée, intelligence artificielle ou sous toutes ces formes associées et permet de signer numériquement cette création poétique. Des poètes comme les américaines Ana Maria Caballero ou Sasha Stiles contribuent à son essor et sa médiatisation.


    - sens technique : l'ensemble des procédés qui permettent de coder une information poétique, de la diffuser et de la partager. Le travail expérimental de l’OuLipo s’inscrit dans ce sens, mais des procédés comme l’alexandrin (support de diffusion de l'information orale facilitant sa mémorisation), l’acrostiche ou la combinatoire utilisée par Jean Meschinot (vers 1490) et Quirinus Kuhlmann (vers 1660) répondent déjà à la définition technique de la crypto-poésie.


  - sens philosophique: la poésie comme logiciel de codage et de diffusion des émotions collectives humaines. L’élargissement du concept inverse la perception et place l’humain comme support d’une poésie au service d’un inconscient collectif: les bits poétiques, via un code émotionnel et perceptif commun, se transmettent comme une information de support en support, de génération en génération. Ainsi les grands mythes qui traduisent la vision du monde d'une société et se transmettent grâce à une forme poétique qui résonne à chaque génération et répondent à une structure harmonique (travaux de Claude Levi-Strauss). L'homme devient le support de l'information poétique (extension du sens contemporain , l'humain est comme le disque dur), celle-ci pouvant être réduite en "bits" poétiques - plus petite unité poétique, nano-poésie que le crypto-poète (du grec kryptos caché, secret) se fait charge de mettre en lumière. 



***



Dans sa définition actuelle, la crypto-poésie ouvre donc la voie à un large champ de création poétique s’inspirant de techniques et d’expérimentations historiques tout en en utilisant tous les supports modernes à sa disposition. Ce courant poétique en phase avec son époque et soumis à ses limites - environnementales notamment - amène une nouvelle génération d’auteurs à s'approprier ces nouveaux codes poétiques comme objet ou moyen de diffusion de leur création.